Blainville

En 1673, le gouverneur Louis de Buade de Frontenac, qui veut développer la jeune colonie de la Nouvelle-France, concède d'immenses terres à des administrateurs, des prêtres et des militaires haut gradés qui acquièrent le statut de seigneurs.

Blainville

Blainville

Blainville, ville du Québec; pop. 46 493 (recens. 2006), 36 029 (recens. 2001); const. en 1968. Blainville est située à 25 km au nord de Montréal.

Historique
En 1673, le gouverneur Louis de Buade de Frontenac, qui veut développer la jeune colonie de la Nouvelle-France, concède d'immenses terres à des administrateurs, des prêtres et des militaires haut gradés qui acquièrent le statut de seigneurs. La seigneurie des Mille Îles est ainsi fondée au nord de la rivière du même nom. En 1791, un litige au sujet des droits sur le moulin entraîne la division en deux du territoire de la seigneurie. Cette division forme la « Grande ligne », qui deviendra par la suite la route 117. La ville se développe le long de cet axe nord-sud. En 1968, Blainville se sépare de la paroisse de Sainte-Thérèse-de-Blainville (1845).

La seigneurie de Blainville porte le nom de son troisième seigneur, Jean-Baptiste Céloron de Blainville, un soldat courageux mort au combat en 1756.

Développement
L'expansion industrielle de la région débute en 1939 avec l'implantation du Camp Bouchard, une usine de munitions. Cette usine emploie 6000 travailleurs, dont beaucoup sont des nouveaux venus. Après la Deuxième Guerre mondiale, jusqu'en 1969, Camp Bouchard était une base militaire. Depuis le milieu des années 1980, des jeunes ménages sont attirés par Blainville en raison du prix abordable de l'habitation de la zone métropolitaine de Montréal.

Les cavaliers du monde entier viennent concourir au Parc équestre de Blainville, le deuxième lieu de compétition équestre en importance dans l'Est du Canada.