Amérique française

La revue Amérique française, fondée en 1941 par d'anciens étudiants du collège Jean-de-Brébeuf et dirigée par Pierre Baillargeon, prend le relais d'autres publications du collège lancées par François Hertel et ses collègues.

Amérique française

La revue Amérique française, fondée en 1941 par d'anciens étudiants du collège Jean-de-Brébeuf et dirigée par Pierre Baillargeon, prend le relais d'autres publications du collège lancées par François Hertel et ses collègues. Elle sert les idéaux artistiques d'une certaine élite intellectuelle du Québec. Les collaborateurs d'Amérique française, inquiets au sujet de l'avenir de la littérature et de la culture québécoises, s'emploient à faire reconnaître la culture française en Amérique. En fait, même si la revue traite des différents arts, elle s'intéresse surtout à l'art littéraire. Son objectif est de promouvoir la littérature canadienne-française alors en pleine croissance.

En 1945, le périodique perd de son dynamisme lorsque Gérard Dagenais, son nouveau directeur, commence à y publier des articles de nature sociale et économique. Par manque d'une philosophie cohérente et d'un principe directeur, la revue attire peu de lecteurs. En 1947, Hertel cède Amérique française à Corine Dupuis-Maillet, qui tente sans succès d'en faire une revue littéraire prestigieuse. Sa fille, Andrée Maillet, la reprend en 1951 et la consacre presque exclusivement aux nouveaux écrivains jusqu'en 1955, année où la revue disparaît. De 4 à 12 numéros par an auront été publiés depuis 1941. Pendant cette période, plusieurs auteurs ont fait leurs débuts dans les pages d'Amérique française, dont Jacques Ferron et Anne Hébert. Maillet relance la revue en 1963, mais un seul numéro paraîtra.

Voir aussi Périodiques littéraires de langue française.