Dompierre, François

(Joseph Eugène Frédéric) François Dompierre. Compositeur, accompagnateur, chef d'orchestre, arrangeur, producteur (Ottawa, 1er juillet 1943). Il étudia le piano avec Hélène Landry et Noëlla Vaillancourt à Ottawa, puis travailla l'orgue avec Paul Larose. Il poursuivit ses études au CMM (1959-64) avec Françoise Aubut (fugue, harmonie, contrepoint, orgue), Clermont Pépin (composition, orchestration) et Irving Heller (piano). Il se fit d'abord connaître comme accompagnateur et auteur-compositeur-interprète, manifestant une prédilection pour les chansons mélancoliques inspirées du jazz et quelque peu influencées par Michel Legrand. Sa présence à l'émission « Découverte » (CFTM-TV, 1963) fut remarquée par le dir. artistique de la compagnie Select, John Damant, qui lui fit enregistrer son premier micr., François Dompierre (1964, Sel. SSP-24-104). Par la suite, il délaissa la carrière d'interprète et fit chanter ses compositions par des artistes tels que Julie Arel, Pierre Calvé, Christine Charbonneau, Renée Claude, Emmanuelle, Louise Forestier, Claude Gauthier, Pauline Julien, Félix Leclerc, Monique Leyrac ainsi que les Ménestrels. Son micr. Dompierre (1974, Dompierre 2-80212-213 et Analekta AN-2-8301-CD), comprenant des compositions instrumentales originales telles que Ballade pour Violaine, La Chasse-Galerie, Ragtime pour plus tard et Saute-Mouton, se vendit à plus de 80 000 exemplaires. Il mit sur pied et dirigea des concertos de Bach au Patriote de Montréal (1975) et à la PDA (1976). En 1981, il enregistra Hors d'oeuvres (Poly. 2424-232) qui mérita le trophée Félix du micr. instrumental de l'année 1982. De plus en plus, Dompierre s'est consacré à la direction d'orchestres symphoniques, dont l'OSM, l'Orchestre symphonique de Québec, l'Orchestre métropolitain, l'Orchestre symphonique de Vancouver ainsi que les musiciens de l'orchestre de l'Opéra de Paris.

Sa Sonate pour ondes Martenot et piano fut créée (1974) et enregistrée sur micr. (Dompierre 80198) par l'ondiste Sylvette Allard et le pianiste Théodore Parasquive. C'est durant une année de travail et d'études à Paris (1976-77) qu'il composa Harmonica Flash pour harmonica et orchestre à l'intention de Claude Garden. L'oeuvre fut créée à Vancouver en janvier 1978. Lors de l'émission « Dompierre! » diffusée le 25 décembre 1978 à la télévision de la SRC, il était au pupitre pour la création de son Concerto en la interprété par la pianiste Édith Boivin-Béluse et l'OSM. Ces deux oeuvres, commandes de la SRC, furent enregistrées par la suite (1979) chez Deutsche Grammophon par les mêmes interprètes sous la direction de Charles Dutoit. « Bien qu'il soit de forme classique, expliquait l'auteur en parlant de son Concerto, avec les trois mouvements et la construction traditionnelle, tous les thèmes en sont puisés à la source des musiques populaires de notre culture nord-américaine » (Ici Radio-Canada, 23-29 décembre 1978). Il écrivit aussi Les Diableries, pièce imposée au Concours international de Montréal (violon) en 1979, et Kaléidophone (1983), commande des Concours de musique du Canada à titre de pièce imposée aux finalistes. Le micr. Domaine Forget, opus 1 (1982, Lindof 1-001) comprend ses pièces Concertino pour Saint-Irénée, Tire d'aile, Tendre-amère et Citron mécanique, interprétées par divers solistes et un ensemble à cordes sous la direction de Raymond Dessaints. Son Concerto pour violon et orchestre fut créé par la violoniste Angèle Dubeau à l'Expo 86 de Vancouver et repris la même année au Festival d'été (Festival international) de Lanaudière. En 1989, il composa Les Jardins intérieurs, cycle musical pour la grande serre du Jardin botanique de Montréal (gravé sur Opérama CD-OP-0407). Il composa aussi la musique pour accompagner les feux d'artifices lors de l'ouverture et la clôture des fêtes marquant les 350 ans de la fondation de Montréal en 1992.

Dompierre a écrit la musique de nombreux films, notamment O.K. Laliberté (Marc Carrière), IXE-13 (Jacques Godbout), Bonheur d'occasion (Claude Fournier) , Le Sang des autres (Claude Chabrol), Mario (Jean Baudin - Prix Génie 1985 pour la meilleure musique de film), Le Matou (Jean Beaudin - Prix Génie 1986), Le Déclin de l'empire américain (Denys Arcand), The Kid Brother (Claude Gagnon) et Les Portes tournantes (Francis Mankiewicz). Il a aussi composé la comédie musicale Demain matin Montréal m'attend (texte de Michel Tremblay), de même que plusieurs messages publicitaires, dont l'un lui valut le Prix du Coq d'or en 1975.

Dompierre déclarait à l'interviewer de Variations : « Je ne me définis pas. Je serais d'accord avec l'idée de briser toutes les limites des genres. Les moyens de communication extrêmement efficaces de notre époque nous forcent à devenir des créateurs mixtes... » Il a fondé les Productions François Dompierre en 1967 et a collaboré, notamment avec Intermède Québec, à la fondation des Publications Chant de mon pays (1977). Il a conçu et enregistré un livre-cassette pour les jeunes musiciens en herbe, Je m'amusique (Opérama 1988).

Écrits

Les plaisirs d'un compositeur gourmand (Montreal 2000).