Jeunesse

Rick Hansen est l’aîné des quatre enfants de Joan et Marvin Hansen; son père travaille dans les télécommunications pour BC Tel. Il naît à Port Alberni en Colombie‑Britannique en 1957 et, rapidement, la famille s’élargit avec les arrivées de Brad, Cindy et Christine. Alors que Rick, son frère et ses sœurs grandissent, la famille Hansen déménage plusieurs fois en Colombie‑Britannique, tout d’abord à Fort St. John puis à Abbotsford et enfin à Williams Lake.

Le jeune garçon est extrêmement actif et joue au volleyball, au base‑ball, au softball et au basketball. Il adore également la nature et la pêche avec son père et son grand‑père.

Accident

À l’adolescence, Rick Hansen excelle en sport et est nommé athlète de l’année de son école secondaire de Williams Lake en 1973 alors qu’il est âgé de 15 ans. Il envisage de s’entraîner pour intégrer l’équipe de volleyball provinciale, ultérieurement dans l’année.

Mais un accident va tout changer! Fin juin, il part en compagnie de son ami Don Alder pour une excursion de pêche d’une semaine. Le 27 juin, ils décident de rentrer à la maison en auto‑stop, un jour avant la date prévue, plutôt que d’attendre que le père de Don vienne les chercher. Le conducteur d’une camionnette accepte de prendre les deux adolescents; toutefois, ce dernier a bu beaucoup de bière et perd le contrôle de son véhicule qui quitte la route et effectue des tonneaux. Alors que Don peut être dégagé indemne du véhicule, Rick atterrit sur une grosse boîte à outils en acier et subit de graves blessures au dos et à la moelle épinière.

À la suite de cet accident, le jeune Rick Hansen restera paraplégique. Paralysé à partir de la taille, il passe les sept mois suivants en réadaptation à Vancouver avant de pouvoir rentrer chez lui à Williams Lake.

La transition dans sa nouvelle vie va s’avérer extrêmement délicate. Bien qu’à la maison, son père ait rénové la cave afin que le jeune garçon puisse disposer de sa propre chambre et de sa propre salle de bains, il lui est très difficile de se déplacer seul jusqu’en ville dans son fauteuil roulant.

Dans son livre Rick Hansen : Man in Motion, il se souvient : « J’étais le seul à me déplacer en ville en fauteuil roulant et rien n’était prévu à cet effet : un accès pour les fauteuils roulants était quelque chose de totalement inédit et le moindre déplacement était impossible s’il n’y avait pas quelqu’un pour me pousser ou me soulever. À ce moment‑là, les gens pensaient que ma vie était finie et, le pire, c’est que moi aussi je partageais ce sentiment ».

Nouveau départ

Peu de temps après son retour à Williams Lake, son ancien entraîneur, Bob Redford, invite Rick Hansen à participer à un entraînement de volleyball, avec pour mission, d’évaluer les joueurs. Toutefois, le jeune homme ne parvient pas à maîtriser ses émotions et à regarder son ancienne équipe et, rapidement, il doit quitter l’entraînement.

Nullement découragés, Bob Redford et Jack Burgar, son ancien entraîneur de basketball, continuent à encourager Rick Hansen à participer à des activités sportives du côté de l’encadrement. C’est ainsi qu’il va contribuer à l’entraînement de certains athlètes de son école secondaire, notamment une équipe féminine de 7e année de volleyball. Il joue également au tennis de table et participe à une compétition avec des concurrents non handicapés lors des Northern BC Winter Games de 1975 à Fort St. John.

Au printemps 1975, âgé de 17 ans, Rick Hansen rencontre Stan Stronge, un para‑athlète de premier plan cofondateur, en 1967, de la Canadian Wheelchair Sports and Recreation Association qui deviendra l’Association canadienne des sports en fauteuil roulant. Stan Stronge encourage le jeune homme à participer à la compétition de tennis de table lors des Pacific Northwest Games for the Disabled, organisés à Seattle, où il remporte la médaille d’or.

