Jacques Beaudry

(Joseph René) Jacques (André) Beaudry, chef d'orchestre (né le 10 octobre 1924 à Sorel, au Québec; décédé le 3 juin 2017 à Sorel). B.A. (Montréal) 1945.

Après avoir étudié le piano et l'orgue au collège de Montréal avec Lucien Jolicoeur (1938-43), il travailla (1944-47) sous la direction d'Alfred La Liberté (piano) et de Séverin Moisse (harmonie, contrepoint). Il poursuivit ses études au Cons. royal de Bruxelles (1947-54) avec Marcel Maas (piano), André Souris (harmonie), Jean Absil (contrepoint), Maurice Raskin (musique de chambre) et René Defossey (direction d'orchestre), obtenant des diplômes dans ces diverses matières. Optant pour cette dernière discipline, il suivit les cours de Willem van Otterloo à Hilversum, Hollande, et ceux de Paul van Kempen à l'Accademia Chigiana de Sienne. Il fit ses débuts de chef d'orchestre à l'émission radiophonique « Petit concert » à la SRC, en 1955. Il a par la suite dirigé de nombreux concerts de l'Orchestre symphonique de Québec, de l'OSM, du TSO et de l'OCNA, ainsi que l'Orchestre symphonique de la SRC et l'Orchestre métropolitain de Montréal. Il fut le premier chef d'orchestre nord-américain à être invité par le ministère des Affaires culturelles de l'U.R.S.S. (1957), pays où il retourna en 1959, dirigeant au cours de ces deux visites plusieurs orchestres dont l'OS d'État de Moscou et l'Orchestre philharmonique de Leningrad. Il a fréquemment dirigé des concerts en Europe, entre autres avec l'Orchestre philharmonique tchèque (Festival du printemps de Prague 1961), puis en Pologne, Norvège, Grèce, Belgique, Suisse, Italie, Hollande, etc. Lorsque l'OSM se rendit en U.R.S.S. en 1962, donnant ses premiers concerts à l'étranger, Zubin Mehta et Beaudry s'en partagèrent la direction. Beaudry le dirigea alors à quatre reprises ainsi qu'à l'un de ses deux concerts à Paris. Il fut également le premier chef d'orchestre canadien à diriger à l'Opéra de Paris, totalisant dans ce théâtre plus de 150 représentations entre 1967 et 1972, notamment d'oeuvres comme Aïda, Carmen, Don Carlos, Lucia di Lammermoor, Tosca, etc. À la suite de ses débuts dans Lucia di Lammermoor, Bernard Gavoty (Clarendon) écrivit dans Le Figaro (Paris, 15 novembre 1967) : « Voilà certainement un chef : l'espèce n'en est pas commune. Celui-ci a de la prestance et de la présence, un beau métier, du brio, de la finesse quand il faut, le sens des masses chorales et il accompagne soigneusement les solistes. J'ai retrouvé Beaudry au lyrique tel que je l'avais connu et apprécié au <symphonique>, bien équilibré, parfait musicien, sachant conquérir l'estime et le respect de ceux qu'il dirige - un chef, je le répète. »

Il fut aussi chef invité lors de l'inauguration du nouvel Opéra de Varsovie (1969). Bien qu'il soit établi à Paris, Beaudry est revenu régulièrement au Canada; il dirigea entre autres La Traviata et Aïda de Verdi à la SRC (1971) et La Bohème de Puccini à la PDA et au Grand Théâtre de Québec, production de l'Opéra du Québec (1975). Il était au pupitre lors de spectacles de Margot Fonteyn et Rudolf Noureev à New York et à Washington (1974,1975). Avec le Ballet de l'Opéra de Stuttgart, il s'est produit notamment à New York, Washington, Philadelphie et Stuttgart (1973, 1975). À partir de 1962, il dirigea comme invité aux théâtres lyriques de Mulhouse, Lyon, Strasbourg, Nice, Toulouse et Lille

Il a dirigé plusieurs oeuvres de compositeurs canadiens, notamment Esquisse de François Morel (U.R.S.S. 1960); Mouvement symphonique I de Roger Matton (Festivals de Montréal 1961, Athènes 1961, Paris 1966, Bruxelles 1967, Québec et Thetford Mines 1973); Kaléidoscope de Pierre Mercure (Union Soviétique 1957, Canada 1958, Guatemala 1959); et, de Jean Vallerand, Cordes en mouvement (Paris 1972) et Le Diable dans le beffroi (Pologne et Tchécoslovaquie 1960, Norvège et Canada 1961, Union soviétique 1962 et France 1962, 1972). Il a créé une dizaine d'oeuvres du compositeur français André Casanova dont l'opéra Le Bonheur dans le crime, au Théâtre du Capitole de Toulouse (1973), une oeuvre qui reçut le grand prix de la Création lyrique en France. La Société Saint-Jean-Baptiste a décerné à Beaudry son Prix de musique Calixa-Lavallée 1960.

Discographie

Papineau-Couture Pièce concertante n 3, J. Hétu Symphonie op. 2, O. Joachim Concertante n 1 : Bress vn, Charbonneau perc, Major fl, Iacurto cl, Husaruk vn, Mignault vc, Iösch-Lorcini hp, orch cdes SRC Mtl; 1971; RCI 293, (Papineau-Couture) 6-ACM 4, (Hétu) 4-ACM 31 (CD), (Joachim) 6-ACM 14.

Voir aussi DISCOGRAPHIE de l'Orchestre métropolitain.


Lecture supplémentaire

  • Prévost, Pierre. 'Jacques Beaudry ambassadeur de la musique,' Maclean, Aug 1961