Bison, commerce des peaux de

Dans les années 1870, les peaux sont, pour l'Ouest canadien, le principal centre d'intérêt dans les relations entre la Compagnie de la Baie d'Hudson, le gouvernement canadien et les Américains.

Bison, peau de
La peau de bison est la principale protection des Indiens des Plaines contre le froid. Le commerce des peaux accél\u00e8re la disparition des troupeaux de bisons (oeuvre de Gordon Miller).

Bison, commerce des peaux de

Dans l'Ouest canadien, l'exportation des peaux de bison, c.-à-d. le cuir recouvert de son poil, est d'abord encouragée, dans les années 1830, par la COMPAGNIE DE LA BAIE D'HUDSON, qui cherche à garder les marchands de fourrures américains au sud du 49e parallèle. Ces peaux ne percent jamais le marché européen mais deviennent très populaires dans les années 1870 comme peaux de carriole dans l'Est canadien et aux États-Unis. Les Américains exploitent la ressource avec beaucoup de compétitivité.

Dans les années 1870, les peaux sont, pour l'Ouest canadien, le principal centre d'intérêt dans les relations entre la Compagnie de la Baie d'Hudson, le gouvernement canadien et les Américains. Durant cette période, les peaux sont troquées contre de l'alcool, qui fait des ravages parmi les autochtones. Les peaux sont les premiers produits de base que l'Ouest du Canada exporte directement vers l'Est du pays. Principale cause de l'extinction des troupeaux de BISONS canadiens, le commerce des peaux s'effondre au milieu des années 1870 en raison de la saturation du marché.