Albert Schultz

Albert Schultz, C.M., acteur, metteur en scène et producteur (né le 30 juillet 1963 à Port Hope, Ontario). Albert Schultz est un acteur, metteur en scène et producteur primé qui a d’abord connu du succès dans le rôle principal de la série télévisée Street Legal, diffusée sur les ondes de la CBC, avant de concentrer sa carrière sur le théâtre. Il a cofondé le Théâtre Soulpepper à Toronto en 1998 et en a été le directeur artistique jusqu’à sa démission en janvier 2018 à la suite d’allégations de harcèlement et d’agressions sexuelles.

Schultz, Albert
L'acteur Albert Schultz (avec la permission de OAZ Group).\r\n \r\n

Formation et début de carrière

Albert Schultz étudie à l’Université York de 1981 à 1982 et à la London Academy of Music and Dramatic Art (LAMDA) de 1984 à 1985. Il défend le rôle de Laertes dans Hamlet et celui de Mercutio dans Romeo and Juliet pour la troupe Toronto Free Theatre de Guy Sprung, avant de grossir les rangs de la Young Company, menée par Robin Phillips au Festival de Stratford, en 1987. Au sein de cette troupe, il est Roméo dans Romeo and Juliet (Roméo et Juliette; 1987), Pierre de Touche dans As you Like it (Comme il vous plaira; 1987), Edgar dans King Lear (Le roi Lear; 1988) et Feste dans Twelfth Night (La Nuit des rois; 1988). Sous la tutelle de Robin Phillips au Citadel Theatre, il joue également dans A Midsummer Night’s Dream (Le Songe d’une nuit d’été) de Shakespeare et The Crucible (Les Sorcières de Salem) d’Arthur Miller en 1989, dans She Stoops to Conquer d’Oliver Goldsmith en 1994 et dans The Music Man de Meredith Wilson en 1995.

Carrière au cinéma et à la télévision

La carrière télévisuelle d’Albert Schultz prend également du gallon au début des années 1990. Il défend un premier rôle dans les productions de la CBC Street Legal et Side Effects, respectivementpendant trois et deux saisons (1991-1994; 1994-1996) et interprète le rôle d’Arnie Dogan dans The Red Green Show pendant trois saisons (1996-1998). En 1998, il commence à se concentrer sur le théâtre, mais paraît quand même dans plusieurs films et émissions de télévision; il a un rôle de soutien dans I Love a Man in Uniform de David Wellington (1993) et The Life Before This de Jerry Ciccoritti (1999) et fait des apparitions dans Made in Canada (1999), Wind at My Back (2000), Slings & Arrows (2003), Murdoch Mysteries (2009) et la minisérie Alias Grace (2017). Il est également le personnage principal de Shades of Black (2006), une biographie de Conrad Black produite par la CTV, et narre une foule de documentaires et de docu-séries, dont Unauthorized: The Harvey Weinstein Project (2011), True Crime Scene (2006-2008) et Trapped (2007).

Albert Schultz se fait également mieux connaître du grand public en animant le gala des prix Gemini en 1994, en 1996 et en 1997. Il remporte d’ailleurs un Gemini en 1995 pour son travail à l’animation du gala de 1994, et est nommé à trois autres occasions.

En 2016, Albert Schultz est producteur exécutif de Kim’s Convenience, une série télévisée de la CBC basée sur la pièce d’Ins Choi reprise par le Théâtre Soulpepper après une première production au Festival Fringe de Toronto en 2011. Cette mouture de 2014 est mise en scène par Albert Schultz.

Carrière sur scène et Soulpepper

Albert Schultz, acteur
liver dennis et albert schultz dans Hamlet, 2004 (photo de Sandy Nicholson).

À la fin des années 1990, après ses débuts au Festival de Stratford et un certain succès à l’écran, Albert Schultz revient au jeu et à la mise en scène. En 1997, il joue dans trois œuvres de David Widdicombe et met en scène As You Like It pour le Festival of Classics à Oakville, en Ontario.

En 1998, il fonde la troupe Soulpepper avec 12 acteurs qu’il a connus à la Young Company du Festival de Stratford. Avec les années, Albert Schultz finit par devenir le visage public de Soulpepper. En tant que directeur artistique fondateur, il demande à son mentor, Robin Phillips, de mettre en scène la saison inaugurale de la troupe au Harbourfront Centre de Toronto en 1998. Les deux productions, The Misanthrope de Molière (avec Albert Schultz dans le rôle d’Alceste) et Don Carlos de Schiller, sont acclamées par la critique et jouées à guichets fermés.

En 1999 et 2000, Albert Schultz défend le rôle-titre d’une pièce rarement jouée d’Anton Chekhov, Platonov, une production de Soulpepper sous la direction du metteur en scène hongrois LászlóMarton. Il joue également dans Betrayal (Trahisons), une production acclamée d’Harold Pinter en 2000, en plus d’interpréter Astrov dans Uncle Vanya de Chekhov en 2001, en 2002 et en 2008. Il est également de la distribution de Our Town (Notre petite ville; 1999, 2006 et 2007), The Real Thing (2006), The Odd Couple (2008 et 2016), Glengarry Glen Ross (2009 et 2010) et The Norman Conquest (2014).

