Brault, Victor

(Robert) Victor Brault. Baryton, chef de choeur, professeur (Sainte-Martine, près Montréal, 1899 - Montréal, 1963). Frère de Cédia Brault, il fut d'abord l'élève d'Alexis Contant pour le piano puis séjourna à Paris (1919-24), poursuivant des études vocales avec A.

Brault, Victor

(Robert) Victor Brault. Baryton, chef de choeur, professeur (Sainte-Martine, près Montréal, 1899 - Montréal, 1963). Frère de Cédia Brault, il fut d'abord l'élève d'Alexis Contant pour le piano puis séjourna à Paris (1919-24), poursuivant des études vocales avec A. Landély Hettich et des études théoriques avec André Gédalge. Il étudia aussi avec le ténor Edmond Clément avec qui il donna des concerts. Soliste intérimaire à l'église de la Madeleine, il chanta le rôle de Pierre dans Le Christ au mont des Oliviers de Beethoven avec l'Assn des concerts spirituels de la Sorbonne et fut soliste des Concerts Touche. À ses récitals aux salles Gaveau et Pleyel (1922-23), il chanta des oeuvres de Honegger, Roussel et Tansman avec les compositeurs au piano. Fauré l'accompagna dans L'Horizon chimérique. Brault créa Un peu d'ombre de Rodolphe Mathieu à la salle Gaveau (1922). Il fit ses débuts londoniens au Wigmore Hall (1923) dans un récital de mélodies françaises et chanta peu après, au Queen's Hall, les Trois poèmes de Mallarmé de Ravel sous la direction du compositeur. Ernest Newmann écrivit à son sujet : « ... l'on aurait vivement regretté de manquer d'entendre la parfaite diction de Victor Brault. Il nous est rarement donné de constater une si complète compréhension du poète et du musicien » (The Times, 19 octobre 1923). Par la suite, Brault reprit cette oeuvre à Bruxelles et au Festival de Hollande, de nouveau sous la direction de l'auteur.

De retour en Amérique, il se produisit à New York, Boston et Montréal. Il participa au concert au bénéfice d'Emma Albani au théâtre Saint-Denis (1925) puis ouvrit des studios à Montréal et à Boston. Il enseigna aussi au Cons. national de Montréal, à l'Université McGill et au Trafalgar Institute. Avec sa soeur, il participa au festival du CP à Québec en 1928. Avec Wilfrid Pelletier et Edward Johnson, il fonda en 1931 la Canadian Opera Company de Montréal dont il était dir.-gérant, et qui présenta Roméo et Juliette de Gounod sur la scène du théâtre Loew's, le 7 mai, avec des vedettes du Metropolitan Opera (Queena Mario, Johnson, Léon Rothier) et les Canadiens Lionel Daunais, Albert Viau et d'autres. À cause de la crise économique, la compagnie cessa ses activités et une production annoncée de Samson et Dalila demeura à l'état de projet. Un concert bénéfice avec la célèbre basse Alexander Kipnis rendit possible la présentation en concert de quatre ouvrages avec accompagnement de piano, à savoir Les Noces de Figaro et Orphée de Gluck (1933), Le Roi David de Honegger et Le Martyre de saint Sébastien de Debussy (1934); Victor Brault était au pupitre pour ces présentations dont les distributions étaient entièrement canadiennes. Il monta également au pupitre lors de représentations au Chalet du Mont-Royal de Roméo et Juliette et de Carmen au cours de l'été 1939. Il fut chef des choeurs à la SRC et fonda La Cantoria, ensemble vocal. Il fut également commentateur et dir. artistique de la série d'émissions radiophoniques « Le Chant du monde » présentée à la SRC (1944-45) dans le cadre de Radio-Collège.

Brault a fait des harmonisations de chansons du folklore canadien et a composé aussi quelques oeuvres sous le pseudonyme de Laurent Winter. Parmi ses élèves figurent Marcelle Gagné, Gérard Gélinas, Claude Létourneau et Albert Viau. Andrée Desautels est sa nièce.