Brian Barley

Brian (Holgate) Barley. Saxophoniste, clarinettiste, compositeur (Sarnia, Ont., 10 décembre 1942 - Toronto, 8 juin 1971). Il commença à jouer de la clarinette à 11 ans et, sous l'influence du musicien de jazz Lee Konitz, il adopta aussi le saxophone à 13 ans.

Brian Barley

Brian (Holgate) Barley. Saxophoniste, clarinettiste, compositeur (Sarnia, Ont., 10 décembre 1942 - Toronto, 8 juin 1971). Il commença à jouer de la clarinette à 11 ans et, sous l'influence du musicien de jazz Lee Konitz, il adopta aussi le saxophone à 13 ans. Ses professeurs de clarinette furent Avrahm Galper et Ezra Schabas à l'Université de Toronto et Robert Marcellus au Cleveland Cons. Barley fut clarinettiste avec l'ONJ (1963-65), avec l'Orchestre de Cleveland et l'Orchestre symphonique de Vancouver.

Il se fixa à Montréal en 1966 et se consacra exclusivement au jazz. Il joua dans les formations de Pierre Leduc, Ron Proby, Herb Spanier, Vic Vogel et d'autres. Vers 1968, Barley constitua l'audacieux trio Aquarius Rising - dans lequel lui-même était saxophone ténor et soprano ainsi que clarinette basse, aux côtés de Claude Ranger (batterie) et Michel Donato (contrebasse), remplacé par la suite par Daniel Lessard (guitare basse) - lequel enregistra le micr. The Brian Barley Trio (1970, RCI 309) et se produisit à Montréal et à Québec. Ce micr., réalisé avec Lessard, inclut les compositions de Barley Plexidance, Schlucks, Three by Five et Oneliness. Des enregistrements d'autres titres de Barley avec Donato et Ranger demeuraient inédits en 1990. Barley fit également des enregistrements à l'Expo 67 aux côtés de Leduc et de Maynard Ferguson. Peu avant sa mort (des suites d'un accident d'automobile survenu en 1966), Barley retourna à Toronto et se joignit de nouveau à Ranger et Donato pour un bref passage au club de jazz Meat and Potatoes (mars 1971).

Dans un compte rendu de l'un des deux micr. de Ferguson sur lesquels joue Barley, Doug Ramsey écrivait : « Barley... serait sans aucun doute devenu un géant du saxophone ténor... Il y avait chez lui suffisamment de Sonny Rollins pour qu'on s'en aperçoive mais Barley était un styliste individuel, dont l'héritage laissé par ses enregistrements... est riche d'humour, montre une connaissance approfondie de l'histoire du saxophone ténor de jazz et une musicalité saisissante » (Down Beat, 12 avril 1973).


Lecture supplémentaire

  • Jazz in Canada

    Gilmore, John. Who's Who of Jazz in Montreal: Ragtime to 1970 (Montreal: Véhicule Press 1989)