L'évolution du canal Welland

Le 30 novembre 1829, deux goélettes partirent les voiles hautes de Port Dalhousie pour se rendre à Port Robinson, en la province du Haut-Canada, pour annoncer l'ouverture du canal Welland, et ainsi, la complétion d'une merveille en génie.



Le 30 novembre 1829, deux goélettes partirent les voiles hautes de Port Dalhousie pour se rendre à Port Robinson, en la province du Haut-Canada, pour annoncer l'ouverture du canal Welland, et ainsi, la complétion d'une merveille en génie. Le canal reliait le lac Érié au lac Ontario, les deux lacs ayant une différence de niveau de 99 mètres, ouvrant ainsi la route vers l'Ouest et contrant la menace économique du canal Érié américain.

Le début de la colonisation du Canada, sans routes ni sentiers, dépendait des rivières et des lacs en tant que moyens pratiques et efficaces de déplacement. Toutefois, le fleuve Saint-laurent et les chutes Niagara présentaient des obstacles redoutables aux déplacements d'est en ouest par voie maritime vers l'intérieur du pays. Avant la construction du canal Welland, la seule route entre le lac Ontario et le lac Érié était celle du portage dangereux et épuisant de Queenston à Chippewa Creek. Le canal fut une véritable bouée de sauvetage lancée à l'intérieur de l'Amérique du Nord en ce qui a trait aux échanges et au commerce. Les communautés établies le long du canal lui doivent leur allure urbaine et leur développement industriel.

L'élément moteur du canal fut l'homme d'affaires William Hamilton Merritt, de St. Catherines. C'est lui qui entreprit les premières démarches menant à sa construction. Plusieurs fois déjà, l'on avait avancé l'idée de contourner les chutes au moyen d'un canal, mais ce fut la démarche de Merritt qui en assura la réalisation. Il était convaincu qu'un canal pouvait être creusé, à partir du bassin de Twelve Mile Creek, pour relier les deux lacs. Les navires pouvaient naviguer la Chippewa, maintenant appelée la rivière Welland, pour se rendre à la rivière Niagara, et aboutir finalement au lac Érié.

La Welland Canal Company fut incorporée en 1824 à la suite de la promulgation d'une loi. La première pelletée de terre fut tournée le 30 novembre 1824 par George Keefer, le président de la compagnie. Originairement, la Welland Canal Company projetait de combiner le canal à une voie ferroviaire; des locomotives tireraient les bateaux le long des collines sur des rails en bois. Il s'agissait certainement d'un moyen assez difficile de déplacer des navires entre deux élévations. Il était aussi suggéré de creuser un tunnel qui traverserait le sommet, un tunnel de 4,5 m de large, 4 m de haut, avec une calaison de 1,8 m. La compagnie décida éventuellement d'escalader l'accore au moyen d'une série d'écluses, et de creuser et d'ouvrir un chenal - le Deep Cut/tranchée profonde - entre le sommet et la rivière Welland.

Le vaisseau Anne and Jane, Anne and Jane, en train de faire le premier transit du canal Welland Canal en 1829 avec la permission du St Catharines Historical Museum).

Le premier canal (il y a eu trois itérations depuis ce moment-là) suivait Twelve Mile Creek de Port Dalhousie à Port Robinson pour rejoindre la rivière Welland, qui coulait de la rivière Niagara jusqu'au lac Érié.

Des glissements de terrain dans le Deep Cut causèrent plusieurs retards; ainsi, en 1828, la compagnie décida de remonter le niveau du sommet du canal de 2,4 mètres et de trouver un approvisionnement d'eau à un niveau plus élevé. Un canal d'alimentation fut construit en direction nord-ouest, traversant les cantons de Wainfleet et de Moulton afin de tirer l'eau de la rivière Grand. Le canal d'alimentation traversait la rivière Welland sur un aqueduc en bois et son sommet se situait au niveau de Port Robinson. Le canal était relié à la rivière Welland par deux écluses allant du sommet jusqu'à la rivière.

Le moins que l'on puisse affirmer, c'est que ce fut un projet ardu. Les équipes de construction, composées en grande partie d'immigrants européens, travaillèrent pendant cinq ans pour creuser le canal. Ils ne disposaient que de peu d'outils sauf des piques et des pelles pour creuser ce canal de 43,4 km de long, 2,4 m de profondeur et 6,7 m de large; il y avait 40 écluses sur sa longueur. Les ouvriers gagnaient environ 50 sous par jour.

À l'automne de 1829, l'eau coula dans le canal d'alimentation et relia les lacs Érié et Ontario pour la première fois. Le schooner canadien Annie and Jane de York, et le R.H. Boughton de Youngston, New York, furent les premiers navires à emprunter le canal; ils arrivèrent à Chippewa le 30 novembre, cinq ans jour pour jour depuis la première pelletée de terre.

Tout comme les navires qui l'empruntent, le canal Welland s'est transformé au fil des ans. Aujourd'hui, le canal emprunte la route la plus directe de tous les canaux antécédents : son tracé est perpendiculaire à l'escarpement Niagara de Port Wellers à Port Colborne. Il fait 24,4 m de large et compte huit écluses, chacune de 262 m de long. L'eau, la gravité et des compartiments étanches remontent et descendent des vaisseaux le long de l'escarpement Niagara, permettant ainsi à d'énormes navires de charge et à de petites embarcations de plaisance de se rendre jusqu'au cœur du continent nord-américain.