Boris Roubakine

Pianiste, professeur (Clarens, Suisse, de parents russes, 9 mai 1908 - Calgary, 30 avril 1974). Il étudia le piano avec sa mère (1916-20) et avec Mathilde de Ribaupierre à Lausanne.

Boris Roubakine

Boris Roubakine. Pianiste, professeur (Clarens, Suisse, de parents russes, 9 mai 1908 - Calgary, 30 avril 1974). Il étudia le piano avec sa mère (1916-20) et avec Mathilde de Ribaupierre à Lausanne. Il étudia les matières théoriques et la composition avec Aloys Fornerod (Suisse, 1926-28), le piano avec Paul Loyonnet, la composition avec Dukas et le répertoire pour piano avec Nadia Boulanger (Paris, École normale de musique, 1928-30). Il se produisit fréquemment en Suisse et enseigna à l'Institut de Ribaupierre (1930-40). À titre de partenaire du violoniste Bronislaw Huberman (1939-46), il effectua des tournées dans plusieurs parties du monde, dont les États-Unis et le Canada. Il vécut quelques années à New York, puis vint au Canada (1949) pour enseigner à la Senior School du RCMT et, plus tard, à l'Université de Toronto. Il se produisit partout au Canada ainsi qu'en Hollande et en Suisse avec la violoniste Betty-Jean Hagen. Il avait une réputation nationale en tant qu'examinateur et juge de concours. Après 1957, il dirigea les classes de piano à l'ÉBA Banff (CA Banff). Il donna des récitals-causeries et organisa des ateliers pédagogiques à l'Université de l'Alberta (1955-60), et enseigna le piano à l'Université de la Colombie-Britannique (1961-67) et à l'Université de Calgary de 1967 à sa mort. Au nombre de ses élèves figurent William Aide, Gwen Beamish MacMillan, Howard Fuller Brown, Ann Burrows, Diana McIntosh, Arlene Nimmons Pach, Arthur Ozolins, Willard Schultz, Tony Strong et la pianiste suisse Nicole Wickihalder. Expert en photographie de paysages, Roubakine exposa en Europe et aux États-Unis et donna des conférences sur la photographie, remettant ses profits à un fonds créé pour l'octroi de bourses aux jeunes pianistes. Après sa mort, le fonds fut maintenu et consacré à l'attribution de bourses à sa mémoire et à la publication de ses photos. En hommage à Roubakine, la Gazette de Lausanne écrivit : « Il alliait un penchant très personnel vers un lyrisme romantique à une intelligence lucide et son jeu était animé d'une vie intérieure profonde et sentie. Il était... un pédagogue d'une grande autorité et d'une vaste culture... » L'auditorium Roubakine, du pavillon Donald Cameron du CA Banff, rappelle l'oeuvre qu'il accomplit à cet endroit. Son portrait, par Holly Middleton, est exposé dans le pavillon. Une salle de récital de l'Université de Calgary porte son nom.