Chansonniers



L\u00e9vesque, Raymond
Un v\u00e9ritable chansonnier de style parisien, il marie le chant, la com\u00e9die et la satire politique.

Chansonniers

Les chansonniers sont des auteurs-interprètes du Québec, qui se manifestent après la Deuxième Guerre mondiale, surtout dans les années 60. Ils expriment par leurs chansons un idéal social commun, dans un style plein de simplicité, appelant une ambiance intime favorable à l'expression poétique. Parmi les précurseurs de ce mouvement figure La BOLDUC, souvent considérée comme la première chansonnière du Québec, mais Félix LECLERC et Raymond LÉVESQUE en sont les véritables fondateurs. Leclerc a ouvert la voie à une vogue populaire, celle du chanteur solitaire s'accompagnant lui-même, à la guitare le plus souvent.

En 1959, Jacques Blanchet, Clémence Desrochers, Jean-Pierre FERLAND, Claude LÉVEILLÉE, Raymond Lévesque et d'autres forment un groupe de chansonniers appelés Les Bozos, suscitant l'émergence du chansonnier comme force dominante dans la musique au Québec pendant les années 60, avec des noms comme Hervé Brousseau, Pierre Calvé, Georges Dor, Claude Gauthier, Jacqueline Lemay, Pierre Létourneau, Monique Miville-Deschênes et Gilles VIGNEAULT, en plus de ceux déjà cités. Parallèlement à ce mouvement surgissent un peu partout au Québec des « boîtes à chansons », salles intimes où se produisent les chansonniers.

Les chansonniers deviennent les porte-parole d'une jeune génération avide d'un sentiment communautaire et de libération à l'aube de la Révolution tranquille du Québec et de son vaste mouvement d'émancipation économique et culturelle. Les chansonniers jouent un rôle de premier plan dans l'évolution sociale et assument graduellement un sens collectif : celui d'illustrer en chansons l'état d'esprit des Québécois à l'égard de leur pays natal.

Vers la fin de la décennie, il devient clair que le public réclame davantage que les « boîtes à chansons » et les vieux refrains répétés sur tous les tons. S'ouvrent alors de grandes salles de concert, et les exigences de l'industrie du disque influencent la deuxième génération de chansonniers. C'est ainsi qu'une nouvelle race d'auteurs-interprètes émerge durant les années 70, avec Robert CHARLEBOIS en tête de file. Il est le premier à utiliser la guitare électrique et à chanter avec un groupe. Claude Dubois, Jacques Michel et bien d'autres vont lui emboîter le pas. Par la suite, bien que demeurant fermement ancrée dans la culture québécoise, la chanson du Québec se montre ouverte aux influences les plus diverses et s'internationalise.


Liens externes