Caïn, W. 39

Caïn, W. 39. Oratorio d'Alexis Contant sur un texte du frère Symphorien, frère des Écoles chrétiennes, inspiré de l'épisode biblique de Caïn et Abel.

Caïn, W. 39

Caïn, W. 39. Oratorio d'Alexis Contant sur un texte du frère Symphorien, frère des Écoles chrétiennes, inspiré de l'épisode biblique de Caïn et Abel. Composée en 1904-05, l'oeuvre fut créée au Monument national de Montréal le 12 novembre 1905 par un choeur de 250 voix et un orchestre de 45 instrumentistes dirigés par J.-J. Goulet, en présence de sir Wilfrid Laurier, Premier ministre du Canada. Les solistes étaient Ellsworth Duquette, basse (Caïn), Édouard LeBel, ténor (Abel), Joseph Saucier, baryton (Adam), Antoinette Landry, mezzo-soprano (Ève) et Mme A. Desmarais (Messager céleste). Une exécution partielle prit place au même endroit le 25 octobre 1906. Depuis lors, la SRC en a présenté quelques extraits, notamment en 1958 et 1977, mais l'oeuvre complète ne fut reprise que le 27 septembre 1980 à Victoria, C.-B., avec l'Orchestre symphonique de Victoria, les Amity Singers et des solistes sous la direction de Paul Freeman. Au Québec, une présentation intégrale prit place le 13 novembre 1988 à l'église Saint-Jean-Baptiste de Montréal, avec le Choeur de Montréal, la Chorale de la faculté de musique de l'Université de Montréal, l'OJQ et des solistes de l'Atelier lyrique de l'Opéra de Montréal, avec Jean-François Sénart au pupitre.

Caïn est divisé en trois parties : la Haine, le Sang et la Promesse, précédées d'une ouverture. Selon Romain Gour, « l'oeuvre déploie des contrastes polyphoniques saisissants à la façon de Verdi ou de Berlioz... On y trouve aussi une certaine influence de Wagner et une prédisposition fort marquée pour l'opéra » (Qui?, décembre 1953). Le manuscrit original (300 pages) a été déposé à la Bibliothèque nationale du Canada. Voir aussi Oratorios canadiens 4.