Céréales

Les céréales font partie de la famille des Graminées dont on consomme les grains riches en amidon (féculents). Les céréales produites à grande échelle au Canada sont le BLÉ, l'ORGE, l'AVOINE, le SEIGLE et le MAÏS.

Céréales

Les céréales font partie de la famille des Graminées dont on consomme les grains riches en amidon (féculents). Les céréales produites à grande échelle au Canada sont le BLÉ, l'ORGE, l'AVOINE, le SEIGLE et le MAÏS. On trouve également, à plus petite échelle, la TRITICALE (hybride entre le blé et le seigle) et le MILLET en culture. Les froides et courtes saisons de croissance empêchent la production commerciale de riz et de sorgho-grain.

Les céréales peuvent être réparties en deux groupes : les céréales de printemps, qui arrivent à maturation en une saison, et les céréales d'automne, qui nécessitent une période d'hivernage. Parmi les céréales d'automne, le seigle d'hiver est le plus résistant au froid, suivi de la triticale d'hiver et du blé d'hiver, et ensuite de l'orge d'hiver. L'avoine d'hiver est la moins résistante. Il n'existe pas de variété hivernale de millet ou de maïs. Les céréales de printemps se cultivent dans toutes les provinces, sauf à Terre-Neuve.

En 2006, près de 98 p. 100 des 10,7 millions d'hectares de blé, 90 p. 100 des 3,8 millions d'hectares d'orge et 77 p. 100 des 1,9 millions d'hectares d'avoine produits au Canada, l'ont été dans les Prairies. La Saskatchewan vient en tête pour le blé de printemps, l'Alberta pour l'orge et l'avoine. L'Ontario et le Québec produisent également d'importantes quantités d'avoine.

En 2006, on a mis en culture, principalement en Ontario, 244 900 ha de céréales mélangées (habituellement l'avoine et l'orge sont cultivées ensemble). La production de seigle de printemps est négligeable. Sur presque 1,4 million d'hectares de maïs-grain produit, environ 70 p. 100 est cultivé dans le sud de l'Ontario et sur de plus petites superficies au Québec et au Manitoba. Le seigle d'hiver peut pousser dans différentes régions du Canada, mais 66 p. 100 des 175 900 ha cultivés le sont en Saskatchewan et en Alberta. La production importante de blé de printemps se limite au sud de l'Ontario et de l'Alberta . La triticale d'hiver et l'orge d'hiver se cultivent sur de petites superficies dans le sud de l'Ontario, mais l'avoine d'hiver n'arrive pas à supporter l'hiver canadien.

Le blé, l'avoine, l'orge, le seigle et la triticale sont considérés comme des cultures de saison fraîche. Leurs variétés printanières sont habituellement semées entre la mi-avril et la mi-mai et elles arrivent à maturité après 80 à 100 jours dans les conditions climatiques canadiennes. Les variétés hivernales, semées en septembre, passent l'hiver à l'état de semis et arrivent à maturité en juillet. Les autres céréales sont des cultures de saison chaude. Le maïs est planté au cours des trois premières semaines de mai et nécessite une saison complète de croissance pour sa maturation. Le millet est planté en mai ou en juin et arrive à maturité en 90 jours environ. Le seigle, le maïs et le sorgho sont des espèces à pollinisation croisée, les autres céréales se reproduisent par autopollinisation.

Le maïs

Le maïs-grain est normalement planté en rangées espacées de 70 à 90 cm, à raison de 50 000 à 60 000 plants par hectare. Le maïs d'ensilage est plus productif à des densités légèrement plus élevées. Le maïs-grain est moissonné (à l'aide de cueilleuses-dépanouilleuses ou de ramasseuses-égreneuses) quand le taux d'humidité du grain atteint entre 25 et 30 p. 100. Les tiges sont laissées dans le champ et labourées avec le sol. Le maïs-grain en épi peut être entreposé à l'extérieur dans des cages grillagées, ce qui permet la circulation de l'air et un séchage naturel à faible coût.

Le maïs égrené peut être séché artificiellement jusqu'à ce qu'il atteigne un taux d'humidité de 15 p. 100 pour ensuite être entreposé dans des contenants ouverts. Il peut aussi être entreposé avec un taux élevé d'humidité dans des contenants étanches ou dans des bacs ouverts après avoir été traité avec un acide organique destiné à prévenir sa détérioration. Le rendement en grain du maïs varie de 5 à 10 t/ha selon la durée de la saison de croissance, la température, l'humidité disponible et la fertilité du sol. Les rendements relatifs à l'ensilage de la plante entière varient de 10 à plus de 20 t de matière sèche par hectare.

Les céréales à petits grains

et le millet sont plantés en rangées espacées de 15 à 20 cm, à des densités variant de 60 à 120 kg de semence par hectare. Les céréales à petits grains sont normalement récoltées à l'aide de moissonneuses-batteuses, qu'elles aient ou non été taillées et andainées. Le taux d'humidité au moment de la récolte est habituellement inférieur à 15 p. 100, ce qui permet d'entreposer le grain sans séchage artificiel. La paille qui reste peut être laissée dans le champ et incorporée au sol. On peut aussi la ramasser et l'utiliser comme fourrage ou litière pour le bétail. Les rendements en grain des variétés printanières de céréales à petits grains varient de moins de 2 t/ha dans les conditions sèches des Prairies à plus de 4 t/ha dans les conditions idéales de croissance que l'on retrouve dans l'Est du Canada. Là où elles survivent à l'hiver, les céréales d'automne donnent des rendements supérieurs de 15 à 20 p. 100 à ceux des variétés printanières. Les rendements en paille varient de 2 à 4 t/ha.

Utilisation

On utilise les céréales en fonction de leur composition chimique et de la qualité du grain. Plus de 70 p. 100 du blé de printemps va à la fabrication de farine de boulangerie. La plus grande partie du blé est exportée à cette fin. Des quantités moindres de blé dur de printemps entrent dans la fabrication des pâtes alimentaires. Le blé d'hiver est largement utilisé dans la pâtisserie. Tous les types de blé sont, dans une certaine mesure, utilisés pour nourrir les animaux.

Environ 8 p. 100 de l'orge produite au Canada est transformée par l'industrie du maltage et l'INDUSTRIE DE LA BRASSERIE domestiques et étrangères. La majeure partie de ce qui reste sert à nourrir le bétail. L'avoine est cultivée d'abord pour nourrir le bétail mais de petites quantités sont utilisées pour fabriquer de la farine d'avoine et d'autres produits alimentaires. Le seigle et le maïs sont aussi destinés au bétail, bien qu'une partie soit utilisée par l'INDUSTRIE DE LA DISTILLATION.

De petites quantités de maïs sont transformées en amidon, en huile, en sirop et autres produits. Le grain de triticale est utilisé principalement comme nourriture pour animaux, mais de petites quantités sont transformées en farine. Le millet à grain est utilisé en Amérique du Nord pour nourrir le bétail et dans l'industrie de la nourriture pour oiseaux. Dans certains cas, on utilise la plante entière (sans les racines). Par exemple, l'avoine (la plante entière) récoltée bien avant que le grain soit mûr, peut être utilisée comme foin ou ensilage (nourriture conservée par l'action acidifiante des bactéries). La plante entière de maïs se conserve aussi sous forme d'ensilage.

La valeur totale annuelle des céréales produites au Canada est d'environ quatre milliards de dollars, soit environ 0,6 p. 100 du produit intérieur brut (voirINDUSTRIE DES ALIMENTS ET DES BREUVAGES).


En savoir plus

Liens externes