Aviron

Les embarcations de course sont légères, profilées et solides. Les coques ont moins de 3 mm d'épaisseur et sont généralement faites d'acajou, de cèdre, de fibre de verre ou de carbone ; les charpentes sont construites avec un bois dur léger.

Porter, Derek
Derek Porter avec la médaille d'or qu'il remporte en aviron solo aux Jeux olympiques d'Atlanta (avec la permission de Maclean's).
Ned Hanlan
À l'époque où l'aviron était très populaire partout dans le monde, Hanlan été le premier champion du monde canadien (avec la permission des Bibliothèque et Archives Canada/C-25324).
Équipe masculine en huit (1984)
Gagnants de la médaille d'or en aviron aux jeux olympiques de 1984 (avec la permission de Canadian Sports Images).
L
L'équipe féminine d'aviron à quatre du Canada aux Jeux Olympiques de Barcelone de 1992. L'équipe répète la performance couronnée d'or des championnats mondiaux de 1991. De gauche à droite, Shannon Barnes, Brenda Taylor, Jessica Monroe et Kay Worthington (photo de Ted Grant; avec la permission des archives de la Presse canadienne).
L
L'équipe féminine d'aviron à huit du Canada aux Jeux Olympiques de Barcelone de 1992. L'équipe médaillée d'or se compose de Marnie McBean, Kathleen Heddle, Kirsten Barnes, Brenda Taylor, Jessica Monroe, Kay Worthington, Megan Delahanty, Shannon Crawford et Lesley Thompson [barreuse] (photo de Ted Grant; avec la permission des archives de la Presse canadienne).
L
L'équipe masculine d'aviron à huit du Canada aux Jeux Olympiques de Barcelone de 1992. Elle bat la championne olympique et championne du monde en titre, l'équipe allemande, et remporte l'or. L'équipe est composée de John Wallace, Bruce Robertson, Michael Forgeron, Darren Barber, Robert Marland, Michael Rascher, Andy Crosby, Derek Porter et Terry Paul [barreur] (photo de Ted Grant; avec la permission des archives de la Presse canadienne).\r\n
McBean et Heddle
Marnie McBean (à gauche) et Kathleen Heddle (à droite) aux Jeux Olympiques de Barcelone de 1992. Le duo remporte la médaille d'or en aviron en paire et l'or également en aviron à huit (photo de F.S. Grant; avec la permission des archives de la Presse canadienne).
McBean, Marnie et Kathleen Heddle
Marnie McBean (à gauche) et Kathleen Heddle, médaillées d'or aux Jeux olympiques de 1992 (photo de F. Scott Grant/Canadian Sport Images).
L
L'équipe des UBC Fours après sa course qui lui a valu la médaille d'or aux Jeux Olympiques de Melbourne de 1956. L'équipe formée de Don Arnold, Walter d'Hondt, Lorne Loomer et Archie MacKinnon, tous étudiants à l'Université de la Colombie-Britannique, l'emportera par la plus grande marge victorieuse dans l'histoire des jeux de l'ère moderne (avec la permission du Panthéon des sports canadiens, www.cshof.ca).

Aviron

  L'aviron est un sport qui consiste à propulser, à l'aide de rames, une embarcation souvent conçue spécialement pour la course sur l'eau. L'aviron se pratique sous deux formes, soit avec une ou deux rames. Dans les disciplines à deux rames (en couple), l'athlète tient une rame dans chaque main. Les courses comprennent des épreuves à un, deux et quatre rameurs. Dans les disciplines à une rame (en pointe), l'athlète tient une seule rame à deux mains. Les courses comprennent des épreuves à deux rameurs (avec ou sans barreur), quatre rameurs (avec ou sans barreur) et huit rameurs (avec barreur).