Formation

En septembre 1976, Rick Hansen s’inscrit à l’Université de Colombie‑Britannique (UBC) à Vancouver. Bien qu’au départ, il souhaite étudier en éducation physique, sa candidature est refusée dans ce département et il s’inscrit plutôt en faculté des arts. Cependant, le service des admissions reconsidère sa demande l’année suivante et l’autorise à poursuivre des études en éducation physique. En 1986, il devient la première personne ayant un handicap physique à obtenir un diplôme en éducation physique de l’UBC.
Vancouver Cable Cars et basketball en fauteuil

En dehors de ses études à l’UBC, Rick Hansen pratique un certain nombre de sports en fauteuil roulant, notamment le volleyball et le basketball. Stan Stronge le recrute dans l’équipe des Vancouver Cable Cars, un « poids‑lourd » du basketball en fauteuil roulant qui domine les championnats nationaux dans les années 1970 et au début des années 1980. Avec cette équipe, il remporte plusieurs championnats et est également sélectionné, de 1977 à 1983, dans l’équipe canadienne de basketball en fauteuil roulant.

L’influence de Rick Hansen sur le basketball en fauteuil roulant dépasse largement ses performances sur les parquets. En 1983, il fait partie des fondateurs de la BC Wheelchair Basketball Society dont il sera l’un des premiers directeurs.Il joue également un rôle important pour motiver le jeune Terry Fox afin qu’il s’implique dans les sports en fauteuil roulant après son amputation de la jambe en 1977 à la suite d’un cancer des os. Cette année‑là, il l’invite à jouer pour les Cable Cars. Terry Fox va remporter avec lui et le restant de l’équipe le championnat national en 1978 et en 1979 avant d’entreprendre son Marathon de l’espoir en 1980.

Course en fauteuil

Alors qu’il étudie à l’université, Rick Hansen se lance également dans la course en fauteuil roulant. Il participe à sa première compétition sérieuse dans cette discipline à l’occasion des Jeux canadiens pour les personnes handicapées de 1978 à St. John’s à Terre‑Neuve où il prend part au relais masculin 4 × 100 m. Un an plus tard, à Vancouver, il court en compétition son premier marathon dont il termine troisième.

De 1979 à 1984, Rick Hansen domine la course en fauteuil roulant. Il remporte 6 médailles aux Jeux paralympiques, 19 marathons internationaux en fauteuil roulant et 3 championnats du monde de course en fauteuil roulant. Il décroche également 9 médailles d’or lors des Jeux panaméricains en fauteuil roulant de 1982 à Halifax. Il est choisi, à trois reprises, en 1979, en 1980 et en 1982, comme meilleur athlète canadien ayant un handicap et reçoit, en 1983, le trophée Lou‑Marsh récompensant le meilleur athlète canadien de l’année, un honneur partagé avec Wayne Gretzky.

Médailles aux Jeux paralympiques

Année Ville Discipline Résultat
1980 Arnhem, Pays‑Bas 800 m masculin Or
1980 Arnhem, Pays‑Bas 1 500 m masculin Argent
1980 Arnhem, Pays‑Bas Relais 4 × 100 m masculin Bronze
1984 Stoke Mandeville,
Grande‑Bretagne
1 500 m masculin Or
1984 Stoke Mandeville,
Grande‑Bretagne
5 000 m masculin Argent
1984 Stoke Mandeville, Grande‑Bretagne Marathon masculin Or

Tournée mondiale Man In Motion

C’est probablement pour son périple mondial Man In Motion, inspiré du Marathon de l’espoir de Terry Fox de 1980, que Rick Hansen a acquis le plus gros de sa notoriété. Du 21 mars 1985 au 22 mai 1987, il parcourt, en fauteuil roulant, 40 072 km dans 34 pays, dont le Canada, usant 160 pneus et 94 gants. Il a alors pour objectif d’encourager les collectivités à améliorer l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite et à revoir leurs politiques d’inclusion, de mieux faire connaître les enjeux relatifs aux personnes atteintes de lésions médullaires et de lutter contre les stéréotypes auxquels doivent faire face celles et ceux qui ont un handicap physique. À l’occasion de son périple, il collecte plus de 26 millions de dollars pour la recherche sur la moelle épinière, pour des programmes de réadaptation et pour les sports en fauteuil roulant.

