Le premier Européen connu qui a vu le lac est Étienne BRÛLÉ, en 1615. Il semblerait que le nom Ontario, d'origine iroquoienne, signifie « beau lac » ou « eau étincelante ». Des Européens sont les premiers à lui donner ce nom en 1641 et, dès 1656, on retrouve ce nom sur des cartes d'Amérique du Nord. Des conflits entre les Anglais, les Français et leurs alliés amérindiens concernant le commerce local des fourrures empêchent les Européens de s'y établir avant la conquête anglaise de 1763.

Le premier groupe important de colons sont les LOYALISTES, dont un grand nombre s'installent sur la rive nord. Les batailles les plus féroces de la GUERRE DE 1812 entre les États-Unis et la Grande-Bretagne ont lieu sur le lac Ontario ou dans les environs. Les navires Hamilton et Scourge, perdus lors d'un coup de vent violent survenu durant un combat naval à cette époque, ont été retrouvés au fond du lac, près de Niagara.

Près du quart de la population actuelle du Canada habite le Sud de l'Ontario, près du lac. Le « Golden Horseshoe » qui, à l'extrémité ouest du lac, comprend les grandes villes de ST. CATHARINES, Hamilton et Toronto, est considéré comme le coeur industriel du pays. En bordure du lac, à l'est de Toronto, se trouvent les centres urbains d'OSHAWA, de PORT HOPE, de COBOURG, de BELLEVILLE et de KINGSTON.

Les deux principaux facteurs qui ont favorisé la colonisation et la croissance vigoureuse de la région sont d'abord la fertilité des terres agricoles du Sud de l'Ontario et du Nord-Ouest de l'état de New York, ainsi que l'accès au transport maritime grâce à la VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT et aux ports des autres Grands Lacs par le CANAL WELLAND. Les navires plus petits peuvent emprunter le CANAL RIDEAU de Kingston à Ottawa et le CANAL TRENT, entre les baies Quinte et Georgienne.

Malheureusement, cette richesse industrielle et agricole est responsable de la pollution de l'eau du lac Ontario. Cependant, on demeure modérément optimiste puisque le lac se régénère au fur et à mesure que les polluants diminuent.