Les embarcations de course sont légères, profilées et solides. Les coques ont moins de 3 mm d'épaisseur et sont généralement faites d'acajou, de cèdre, de fibre de verre ou de carbone ; les charpentes sont construites avec un bois dur léger. Les embarcations sont munies de sièges coulissants et de cale-pieds fixés solidement à la coque qui permettent à l'athlète de glisser vers l'avant et d'adopter une position d'attaque qui imprime la puissance dès le premier coup de rame dans l'eau. Les rames varient en longueur, en poids et dans la conception de la pale en fonction de la taille, et des préférences du rameur et selon qu'ils sont utilisés en couple ou en pointe.

Historique

 Ce sport remonte aussi loin que 450 av. J.-C. Plusieurs civilisations anciennes ont laissé des illustrations et des écrits sur l'aviron : Grecs, Romains, Égyptiens et Japonais. C'est en Angleterre, cependant, qu'apparaît l'équipement moderne et les régates tels que nous les connaissons aujourd'hui. La course la plus ancienne a probablement été organisée sur la Tamise en 1715 par le comédien irlandais Doggett. Le sport est introduit au Canada par les Anglais qui arrivent en Amérique au début du XIXe siècle.

L'aviron au Canada

 Une des premières régates dont il est fait mention, au Canada, a lieu le 10 août 1816 dans le port de St. John's (Terre-Neuve). Les RÉGATES DE ST. JOHN'S, sans doute la plus vieille épreuve sportive en Amérique du Nord, ont débuté en 1818 au lac Quidi Vidi et continuent encore de nos jours. À l'époque, les embarcations de six hommes sont beaucoup plus lourdes et lentes que celles utilisées aujourd'hui dans les compétitions nationales et internationales. Dans les années 1820, les clubs d'aviron de Halifax, composés principalement de militaires et de marins, dominent les régates maritimes.

À partir des années 1840, les clubs de rameurs et les régates font leur apparition dans le Haut-Canada, notamment à Toronto, Brockville, Monkton et Cobourg. Les rameurs canadiens se mesurent alors aux Britanniques et aux Américains lors des régates d'Halifax, de Toronto, de Boston, de Philadelphie, de Chicago et d'autres grands centres. À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, de nombreux rameurs en couple canadiens se distinguent sur la scène internationale dans les courses amateurs et professionnelles.

 Vers la fin des années 1860, George Brown, pêcheur de Herring Cove (Nouvelle-Écosse), remporte des courses contre les meilleurs rameurs en couple du Canada, des États-Unis et de Grande-Bretagne. Dans les années 1870 et 1880, le Torontois Edward (Ned) HANLAN remporte des championnats canadiens, américains et britanniques incluant sept épreuves ouvertes à tous qui sont l'équivalent des championnats mondiaux. Rameur canadien le plus célèbre, Hanlan est considéré comme le premier héros national du sport canadien.

Le bassin d'aviron olympique de Montréal et les tracés de St Catharines (Ontario) et Burnaby Lake (C.-B.) sont classés en catégorie internationale, mais les clubs canadiens de Vancouver I à Terre-Neuve rament sur de rivières, des lacs, dans des bras de mer et dans tout type d'eau. La Royal Canadian Henley Regatta de St Catharines (qui tire son nom de la célèbre régate britannique et à laquelle participent des équipes féminines et masculines), régate la plus prestigieuse d'Amérique du Nord, a fêté ses 100 ans en 1982. Un championnat scolaire national est également organisé tous les ans pour les garçons.

En 1880 est créée la Canadian Association for Amateur Oarsmen, une des toutes premières instances dirigeantes sportives du Canada. Réunissant des clubs de tout le pays, elle est gardienne des règles qui régissent l'aviron canadien. Depuis 1974, elle organise des championnats nationaux masculins, féminins, poids légers, jeunes et maîtres. L'association a ses bureaux au Centre national des sports et loisirs de Vanier (Ontario) et bénéficie à plein temps d'un personnel administratif et technique professionnel.

