Dutoit, Charles (Edouard)

En 1977, Dutoit est nommé premier chef d'orchestre de l'Orchestre symphonique de Montréal (après y avoir été chef d'orchestre invité le 15 février 1977). C'est le début d'une relation chef-orchestre qui sera indéniablement la plus fructueuse de l'histoire du Canada.


Dutoit, Charles (Edouard)

 Charles (Edouard) Dutoit. Chef d'orchestre, violoniste, altiste (Lausanne, Suisse, 7 octobre 1936). En ? 1953 ou 1957, il obtient un Baccalauréat ès sciences avec spécialisation en mathématiques (?Lausanne). En 1956, il remporte un premier prix de violon (Conservatoire de Lausanne). En 1958, il obtient un diplôme de direction d'orchestre (Conservatoire de Genève). En 1984, il reçoit un doctorat honoris causa (Montréal); en 1985, un doctorat honoris causa en musique (Laval) et en 1996, un doctorat honoris causa en musique (McGill). Charles Dutoit commence l'étude du violon à 11 ans. À 15 ans, il entre au Conservatoire de Lausanne, où il étudie les mathématiques et le violon et suit ses premiers cours de direction d'orchestre. Il poursuit ensuite ses études en direction d'orchestre auprès de Samuel Baud-Bovy, et en 1958, il étudie l'alto avec Ron Golan au Conservatoire de Genève, où Ernest Ansermet devient son mentor. Après avoir reçu son diplôme, Dutoit suit des cours à l'Accademia Musicale Chigiana à Sienne, en Italie, auprès d'Alceo Galliera. En 1959, il étudie à Tanglewood, dans le comté de Berkshire (É.-U.) auprès de Charles Münch. De 1957 à 1959, il est altiste d'orchestre à la pige, et de 1959 à 1963, il est chef de chœur à l'Université de Lausanne. C'est en 1964 qu'il obtient son premier poste régulier en direction d'orchestre (chef d'orchestre adjoint de l'Orchestre symphonique de Berne). Entre autres mandats au cours des années suivantes, il travaillera pour l'Orchestre de Radio Lausanne, l'Orchestre national symphonique du Mexique et l'Orchestre symphonique de Göteborg.

Orchestre symphonique de Montréal (1977-2002)

En 1977, Dutoit est nommé premier chef d'orchestre de l'Orchestre symphonique de Montréal (après y avoir été chef d'orchestre invité le 15 février 1977). C'est le début d'une relation chef-orchestre qui sera indéniablement la plus fructueuse de l'histoire du Canada. L'aventure commence véritablement en 1980, lorsque Dutoit signe un contrat exclusif avec Decca-London, un geste aboutissant à l'enregistrement de Daphnis et Chloé en 1981, qui lui fera gagner le premier de ses nombreux prix Juno. Dutoit entreprend ensuite la première tournée nord-américaine de l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM), le coup d'envoi d'une série de tournées au Japon, à Hong Kong, en Corée du Sud, en Amérique du Sud et en Europe. En 1982, il dirige l'orchestre dans son deuxième concert au Carnegie Hall; son succès se traduit par un engagement annuel. Les enregistrements des œuvres de Ravel (1985), de Les Planètes de Holst (1987) et du Concerto pour orchestre, de Bartok (1989) mériteront des prix Juno et consolideront le succès de Dutoit et son ensemble. En 1991, Dutoit fait paraître son premier enregistrement d'opéra, Pelléas et Mélisande de Debussy, suivi en 1994 de Les Troyens de Berlioz, qui lui rapporte un Grammy.

En 1983, Dutoit devient le premier chef d'orchestre du Minnesota Orchestra. En 1990, il accepte un contrat estival avec le Philadelphia Orchestra. De 1991 à 2001, il est premier chef d'orchestre de l'Orchestre National de France, et de 1996 à 1998, il occupe la même fonction au NHK Symphony, duquel il sera directeur musical de 1998 à 2003 et plus tard, directeur musical émérite Bien que Dutoit continue à enregistrer des succès avec l'OSM, cette relation se détériore et des pétitions sont déposées. En conséquence, Dutoit remet sa démission le 11 avril 2002. La relation qui a un jour été la plus productive dans le domaine de la musique classique canadienne prend fin dans la confusion.

