Musique bulgare au Canada

Bulgarie. Au milieu des années 1980, il y avait environ 6000 Canadiens d'origine bulgare, regroupés surtout en Ontario et particulièrement à Toronto. L'immigration la plus massive en provenance de ce pays balkanique se fit entre 1901 et 1931.

Au milieu des années 1980, il y avait environ 6000 Canadiens d'origine bulgare, regroupés surtout en Ontario et particulièrement à Toronto. L'immigration la plus massive en provenance de ce pays balkanique se fit entre 1901 et 1931. Ceux qui sont venus après la Première Guerre mondiale étaient pour la plupart d'origine rurale et sont devenus des ouvriers; l'immigration d'après la Deuxième Guerre mondiale amena de nombreux professionnels d'origine urbaine qui s'assimilèrent facilement à leur pays d'accueil. Entre 1989 et 1991, on estime qu'environ 1500 réfugiés bulgares sont arrivés à Montréal, et beaucoup d'autres à Toronto. L'affiliation religieuse de la majorité des Bulgares canadiens est l'orthodoxie orientale.

La principale contribution des Bulgares au pluralisme culturel du Canada fut la transmission d'un riche héritage de chansons et de danses folkloriques. Les chansons des cérémonies et des rites, des fêtes, des métiers et des danses, tout comme celles chantées aux soirées et aux réunions sociales, ont été préservées mais privées de leur contexte d'expression traditionnel et, par conséquent, de leur fonction originelle. Néanmoins, lors de réunions privées et de mariages, ces chansons traditionnelles remplissent une nouvelle fonction collective : celle du divertissement. En raison de la diversité des origines régionales des chanteurs et des chansons, il y a peu de participation active de la part des intéressés. Par conséquent, une grande partie du répertoire n'évolue plus au Canada. Les chansons partagées avec le plus d'enthousiasme par l'ensemble de la communauté sont les chansons urbaines (gradski pesni) que leur popularité dans la mère-patrie a préservées dans leur transition au pays d'adoption où elles sont appréciées pour leur caractère patriotique et national plutôt que régional. Le choeur de femmes Bŭlgarka, fondé par Kina Vŭlcheva en 1983, a interprété des chansons bulgares traditionnelles à Toronto et dans ses environs. Les danses folkloriques rapprochent les Bulgares canadiens beaucoup plus que ne le fait le chant. Il est rare qu'un événement social ne donne pas lieu à l'exécution de l'une ou l'autre des formes traditionnelles de la horo (danse en rond) : la pravo (simple) en 2/4; l'Eleno mome (signifiant « Chère Hélène ») en 7/16; ou la Daichovo (danse de Daicho) en 9/16. La première étude en profondeur des traditions de la musique folklorique des Bulgares canadiens fut complétée en 1974 par l'ethnomusicologue bulgare-canadienne Irene Markoff pour le Musée national de l'Homme (Musée canadien des civilisations). Sept oeuvres instrumentales et 201 chansons furent alors répertoriées. L'ethnomusicologue amér. Timothy Rice, un spécialiste de la musique folklorique bulgare, enseigna à l'Université de Toronto de 1974 à 1987. À deux reprises, il invita le Bulgare Kaostadin Varimezov, éminent joueur de gayda (genre de cornemuse), à venir enseigner à l'université. Staro Selo, un groupe torontois dont le répertoire inclut des chansons de femmes de l'ouest de la Bulgarie, se produisit à la Music Gallery en 1990 et au WOMAD en 1991.

Au nombre des musiciens canadiens de renom nés en Bulgarie figurent le chef d'orchestre et professeur Zanko Zankov de Hamilton; R.G. Katsunov, prêtre, compositeur et chef de choeur actif à Winnipeg et à Montréal durant les années 1920 et 1930; la pianiste de concert Slavka Nikolova de Toronto, reconnue comme une autorité dans l'interprétation des oeuvres de Chopin; et Chris (Christo) Dafeff, instructeur de violon au RCMT (1941-69) où Joseph Pach et Steven Staryk comptèrent parmi ses élèves. Dafeff fut également le fondateur et le chef de regroupements de choeurs folkloriques et d'orchestres. Parmi les émigrés bulgares plus récents, Anastas Fotev fut un luthier expert à Toronto, tandis que Blago Simeonov commença à enseigner la clarinette et la composition au RCMT en 1973. La pianiste Marion Grudeff et la contralto Mariana Paunova sont d'origine bulgare, tout comme le violoniste Peter Daminoff qui devint membre du TS en 1963. Le violoniste bulgare Luben Yordanoff effectua une tournée au Canada sous les auspices des JMC en 1959-60, et les chanteurs d'opéra Spas Wenkoff et Stefka Evstatieva se sont produits au Canada. La chorale nationale de Bulgarie, le choeur Obretenov, participa au Festival choral international 1989. Les quatre membres du group rock bulgare Ping Pong arrivèrent à Montréal en tant que réfugiés en 1990, et ont donné des spectacles au Canada sous le nom de What? En 1979, la Leamington Choral Society se produisit en Bulgarie, après avoir obtenu le premier prix dans une catégorie du Concours international de chorales à Varna. Le Duo Morel-Nemish représenta le Canada à Sofia lors du 23e congrès de l'Unesco en 1985.


Lecture supplémentaire

  • Balikci, Asen. 'Remarques sur la structure du groupe ethnique bulgare et macédonien de Toronto,' unpublished report for the National Museum of Man, Ottawa 1956

    Markoff, Irene. 'Folk music traditions of Bulgarian-Canadians resident in Southen Ontario,' unpublished report for the National Museum of Man, Ottawa 1973-4

    Pelinski, Ramón. 'Music of Canada's ethnic minorities,' CMB, 10, Spring-Summer 1975

    Markoff, Irene. 'Persistence of old world cultural expression in the traditional music of Bulgarian-Canadians,' Culture and History of the Bulgarian People: Papers Presented at a Symposium (Pittsburgh 1982)

    Moreau, Yves. 'Observations on the recent widespread adoption and adaptation of Bulgarian folk music and dance in North America and elsewhere,' Ethnomusicology in Canada, ed R. Witmer, CanMus Documents 5 (Toronto 1990)