Albiny Paquette

​Joseph-Henri-Albiny Paquette, soldat, médecin et politicien (né le 7 octobre 1888 à Marieville, Québec; décédé le 25 septembre 1978 à Mont-Laurier, Québec).

Joseph-Henri-Albiny Paquette, soldat, médecin et politicien (né le 7 octobre 1888 à Marieville, Québec; décédé le 25 septembre 1978 à Mont-Laurier, Québec). Médecin en service en Europe lors de la Première Guerre mondiale, le Dr Paquette s’est également distingué en politique. Il est le premier titulaire québécois du ministère de la Santé.

Éducation

Fils de Wenceslas Paquette, instituteur, et de Marie Lareau, Albiny Paquette est né à Marieville au Québec, le 7 octobre 1888. Il fait des études classiques au Collège Mont-Saint-Louis de Montréal et en 1909, il est admis à la Faculté de médecine de l'Université Laval à Montréal (aujourd’hui l’Université de Montréal). Afin de défrayer le coût de ses études, Paquette travaille dans une pharmacie. En 1912, il est élu président de l’Association des étudiants en médecine.

Officier et médecin lors de la Grande Guerre

Diplômé en 1913, le Dr Paquette est d'abord employé de la Croix-Rouge au Proche-Orient, puis, en 1914, de l’Armée canadienne à Paris, alors que la Première Guerre mondiale éclate. Apprenant qu'une épidémie de typhus (voir Épidémie) fait rage en Serbie à l’été 1915, il se porte volontaire. Là-bas, il côtoie deux autres médecins québécois, la Dre Irma LeVasseur et le Dr Raoul Brault.

En 1916, il est nommé officier médical du 69e régiment basé à Shorncliffe, dans le comté du Kent, en Angleterre. En 1917, il retourne en France et est promu au poste d'officier médical sénior (il a alors 28 ans) du 10e bataillon de réserve à l'Hôpital militaire de Saint-Cloud. Il en devient adjudant-major en 1918, puis se rend en Angleterre pour occuper un poste de radiologiste au Princess Patricia's Canadian Red Cross Hospital à Eastbourne. Durant un de ses nombreux voyages entre l'Angleterre et la France, il rencontre Marcelle Lévy-Génard qu'il épouse à Paris le 15 mai 1919. De cette union naissent trois enfants : Gisèle, Jean-Claude et Gilbert. Marcelle décède en 1933 à l’âge de 37 ans et, six ans plus tard, Albiny épouse en secondes noces Rose Daviault.

Médecin de campagne, maire et député

Après son premier mariage en 1919, il revient au Québec où il décide d'exercer la médecine à Mont-Laurier. C'est là que commence pour lui une double carrière des plus actives : celle de médecin de campagne et celle de politicien. Élu maire de Mont-Laurier de 1926 à 1935, il cumule aussi les fonctions de préfet du comté de Labelle de 1929 à 1932. En 1935, il est élu député de l'Action libérale nationale (ALN) pour la circonscription de Labelle. En 1936, il joint les rangs de l'Union nationale, nouveau parti dirigé par Maurice Duplessis et né de la fusion entre l’ALN et le Parti conservateur. C'est sous cette bannière qu'Albiny Paquette est réélu aux élections de 1936, 1939, 1944, 1948, 1952 et 1956.

Ministre de la Santé

À la suite de la victoire de l’UN à l’élection générale du 17 août 1936, Albiny Paquette devient Secrétaire de la province du Québec. Ce ministère s’occupe, entre autres, de l’éducation et de la culture. Le 12 novembre, Maurice Duplessis procède à la création du nouveau ministère de la Santé et nomme le Dr Paquette à sa tête. Il occupe cette fonction de 1936 à 1939, puis à nouveau de 1944 à 1958, lors du retour au pouvoir de l’Union nationale. Parmi les principales réalisations de son ministère, mentionnons la mise sur pied de cliniques dans les paroisses de la province vouées à la santé maternelle et infantile, ainsi que d’unités sanitaires mobiles pour le dépistage de la tuberculose (voir Santé publique). Il contribue à la fondation de l’Institut de microbiologie et d’hygiène de l’Université de Montréal du Dr Armand Frappier, aujourd’hui appelé l’Institut Armand-Frappier.

Parallèlement à cette longue carrière politique, le Dr Paquette a aussi créé un journal, Le Flambeau et fait l’acquisition d’une imprimerie, deux entreprises qu’il cède à son fils Gilbert en 1950.

Albiny Paquette était profondément attaché à la religion catholique et ses valeurs. L’une de ses premières actions à la tête du Secrétariat provincial a d’ailleurs été de faire placer des crucifix au-dessus des fauteuils du président de l’Assemblée législative (aujourd’hui l’Assemblée nationale) et de celui du Conseil législatif (c’est-à-dire, la Chambre haute du gouvernement provincial abolie en 1968).

Honneurs

Le Dr Paquette a reçu de nombreux honneurs de son vivant. Il a été décoré de la médaille de Mons pour son travail au Proche-Orient (1918), de la croix d’honneur du gouvernement français (1919), de la médaille militaire du gouvernement britannique (1920), la médaille du couronnement de sa majesté Élizabeth II (1953) et celle du Centenaire du Canada (1967).

L’Église catholique a aussi récompensé le Dr Paquette en le nommant membre perpétuel de la Terre Sainte (1937), membre de l’Ordre latin (1938) et de la croix de Jérusalem (1946). Albiny Paquette est décédé en 1978, à l’âge de 89 ans.


Lecture supplémentaire

  • Jacques Beaulieu, Ces médecins qui ont marqués le Québec (Montréal: Éditions MultiMondes, 2014).

    Denis Goulet et Robert Gagnon, Histoire de la médecine au Québec, 1800–2000. De l’art de soigner à la science de guérir (Québec: Septentrion, 2014).

    François Guérard, Histoire de la santé au Québec (Montréal : Boréal, 1996).

    Hon. Albiny Paquette, Soldat, médecin, maire, député, ministre : 33 années à la Législature de Québec : souvenirs d’une vie de travail et de bonheur (1977).

Liens externes