Après l'OSM (2002 à aujourd'hui)

Durant et après son mandat à l'OSM, Dutoit sera chef invité des principaux orchestres, notamment ceux d'Amsterdam, de Berlin, Chicago, Cleveland, London, Los Angeles, Munich, New York, Philadelphie, Pittsburgh, San Francisco et de La Scala. En 2003, il commence à diriger des opéras wagnériens au Teatro Colon de Buenos Aires. Il dirigera aussi le Sapporo Pacific Music Festival et le Miyazaki International Music Festival, au Japon. En 2005, il fonde la Canton International Summer Music Academy à Guangzhou, en Chine, et en juillet 2009, il dirige le Verbier Festival Orchestra, en Suisse. En 2008, il devient premier chef d'orchestre du Philadelphia Orchestra. En avril 2007, le Royal Philharmonic annonce que Dutoit sera son principal chef d'orchestre en 2009 et 2010.

Dutoit retourne au Canada pour remplir plusieurs engagements, notamment pour diriger La Damnation de Faust de Berlioz avec le Toronto Symphony en février 2009.

Style

Les répertoires pour lesquels Dutoit est le plus connu - et auxquels la couleur et le lyrisme caractéristiques de sa direction semblent le mieux adaptés - sont ceux des compositeurs français et russes des 19<sup>e</sup> et 20<sup>e</sup> siècles. Il est considéré comme l'un des meilleurs interprètes de la musique de Ravel, et ses enregistrements des ballets de Stravinsky sont devenus des classiques. Il a exploité d'autres styles de façon tout à fait élégante, enregistrant une des versions les plus avant-gardistes de Les Planètes, et a été reconnu pour son travail avec la musique de Manuel de Falla.

Prix et distinctions honorifiques

Dutoit a reçu de nombreuses distinctions honorifiques. Mentionnons les suivantes : prix du Conseil canadien de la musique (1972); Grand Prix du disque français (1983); Grand Prix du président de la République (France); Prix mondial du disque de Montreux; le High Fidelity International Record Critics' Award; l'Edison Award d'Amsterdam; le Prix de l'Académie du disque du Japon; le Prix de la critique musicale allemande; la médaille du Conseil canadien de la musique (1988); 10 prix Juno; 2 prix Grammy. Dutoit a été nommé citoyen d'honneur de Philadelphie (1991), Grand Officier de l'Ordre National du Québec (1995), Commandeur dans l'Ordre des Arts et des Lettres de la République Française (1996) et Officier honoraire de l'Ordre du Canada (remise d'insigne en 2002).

Voir aussi « Montreal Symphony Orchestra Upheaval » Maclean's, 22 avril 2002

Bibliographie

« Charles Dutoit: New music director of the MSO », Orchestra Canada, nov. 1977

Plaskin, Glenn. « A Swiss conductor's French touch comes to Canada », New York Times, 9 mai 1982

Nicholson, Georges. Charles Dutoit: Le maître de l'orchestre (Montréal 1986)

« Charles Dutoit »Current Biography Yearbook 1987 (New York 1987)

MacMillan, Rick. « Charles Dutoit biography », Sound Canada, mai 1979

Anson, Philip. « Inimitable, inscrutable Dutoit », Globe and Mail, 6 fév. 1999

Markowitz, Michael. « Charles Dutoit quits Montreal Symphony after protest by musicians », Montreal Gazette, 11 avr. 2002

Krauss, Clifford. « Dissonance in Montreal », New York Times, 18 avr. 2002

MacDonald, Hugh. « The Dutoit record », Opera News, juillet 2005

Canadian Who's Who 1999


Lecture supplémentaire

  • "Charles Dutoit: New music director of the MSO," Orchestra Canada, Nov 1977

    Plaskin, Glenn. "A Swiss conductor's French touch comes to Canada," New York Times, 9 May 1982

    Nicholson, Georges. Charles Dutoit: Le maître de l'orchestre (Montreal 1986)

    "Charles Dutoit." Current Biography Yearbook 1987 (New York 1987)

    MacMillan, Rick. "Charles Dutoit biography," Sound Canada, May 1979

    Anson, Philip. "Inimitable, inscrutable Dutoit," Globe and Mail, 6 Feb 1999

    Markowitz, Michael. "Charles Dutoit quits Montreal Symphony after protest by musicians," Montreal Gazette, 11 Apr 2002

    Krauss, Clifford. "Dissonance in Montreal," New York Times, 18 Apr 2002

    MacDonald, Hugh. "The Dutoit record," Opera News, July 2005

    Canadian Who's Who 1999