Les Canadiens dans les compétitions d'aviron

 Quatre rameurs de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick (Price, Ross, Hutton et Fulton) remportent le premier championnat du monde le 7 juillet 1867 à Paris. Ils seront désormais appelés les « Paris Four ». Parmi les autres Canadiens à se distinguer, citons Bob Pearce, médaillé d'or en skiff pour l'Australie aux OLYMPIQUES de 1932 et champion canadien en 1933 ; Jake Gaudaur d'Orillia (Ontario), champion du monde en 1896 ainsi que les Torontois Lou Scholes et Joe WRIGHT, père.

Le Vancouver Rowing Club jouit d'une longue et glorieuse tradition qui remonte à 1888. Différentes équipes entraînées par Frank Read, réputé mondialement, remportent de nombreuses épreuves internationales entre 1954 et 1960, y compris des médailles d'or aux JEUX DU COMMONWEALTH et aux JEUX PANAMÉRICAINS et trois médailles olympiques (une d'or et deux d'argent). Aux Olympiques de 1956, l'équipe composée de quatre étudiants de l'U. de la Colombie-Britannique (Don Arnold, Walter d'Hondt, Lorne Loomer et Archie MacKinnon) remporte l'or avec la plus grande avance de l'histoire des jeux modernes.

 Aux Olympiques de 1964, la médaille d'or va à Roger Jackson et George Hungerford du UBC-Vancouver Rowing Club; ils sont entraînés par deux élèves de Read : Glen Mervin qui a fait partie de l'équipe ayant remporté l'argent (huit en pointe) aux Olympiques de 1960 et par David Gillanders, assistant de Read pendant de nombreuses années. Au cours de la dernière décennie, le succès international du Canada vient surtout des performances des équipes féminines junior et senior aux championnats du monde et aux Olympiques.

Tricia Smith, Betty Craig et Susan Antoft remportent des médailles d'argent aux championnats du monde de 1978 à 1981, de même que de nombreux autres trophées internationaux. À Montréal, en 1976, les épreuves féminines d'aviron figurent pour la première fois aux Jeux olympiques. En 1979, à Moscou, un équipage féminin junior, entraîné par Rudy Wieler, donne au Canada sa première médaille d'or (huit en pointe) aux championnats mondiaux, battant l'URSS et l'Allemagne de l'Est.

Succès olympique continu

Le Canada connaît ses meilleures performances en aviron aux Jeux olympiques de 1984 (Los Angeles) où elle obtient six médailles. Pour la première fois de l'histoire olympique canadienne, l'équipe masculine en huit (Patrick Turner, Kevin Neufeld, Mark Evans, Grant Martin, Paul Steele, J. Michael Evans, Dean Crawford, Blair Horn et Brian McMahon), entraîné par Neil Campbell, remporte la médaille d'or dans une course des plus serrées avec l'équipe américaine. L'équipe féminine (quatre avec barreur) remporte l'argent, et Tricia Smith et Betty Craig remportent aussi l'argent (deux en pointe). Les médailles de bronze vont à Robert Mills (skiff), à l'équipe de quatre rameurs en couple et à Danielle et Silken LAUMANN (deux de couple).

 En 1985, l'équipe formée de Doug Hamilton, Paul Douma, Bob Mills et Mel Laforme donne au Canada son premier titre mondial en couple, battant une bonne équipe de l'Allemagne de l'Est. Après de pauvres performances aux Olympiques de 1988 (Séoul), l'équipe canadienne se renforce et prend une nouvelle direction. Aux championnats du monde de 1990, le Canada décroche une médaille d'or, deux d'argent et une de bronze et, en 1991, les rameurs canadiens se démarquent sur la scène internationale. L'équipe féminine (quatre en pointe sans barreur) répète son exploit de l'année précédente en obtenant la médaille d'or. Silken Laumann devient la championne du monde en couple après avoir remporté l'argent en 1990. Les rameuses en huit avec barreur et en deux en pointe sans barreur remportent aussi des championnats mondiaux. Le huit masculin remporte l'argent pour une deuxième année consécutive.