En tant que metteur en scène à Soulpepper, Albert Schultz dirige une foule de productions dont Waiting for Godot (En attendant Godot), Death of a Salesman (Mort d’un commis voyageur) et Twelfth Night. En 2013, il reçoit des critiques dithyrambiques pour sa production de Angels in America de Tony Kushner; Richard Ouzounian, du Toronto Star, dit d’ailleurs de la production qu’elle est « la meilleure pièce de théâtre montée par une troupe torontoise depuis très, très longtemps ». La pièce est remontée en 2014 et suivie de productions très bien reçues, dont Spoon River (adaptée par Albert Schultz) en 2014 et en 2015, Marat/Sade (mise en scène par Albert Schultz) en 2015 et Of Human Bondage (mise en scène par Albert Schultz) en 2017.

Toujours en 2017, Albert Schultz met sur pied une ambitieuse campagne de séduction appelée Soulepper on 42nd Street (« Soulpepper sur la 42e avenue »). En effet, après des années à tenter d’attirer les producteurs américains à Toronto pour y voir les représentations de la troupe, Albert Schultz décide d’envoyer Soulpepper à New York. L’initiative d’un mois, centrée sur le thème du 150e anniversaire de la Confédération canadienne, permet de présenter 12 productions au Pershing Square Signature Centre à des coûts s’élevant à 2,5 millions de dollars. Le New York Times publie des critiques favorables aux productions de Spoon River et Of Human Bondage, les nommant même parmi ses « choix des critiques ».

En plus de son travail d’acteur, de metteur en scène et de directeur artistique de Soulpepper, Albert Schultz dirige également la Soulpepper Academy et des initiatives pour les jeunes et l’accès aux arts.

Allégations de harcèlement sexuel

Au début de 2016, Soulpepper rompt discrètement sa collaboration de longue date avec l’artiste invité László Marton en raison d’allégations de harcèlement sexuel portées contre lui. La troupe engage ensuite un tiers expert afin de réviser les politiques de harcèlement de Soulpepper et, en octobre 2017, Albert Schultz et sa partenaire, la directrice générale de Soulpepper Leslie Lester (qu’il épouse à l’été 2017), tiennent une réunion afin de renforcer les normes à ce sujet et d’annoncer publiquement la fin de leur relation avec László Marton. Pour beaucoup d’employés de Soulpepper, toutefois, cette annonce faite au paroxysme du mouvement anti-harcèlement sexuel #MeToo, sonne drôlement hypocrite. Comme le déclare l’actrice Kristin Booth à Global News, « C’est la première fois que j’entends parler d’une politique sur le harcèlement sexuel ici. Je connais la culture en place à Soulpepper, et l’hypocrisie de cette annonce est ce qui m’a motivée à parler et à tout faire pour que cela n’arrive à aucune autre jeune femme qui entre dans la troupe. »

Le 3 janvier 2018, Kristin Booth, Patricia Fagan, Diana Bentley et Hannah Miller intentent des poursuites civiles contre Albert Schultz et Soulpepper. Elles affirment qu’Albert Schultz, avec la complicité de Soulpepper, les a harcelées et agressées sexuellement. Selon les allégations, qui décrivent des actes portés sur une période de 13 ans et dépeignent Albert Schultz comme un « prédateur sexuel en série », le directeur artistique s’est adonné à de l’intimidation, des attouchements de nature sexuelle et inappropriée, des avances sexuelles non désirées et des remarques obscènes et humiliantes, en plus d’avoir exhibé son corps à répétition.

Le même jour, le conseil d’administration de Soulpepper annonce qu’il a demandé à Albert Schultz de se retirer le temps qu’on lance une enquête au sujet des allégations. Leslie Lester, quant à elle, accepte de prendre un congé sans solde. Le 4 janvier, le conseil accepte la démission d’Albert Schultz. Ce dernier affirme dans une déclaration qu’il a l’intention de se « défendre avec vigueur » contre les allégations.

Le 6 janvier, Soulpepper annonce que la pièce Amadeus, mise en scène par Albert Schultz, est annulée à la demande des artistes impliqués dans la production. Au même moment, la troupe annonce qu’elle rompt ses liens avec Leslie Lester. De leur côté, les cofondateurs Ted Dykstra et Stuart Hughes et les acteurs Michelle Monteith et Rick Roberts démissionnent par solidarité envers les quatre plaignantes. Le 8 janvier, une lettre signée par 280 artistes, y compris Sarah Polley, Ann-Marie MacDonald, Mia Kirshner et Daniel MacIvor est publiée en soutien aux quatre femmes, qui poursuivent Albert Schultz et Soulpepper pour des sommes de 3,6 et 4,25 millions de dollars, dans deux poursuites séparées.

Prix et honneurs

Albert Schultz a reçu le Prix du Centre national des arts, le Barbara Hamilton Memorial Award de la ville de Toronto, le prix de la culture de la DareArts Foundation, le William Kilbourn Award du Conseil des arts de Toronto, le Salute to the City Award et le Joan Chalmers National Award pour la direction artistique ainsi que de nombreux Dora Awards. Il est fait membre de l’Ordre du Canada en 2013 et est récompensé de la médaille du jubilé d’or et de diamant, respectivement en 2002 et en 2012. Il détient également un doctorat honorifique des universités Queen’s et Bishop’s en reconnaissance de sa contribution au théâtre canadien.