Bell, George Maxwell

George Maxwell Bell, « Max », éditeur de journal, industriel, sportif (Regina,13 oct. 1912 -- Montréal, 19 juill. 1972).

Bell, George Maxwell

George Maxwell Bell, « Max », éditeur de journal, industriel, sportif (Regina,13 oct. 1912 -- Montréal, 19 juill. 1972). Quand son père, George Melrose Bell, éditeur du Calgary Albertan accablé de dettes, meurt en 1936, Max Bell (alors directeur général du journal) réunit une somme de 35 000 $ grâce à des prêts de ses amis et reprend les activités. En trois ans, il rembourse ses emprunts et la banque et, en 1943, il est l'éditeur de l'Albertan.

Des investissements fructueux dans le pétrole et ailleurs permettent à Bell d'amasser une fortune et de construire un empire de la presse. Il était à un moment l'actionnaire individuel le plus important du Canadien Pacifique (CP). En 1959, il est sur le point d'acheter la Compagnie de la baie d'Hudson, mais se retire à la dernière minute, uniquement parce qu'il prend conscience qu'il manque d'expérience dans le domaine du commerce de détail. Aussi, en 1959, il fonde la compagnie FP Publications avec Victor Sifton du Winnipeg Free Press.

Bell achète d'abord six journaux : l'Ottawa Journal, le Winnipeg Free Press, le Free Press Weekly, le Calgary Albertan, le Victoria Times et le Victoria Daily Colonist. Il agrandit la chaîne en 1963 par l'achat d'intérêts majoritaires dans Sun Publishing de Vancouver. FP acquiert aussi le Lethbridge Herald, le Montreal Star et le Globe and Mail.

Au milieu des années 60, les Canadiens lisent en majorité des journaux de FP. Bell laisse ses journaux libres de s'exprimer, déclarant qu'il est plus intéressé aux profits qu'à leurs politiques éditoriales.

Sportif enthousiaste toute sa vie, il joue au hockey pour les Kimberley de la Colombie-Britannique et pour les Dynamiters pendant deux ans après l'obtention de son diplôme à McGill, en 1932. Plus tard, il investit dans les CANUCKS DE VANCOUVERde la Ligue nationale de hockey (LNH) et dans les chevaux de course. En 1965, son cheval, Meadow Court, gagne l'Irish Derby; un autre gagne le Queen's Plate. Défenseur de l'activité physique tout au long de sa vie, Bell n'a jamais pris d'alcool ou fumé. Il faisait souvent sa gymnastique durant les séances de travail et, à l'âge de 50 ans, au grand étonnement d'un groupe d'éditeurs, il traversa la salle de réunion en marchant sur les mains.

Homme profondément religieux, affable, plein de vitalité (qui, dit-on, ne s'est jamais fait d'ennemi), Bell a financé généreusement, et souvent de façon anonyme, les entreprises de sa communauté et, en particulier, l'Église presbytérienne. Lorsqu'il meurt d'une maladie du cerveau à 59 ans, les hommage sincère de ses contemporains affluent de tout le continent et d'Europe. Il a laissé un patrimoine évalué à 22 millions de dollars.