Norval Morrisseau, artiste (né le 14 mars 1932 à Sand Point, près de Thunder Bay, ON - décédé le 4 décembre 2007 à Toronto, ON). Artiste autodidacte d'ascendance ojibwé (son nom ojibwé signifie « oiseau-tonnerre de cuivre »), Norval Morrisseau lance le style pictographique, ou ce qu'on a appelé le « Woodland Indian art » (l'art amérindien des régions boisées) ou encore « la peinture de légendes » ou « l'art rayon X », qui se veut la fusion de la peinture de chevalet européenne avec les motifs en spirales de la société ojibwée midewiwin et l'imagerie des peintures rupestres. Présenté au public canadien en 1962 par la Pollock Gallery, à Toronto, Morrisseau est le premier artiste autochtone à percer dans le milieu fermé de l'art professionnel blanc. Au cours des années 60, son style pictographique gagne en popularité et il est souvent considéré par d'autres artistes cris, ojibwés et outaouais comme un style tribal approprié à leurs propres besoins culturels. Durant les années 70, des artistes plus jeunes peigneront exclusivement dans ce style.

Les années 70 sont pour lui une période de lutte pour concilier la pensée religieuse chrétienne et midewiwin traditionnelle dans sa vie et dans son art. Au cours des années 80, ses oeuvres sont davantage centrées sur des éléments spirituels, combinant l'héritage ojibwé que lui a transmis son grand-père maternel, Moses Nanakonagos, et la religion d'Eckankar. Il continue de plus d'étudier les pratiques chamaniques ojibwées qui, selon lui, permettent à son oeuvre de s'élever vers un plus haut niveau de compréhension.

En 1978 Norval Morrisseau reçevait l'Ordre du Canada. En 2006, le Musée des beaux-arts du Canada monta une rétrospective itinérante de son œuvre intitulée Norval Morrisseau - artiste chaman.