Bonhomme! Bonhomme!

« Bonhomme! Bonhomme! ». Un texte assez cocasse d'Ernest Gagnon, « Voleurs de pois et vieille chanson » - écrit après qu'il eût pris connaissance d'un document conservé aux archives judiciaires de Québec - révèle que cette chanson était chantée à Québec dès 1638.

Bonhomme! Bonhomme!

« Bonhomme! Bonhomme! ». Un texte assez cocasse d'Ernest Gagnon, « Voleurs de pois et vieille chanson » - écrit après qu'il eût pris connaissance d'un document conservé aux archives judiciaires de Québec - révèle que cette chanson était chantée à Québec dès 1638. En France, ce chant folklorique est constitué d'un mélange de paroles en français et en patois. Comme le précise Gagnon dans ses Chansons populaires du Canada (Québec 1865), on en connaît ici deux versions. La première demande au bonhomme s'il sait jouer du genou par terre et on touche alors le sol avec son genou. La chanson se poursuit avec le coude, etc. La deuxième demande au bonhomme s'il sait jouer d'un instrument de musique qu'on imite par le geste et des onomatopées. Toujours dans le volume de Gagnon, on retrouve la mélodie en mineur. Elle est différente de celle plus connue en majeur, publiée par La Bonne Chanson dans Chantons en choeur (Saint-Hyacinthe 1945). Talivaldis Kenins en a fait un arrangement pour choeur (Harris 1962). Elle a été gravée sur 78t. notamment par Conrad Gauthier. Sur micr., elle a été enregistrée par André Bertrand (Franco-Elite 6901) ainsi que par Paul-Émile Corbeil et les Gais Copains (Fonorama MF-5).


Lecture supplémentaire

  • Gagnon, Ernest. 'Voleurs de pois et vieille chanson,' Nouvelle-France, vol 7, Nov 1908