Atlantic Theatre Festival

Étant donné que l'Atlantic Theatre Festival (ATF) s'inspire du festival de Stratford, Bawtree invite Michael Langham, ancien directeur artistique du Stratford, à diriger Peter Donat, originaire de Kentville, dans The Tempest (v.f.

Atlantic Theatre Festival

En 1992, un groupe d'amateurs de théâtre de Wolfville, en Nouvelle-Écosse, dirigé par le directeur artistique Michael Bawtree, décide de créer une compagnie à répertoire afin de présenter du théâtre classique pendant l'été. Grâce à une subvention d'infrastructure gouvernementale de deux millions de dollars, la compagnie fait construire un théâtre à avant-scène prolongée de 514 places, inspiré de celui du Festival de Stratford, sur l'ancienne patinoire (vieille de 60 ans) de l'université Acadia. Bawtree, aidé de Christopher Plummer, lance une campagne visant à amasser trois millions de dollars supplémentaires afin de payer l'équipement du théâtre et les frais de fonctionnement de la première saison.

Étant donné que l'Atlantic Theatre Festival (ATF) s'inspire du festival de Stratford , Bawtree invite Michael Langham, ancien directeur artistique du Stratford, à diriger Peter Donat, originaire de Kentville, dans The Tempest (v.f. La Tempête) de Skakespeare, qui inaugure le festival le 16 juin 1995. La même saison, le festival présente, entre autres, A Flea in Her Ear (v.f. La Puce à l'oreille) de Feydeau et The Cherry Orchard (v.f. La Cerisaie) de Tchekhov, mise en scène par Langham et son épouse Helen Burns. Bien que le festival soit une réussite artistique, la compagnie termine l'année avec un manque à gagner de 881 000 $. Grâce aux dons de particuliers, de commanditaires et du Department of Renewal and Tourism de la Nouvelle-Écosse, le déficit est ramené à moins de 200 000 $.

Dans le cadre de sa deuxième saison, le festival présente Twelfth Night (v.f. La Nuit des rois) de Shakespeare, mise en scène par Langham; She Stoops to Conquer d'Oliver Goldsmith, mise en scène par Bawtree; et A Doll's House (v.f. Maison de poupée) d'Ibsen, montée par Burns et Langham, et mettant en vedette Megan Follows dans le rôle de Nora. Le nombre de spectateurs passe de 26 000 la première année à 34 000 la deuxième année. Toutefois, le festival enregistre toujours un déficit de fonctionnement de 75 000 $ et les responsables en viennent à la conclusion qu'ils n'ont pas les moyens de payer les grosses distributions exigées par les pièces de Shakespeare. Ils se tournent alors vers des pièces plus modestes. Tartuffe de Molière, The Importance of Being Earnest de Wilde et Oncle Vanya de Tchekhov forment le programme de la troisième saison en 1997. Ces pièces remportent plus de succès sur le plan financier : les ventes de billets de saison augmentent de 25 p. 100 et les recettes au guichet, de 70 000 dollars, pour atteindre 770 000 dollars.

En 1998, l'ATF revient aux pièces à grosses distributions et produit Othello de Shakespeare, Pygmalion de Shaw et The Matchmaker de Wilder. Mais les recettes décevantes entraînent un déficit de 1,2 million de dollars et la démission de Bawtree comme directeur artistique. Bien que la crise financière manque de provoquer la fermeture du théâtre, le conseil d'administration et le nouveau directeur artistique, Jarry Etienne, réunissent un capital de 750 000 $ dès février 1999 et entreprennent une cinquième saison avec Hedda Gabbler d'Ibsen, The Constant Wife de Maugham et deux farces de Feydeau. Avec un budget réduit de 2,2 millions de dollars à 1,5 million de dollar et 12 comédiens au lieu de 25, la saison 1999 s'avère prometteuse pour l'avenir de la compagnie. En outre, avec un public de plus de 150 000 habitués au cours de ses 5 années d'existence, l'Atlantic Theatre Festival a généré des retombées économiques de près de 20 millions de dollars dans la vallée de l'Annapolis.