Couteaux-jaunes

Les Couteaux-jaunes ou T’atsaot’ine sont une bande des Dénés de langue athapascane vivant dans la région comprise entre les rivières Coppermine et Yellowknife, la rive nord-est du Grand Lac des Esclaves et les Barren Grounds au nord-est.

À partir de leurs premiers contacts avec les marchands européens, au XVIIe siècle, jusqu'à leur union avec d'autres Denesulines et Tlichos, tous les récits décrivent leur culture et leur langue comme étant similaires à celles des Denesulines. Leur caractère distinctif et leur nom différent se fondent en grande partie sur la perception des Européens. Au début du XVIIe siècle, les commerçants sont impatients d'entrer en contact avec les autochtones associés au cuivre, d'où leur nom d'Indiens du Cuivre. Samuel Hearne parcourt les terres intérieures jusqu'au territoire des Couteaux-jaunes (1770-1772) et dissipe l'idée de riches dépôts de cuivre.

De 1819 à 1822, les Couteaux-jaunes sont les principaux fournisseurs et guides de l'expédition de Franklin. Leur chef, Akaitcho, gagne l'estime des Européens qui voient en lui un meneur puissant et compétent. Les groupes autochtones voisins le considèrent cependant comme un chef cruel et tyrannique, réputé pour ses pillages et ses massacres. En 1823, les Tlichos se vengent en attaquant un camp couteau-jaune, tuant presque tout le groupe. Terrassés par les maladies apportées par les Européens, les Couteaux-jaunes mettent bientôt fin à leurs raids contre les groupes d'Inuits, inaugurant ainsi une période de paix relative avec leurs voisins.

En 1900, les Couteaux-jaunes sont toujours reconnus comme un groupe distinct (d'une population évaluée à 200) quand ils signent le Traité N° 8 à Fort Resolution avec d'autres groupes autochtones de la région (voir Traités autochtones). Ils ont cependant commencé avant cette date à se mêler à leurs voisins denesulines et tlichos. Dans les années 1960, ces derniers affirmaient ne pas connaître de groupe appelé Couteau-jaune et racontaient des histoires impressionnantes au sujet d'Akaitcho, qu'ils prenaient pour un Denesuline.

Voir Autochtones : la région subarctique.