Innu Nikamu

Innu Nikamu. Festival annuel de musique amérindienne traditionnelle et contemporaine, mettant en vedette des chasseurs et musiciens du Québec. Le nom peut se traduire par « l'Indien chante » ou « chant en indien ». Inauguré en 1985, cet événement de quatre jours se tient à Maliotenam, près de Sept-Îles, au Québec, et attire plus de 6000 participants appartenant à 11 différentes Premières Nations du Québec, à d'autres communautés amérindiennes du Labrador, de l'Ontario, des Maritimes et de l'Ouest et un petit nombre de visiteurs étrangers. Les organisateurs soulignent le pouvoir de la musique comme moyen de survivance, à la fois comme véhicule d'expression créatrice dans les langues maternelles des nations et comme facilitateur d'échanges intercommunautaires, de célébrations et d'expression de la solidarité. Les chants de chasse traditionnels, les chants traditionnels du répertoire des pow-wow intertribaux, les « folk-Innu », divers genres et styles d'un répertoire populaire, théâtre amérindien, chants, danses et jeux vocaux inuit ont figuré au festival. Plusieurs vedettes du disque, dont les plus connus sont les membres du groupe Kashtin, ont fait leurs débuts au festival.

La communauté hôte, Maliotenam, est la résidence de Philip Mackenzie, qui a lancé le mouvement en faveur du chant contemporain, en composant des pièces à saveur folklorique sur des textes dans sa langue - Innu aimun. Ses premières chansons étaient accompagnées à la guitare et l'instrument traditionnel montagnais teueikan (cadre de tambour avec lacets) et s'identifiaient sous le titre générique de « folk Innu ». Par la suite, des artistes plus jeunes ont commencé à les utiliser ou à les remplacer par d'autres instruments acoustiques et électroniques.