Traité d'Utrecht

Cet accord est conclu le 11 avril 1713 à Utrecht, au Pays-Bas, entre la Grande-Bretagne et la France. Il fait partie d'une série de traités qui mettront fin à la GUERRE DE LA SUCCESSION D'ESPAGNE. Ce traité reconnaît la reine Anne comme souveraine légitime de l'Angleterre et met officiellement fin au soutien français des prétentions jacobites au trône britannique. La France y consent d'importantes concessions territoriales en Amérique du Nord. Elle accepte de rendre tout le bassin hydrographique de la baie d'Hudson à la Grande-Bretagne et de compenser la Compagnie de la baie d'Hudson pour les pertes subies pendant la guerre. Elle accepte aussi de renoncer à toute revendication concernant Terre-Neuve et d'y évacuer sa base de Plaisance (Placentia). Toutefois, les pêcheurs français retiennent certains droits sur les côtes de Terre-Neuve (voir CÔTE FRANÇAISE). Par ailleurs, l'ACADIE, dont la capitale Port-Royal (Annapolis Royal) a été capturée par une expédition de la Nouvelle-Angleterre en 1710, passe aux mains de la Grande-Bretagne, alors qu'une partie du territoire (le Nouveau-Brunswick d'aujourd'hui) demeure possession française en raison de différences dans l'évaluation de la superficie du territoire. Enfin, la France conserve l'île du Cap-Breton, où elle entamera la construction de la forteresse de LOUISBOURG, et l'île Saint-Jean (Île-du-Prince-Édouard).