Musique à Brandon

Ville du Manitoba située sur la rivière Assiniboine à 200 km à l'ouest de Winnipeg. Brandon fut colonisé en 1878.

Brandon

Ville du Manitoba située sur la rivière Assiniboine à 200 km à l'ouest de Winnipeg. Brandon fut colonisé en 1878. Baptisé du nom d'un ancien entrepôt de la Compagnie de la baie d'Hudson, Brandon House, l'endroit fut desservi par le chemin de fer du CP à partir de 1881 et acquit le statut officiel de ville en 1882. En 1975, la région de Brandon comptait plus de 60 industries mais demeurait une communauté essentiellement agricole. En 1986, sa population s'élevait à 38 000 habitants.

Deuxième ville en importance au Manitoba, Brandon est le centre culturel de l'ouest de la province. Sa principale institution musicale est l'école de musique de l'Université de Brandon, à laquelle se rattachent notamment le Trio de l'Université de Brandon, qui se produit en public partout au Manitoba, et un orchestre de chambre, un choeur, une harmonie et une troupe de jazz. L'école est également le siège du Concours national de musique Eckhardt-Gramatté pour l'exécution de la musique canadienne. Un grand nombre de ses diplômés enseignent dans les écoles élémentaires et secondaires de la ville, où sont montées plusieurs comédies musicales tous les ans.

Issue du groupe Musical Nomads, la Brandon Operatic Society (milieu des années 1920-v. 1940) présenta des comédies musicales à l'auditorium de l'hôtel de ville. Mme Marjorie Johnson (née Tyson, dont le nom de théâtre en Angleterre était St Oyn, anagramme de son nom) chanta dans des opérettes dont elle fit également la mise en scène, telles que The Arcadians de Howard Talbot et Lionel Monckton, Merrie England d'Edward German, The Country Girl et The Runaway Girl de Monckton, The Maid of the Mountains de Harold Fraser-Simson et The Geisha de Sidney Jones. Parmi les interprètes, on retrouvait aussi Lillian Edmundson, Humphrey et Eric Davies et Sidney Wrightson. Les problèmes de distribution causés par la guerre entraînèrent la dissolution de la compagnie : « Les huit campements de l'armée et de l'aviation militaire situés dans un rayon de 50 milles changèrent l'atmosphère à tout jamais. Les jeunes gens s'en allèrent et les jeunes filles s'empressèrent de se marier et de partir... The Geisha vacilla de répétition en répétition pendant deux saisons puis sombra doucement dans l'oubli » (Brandon Sun, 26 novembre 1971).

Dès 1928, Brandon inaugura un festival-concours annuel, le Festival of the Arts, qui s'intégra au réseau de festivals de ce type que visitaient des examinateurs britanniques. William Neale (né v. 1887), clarinettiste, prof. de musique et chef d'harmonie qui fit carrière à Brandon à partir de 1910, fonda un orchestre d'amateurs qui joua régulièrement au festival avant la guerre. Après la fin des hostilités, le festival fut pris en charge par un comité de citoyens et finit par comporter des classes hors concours et des ateliers d'interprétation. Le festival célébra son 60e anniversaire en 1987. Une chronique intitulée On the Road to Excellence fut publiée à cette occasion. Le Brandon Folk Music and Art Festival, créé en 1985, a lieu chaque année durant la première semaine d'août.

La grande Emma Albani chanta à Brandon en 1897. Le premier grand concert choral à y avoir lieu fut sans doute celui du 1er mai 1903 avec le Festival Chorus, un ensemble de 150 voix préparé par Frank B. Fenwick à l'occasion du Cycle des festivals de musique du Dominion du Canada. Tout au long du siècle, les citoyens de la ville ont fait partie de chorales religieuses ou profanes. En 1912, il existait déjà à Brandon une florissante Choral Society de 60 voix, dirigée pendant trois ans par John Edward Hughes (né au Pays de Galles en 1863, établi à Brandon en 1891 et où il revint en 1897 après un séjour d'études à Detroit) et qui chanta avec les orchestres de Minneapolis et de Saint Paul. Le Western Manitoba Philharmonic Choir (1965-76), composé de 70 membres, fut dirigé successivement par Lucien Needham (1965-67), Leonard Mayoh (1967-73), Derek Morphy (1973-75) et Peter Allen (1975-76). Il donna deux concerts par an, dont des exécutions du Messie, des Requiem de Mozart et de Brahms et d'autres oeuvres de même calibre avec l'Orchestre symphonique de Winnipeg de passage dans la ville. Brandon a accueilli des artistes en tournées parrainées par les Overture Concerts, la FCAPM et les JMC. Depuis 1969, les principales manifestations musicales se tiennent au Western Manitoba Centennial Auditorium. L'OS de Winnipeg et le Ballet royal de Winnipeg ont régulièrement fait halte à Brandon. Depuis 1960, l'AMEM a organisé tous les ans en janvier un atelier où ont figuré des concerts donnés par des artistes de passage, dont l'OS de Cleveland. Parmi les musiciens de mérite nés à Brandon, citons la chanteuse Arlene Meadows, la pianiste Louise Chapman Needham, la pianiste, professeure et administratrice Peggy Sharpe, et le prodige du violon James Ehnes..