Bruhn, Erik Belton Evers

Après avoir monté La Sylphide pour le Ballet National du Canada en 1964, Bruhn demeure associé à la troupe (et à l'ÉCOLE NATIONALE DE BALLET) en qualité d'artiste invité, de chorégraphe, de professeur, de producteur-en-résidence et, à partir de 1983, de directeur artistique.
Après avoir monté La Sylphide pour le Ballet National du Canada en 1964, Bruhn demeure associé à la troupe (et à l'ÉCOLE NATIONALE DE BALLET) en qualité d'artiste invité, de chorégraphe, de professeur, de producteur-en-résidence et, à partir de 1983, de directeur artistique.



Bruhn, Erik Belton Evers

 Erik Belton Evers Bruhn, danseur de ballet, chorégraphe et directeur artistique (Copenhague, Danemark, 3 oct. 1928 -- Toronto, 1er avril 1986). Après la Deuxième Guerre mondiale, il danse pour la compagnie du Ballet royal du Danemark et déménage en Angleterre pour se joindre au Metropolitan Ballet. C'est là qu'il danse avec Celia FRANCA, qui l'invite au Canada peu après la fondation duBALLET NATIONAL DU CANADA. En tant que danseur, Bruhn s'acquiert rapidement la réputation d'être un des plus grands « danseurs » de son temps, excellant non seulement dans les classiques, mais aussi dans des rôles dramatiques (par exemple, Jean dans Mademoiselle Julie de Birgit Cullberg) au sein de nombreuses compagnies de ballet du monde entier. Ses liens les plus étroits ont été avec l'American Ballet Theatre, le BALLET NATIONAL DU CANADA et le ballet royal suédois. Bruhn reçoit plusieurs prix, entre autres le prix Nijinsky en 1963 et le Diplôme d'honneur de la Conférence canadienne des arts, en 1974.

Après avoir monté La Sylphide pour le Ballet National du Canada en 1964, Bruhn demeure associé à la troupe (et à l'ÉCOLE NATIONALE DE BALLET) en qualité d'artiste invité, de chorégraphe, de professeur, de producteur-en-résidence et, à partir de 1983, de directeur artistique. C'est à ce titre qu'il commande de nombreuses nouvelles oeuvres, non seulement à des chorégraphes de ballet connus (comme Glen Tetley), mais aussi à des artistes canadiens oeuvrant dans le domaine de la danse moderne (Robert DESROSIERS, David EARLE, Danny GROSSMAN. Les oeuvres de Bruhn lui-même, comme sa version psychologique controversée du Lac des Cygnes et sa version bouillonnante de Coppélia fondée sur la tradition danoise, deviennent des piliers du répertoire. Son style classique impeccable, son intelligence impressionnante et son enseignement perspicace influencent de nombreux danseurs canadiens.

Sa succession fonde le Concours international de ballet Erik Bruhn, qui s'adresse aux jeunes danseurs présentés par le Ballet National du Canada, l'American Ballet Theatre, le Ballet Royal ainsi que le Ballet royal du Danemark, en témoignage de reconnaissance aux compagnies qu'il a le plus admirées.


Lecture supplémentaire

  • E. Bruhn, Beyond Technique (1968); J. Gruen, Erik Bruhn: Danseur Noble (1979); K. Kain, S. Godfrey and P. Reed Doob, Movement Never Lies: An Autobiography (1994).

Liens externes

//