C'est la belle Françoise

« C'est la belle Françoise ». Originaire de France et chantée au Canada dès 1650 par les soldats français qui combattaient les Iroquois, cette chanson décrit les adieux d'un soldat à sa fiancée.

C'est la belle Françoise

« C'est la belle Françoise ». Originaire de France et chantée au Canada dès 1650 par les soldats français qui combattaient les Iroquois, cette chanson décrit les adieux d'un soldat à sa fiancée. Ernest Gagnon, dans ses Chansons populaires du Canada (Québec 1865), en donne trois versions différentes tant par leur musique que par certaines tournures : tantôt « ma luron lurette », tantôt « blanc loup-marin, ma lon la » ou encore « ma dondaine ». Le texte paraît entre autres dans la Nouvelle lyre canadienne (Montréal 1882) sous le titre « La Belle Françoise ». On retrouve texte et musique dans plusieurs recueils, notamment Canadian Folk-Life and Folk-Lore de William Parker Greenough (New York 1897). Alfred La Liberté (Le Passe-Temps, juillet 1945), Claude Champagne (Waterloo 1960) et plusieurs autres ont harmonisé cette chanson. Champagne a enregistré son harmonisation sur micr. à la tête de l'Ensemble vocal de l'École normale de musique de Montréal (MB 7899-7900). Parmi les nombreux enregistrements sur micr. figure aussi celui d'Alan Mills et Hélène Baillargeon (9-RCI et RCA CS-100-4; 5-ACM 39, CD).