Castor



Castor, répartition du
Castor
Les castors sont d'excellents nageurs et peuvent rester sous l'eau pendant 15 minutes (Corel Professional Photos).

Castor

Castor. Le choix du castor comme emblème du Canada remonte au moins au XVIIe siècle. Élément essentiel de la traite des fourrures, qui suscita le premier intérêt mercantile de l'Europe pour le Nouveau Monde, l'industrieux mammifère à queue aplatie et à riche fourrure fut représenté dans des armoiries octroyées au début du XVIIe siècle à sir William Alexander (maître de la Nouvelle-Écosse) par Charles 1er d'Angleterre. Il apparut sur les armoiries de la ville de Montréal nouvellement incorporée (1832) et sur le premier timbre-poste du Canada en 1851. À Montréal, une satire musicale portant le titre de King of the Beavers, signée du pseudonyme « Sam Scribble », fut écrite en 1865. Le castor est toutefois moins fréquemment nommé dans les titres de chansons ou représenté sur la page frontispice de la musique imprimée que l'omniprésente feuille d'érable. Il semble avoir orné pour la première fois les Original Canadian Quadrilles de Maffré (Herbert 1847) où il apparaît avec la feuille d'érable, comme dans le cas des chansons « Here's to the Land of the Beaver » (1900) de C.H. Moody, « Maple Leaf and Beaver » (1915) de N. McLeod et « Made in Canada Campaign Song » (1915) de N. Fraser Allan. Le Castor, « polka patriotique » (Herbert) de Fleury d'Eschambault, fut annoncée en 1857 et les partitions de « La Frontière » (chant national) et de « Nos jours de gloire » (chanson canadienne), du même compositeur, étaient ornées d'un castor. La Danse du castor canadien a été enregistrée par l'accordéoniste Tommy Duchesne pour Starr dans les années 1930. Le texte de Gilles Vigneault« Le Dict de l'aigle et du castor » a été mis en musique par Claude Léveillée sous la forme de ce que le compositeur a appelé « un concerto parlé ». Parmi les chansons qui font référence au castor, mentionnons « My Own Dear Canada » (1917) de Charles Harrison, la favorite des feux de camp « Land of the Silver Birch », et « Show Us the Length » de Stringband. Boosey & Hawkes a publié (s.d.) The Land of the Maple and the Beaver de Charles O'Neill.