Cette tournée est un grand succès, et ce, aussi bien au Canada qu’à l’étranger où l’on retiendra notamment sa rencontre avec le pape Jean‑Paul II en Italie et les applaudissements d’une foule d’environ 800 000 personnes à Tianjin, en Chine.

La partie canadienne de son voyage débute le 26 août 1986, à Cape Spear à Terre‑Neuve, où il recueille, dans le cadre de sa campagne, en moins de deux jours, plus de 97 000 $ auprès de la population terre‑neuvienne. À Ottawa, il rencontre le premier ministre Brian Mulroney, qui lui remet sur la Colline du Parlement un chèque d’un million de dollars. La population albertaine n’est pas en reste, avec des dons cumulés pour l’opération en cours de près de 2,45 millions de dollars, le gouvernement provincial, dirigé par le premier ministre Don Getty, lui emboîte le pas en effectuant, à son tour, un don d’un même montant à l’Alberta Paraplegic Foundation créée en 1987, notamment en réponse à la tournée de Rick Hansen. Le premier ministre de la Colombie‑Britannique Bill Vander Zalm s’engage également à se mettre au diapason de la population et à apporter une contribution à hauteur de celle des Britanno‑Colombiens et des Britanno‑Colombiennes qui s’élèvera, au total, à plus de 5,45 millions de dollars.

Rick Hansen termine son circuit le 22 mai 1987 à Vancouver. Le lendemain, plus de 50 000 personnes participent à des célébrations au BC Place Stadium.

Du 24 août 2011 au 22 mai 2012, Rick Hansen entreprend un nouveau périple pour célébrer le 25e anniversaire de sa première tournée, parcourant 12 000 km et visitant 600 collectivités canadiennes.

Fondation Rick Hansen et Institut Rick Hansen

La Fondation Rick Hansen est créée en 1988 pour financer la recherche et les soins liés à la moelle épinière et, plus généralement, pour mieux faire connaître les enjeux propres aux personnes ayant un handicap, pour modifier les attitudes auxquelles elles doivent souvent faire face et pour abattre un certain nombre d’obstacles qui se dressent sur leur route. En dehors des programmes de sensibilisation, des services d’accessibilité et des subventions qu’elle propose, la fondation finance également l’International Collaboration On Repair Discoveries (ICORD) et l’Institut Rick Hansen.

Ce dernier a été créé en 2008 par la fusion de l’Alliance solutions en lésions modulaires, du Registre Rick Hansen sur les lésions médullaires et du Réseau de recherche intégrée en lésion médullaire. L’Institut a pour mandat d’améliorer la qualité de la vie des personnes souffrant de lésion médullaire et les traitements qui leur sont offerts, ainsi que de réduire la gravité des paralysies permanentes dues aux blessures de ce type.

Vie personnelle

Le 10 octobre 1987, Rick Hansena épouse sa physiothérapeute, Amanda Reid. Ils ont trois filles : Emma, Alana et Rebecca.

Distinctions et récompenses

  • Meilleur athlète canadien handicapé de l’année (1979, 1980, 1982)
  • Trophée Lou Marsh récompensant le meilleur athlète canadien de l’année, prix partagé avec Wayne Gretzky (1983)
  • Dix jeunes les plus remarquables du monde, Développement personnel et/ou réalisations personnelles, Jeune chambre internationale (1987)
  • Compagnon de l’Ordre du Canada (1987)
  • Membre de l’Ordre de la Colombie‑Britannique (1990)
  • Prix de l’ambassadeur pour la paix, Institut international pour la paix par le tourisme (1994)
  • Athlète masculin du siècle, BC Wheelchair Sports (2000)
  • Intronisation au Panthéon des sports canadiens (2006)
  • Intronisation au BC Sports Hall of Fame (2007)
  • Étoile sur l’Allée des célébrités canadiennes (2007)
  • Prix Christopher‑Reeve, Association canadienne des paraplégiques (Alberta) (2007)