  Les Olympiques de 1992 (Barcelone) sont un triomphe pour les rameurs canadiens. L'équipe remporte quatre médailles d'or. Le huit féminin (Marnie McBean, Kathleen Heddle, Kirsten Barnes, Brenda Taylor, Jessica Monroe, Kay Worthington, Megan Delahanty, Shannon Crawford et le barreur Lesley Thompson), le quatre féminin (Kirsten Barnes, Brenda Taylor, Jessica Monroe et Kay Worthington) et le deux féminin (Marnie McBean et Kathleen Heddle) répètent les performances, toutes couronnées d'or, des championnats mondiaux de l'année précédente. Le huit masculin (John Wallace, Bruce Robertson, Michael Forgeron, Darren Barber, Robert Marland, Michael Rascher, Andy Crosby, Derek Porter et le barreur Terry Paul) remportent l'or en dépassant l'équipe allemande, alors championne olympique et championne mondial. C'est cependant Silken Laumann qui volera la vedette avec sa médaille de bronze remportée après deux mois seulement de convalescence d'une grave blessure. Laumann est une source d'inspiration pour les athlètes de tous les pays participant à ces jeux.

 C'est encore en aviron que le Canada connaît le plus de succès aux Olympiques d'Atlanta (1996). Marnie McBean et Kathleen Heddle remportent l'or encore une fois dans le deux de couple (elles sont les premières Canadiennes à remporter trois médailles d'or). Derek Porter et Silken Laumann se méritent tous deux l'argent en skiff. David Boyes, Gavin Hassett, Jeffrey Lay et Brian Peaker remportent l'argent au quatre en couple (poids légers). Heather McDermid, Tosha Tsang, Maria Maunder, Alison Korn, Emma Robinson, Anna van der Kamp, Jessica Monroe, Theresa Luke et Lesley Thompson remportent l'argent au huit féminin. Pour McBean, Heddle ainsi que Laryssa Beisenthal et Diane O'Grady, c'est le bronze pour le quatre en couple. Aux Jeux Olympiques de Sydney, le Canada ne pouvait espérer qu'une médaille de bronze en aviron au huit féminin. Robinson et Luke (toutes deux membres du huit féminin) avait gagné en 1999 au championnat du monde, mais l'équipe du huit féminin n'a pu faire mieux qu'une quatrième place au Jeux de Sydney.

Succès continu

L'équipe canadienne a consacré la majeure partie de la première décennie de 2000 à former et à entraîner de jeunes rameurs, même si le Canada a continué de récolter régulièrement des médailles et de se classer parmi les dix meilleurs du monde. Aux Jeux olympiques d'Athènes en 2004, le quatre sans barreur de Cameron Baerg, Jake Wetzel, Thomas Herschmiller et Barney Williams a remporté l'argent.

Les Jeux de Beijing en 2008 ont souri aux rameurs canadiens : le huit barré de Kevin Light, Ben Rutledge, Andrew Byrnes, Jake Wetzel, Malcolm Howard, Dominic Seiterle, Adam Kreek, Kyle Hamilton (barreur Brian Price) a remporté l'or; David Calder et Scott Frandsen ont décroché l'argent en double sans barreur; le quatre sans barreur d'Iain Brambell, Jon Beare, Mike Lewis et Liam Parsons a remporté le bronze, tout comme le deux de couple féminin de Melanie Kok et Tracy Cameron.


Lecture supplémentaire

  • Robert Sinclair Hunter, Rowing in Canada Since 1848 (1933); Peter King, Art and a Century of Canadian Rowing (1981); Heather Clarke and Susan Gwynne-Timothy, Stroke: The Inside Story of Olympic Contenders (1988); Jason Dorland, Chariots and Horses: Life Lessons from an Olympic Rower (2011); Silken Laumann, Peter King, Michael Cullen, and Calvin Wharton, Rowing (1994); J. A. Carver, The Vancouver Rowing Club (nd).

Liens externes