Chicoutimi

Au XVIIe siècle, Chicoutimi est une importante halte sur la route qu'empruntent les chasseurs autochtones pour aller vendre leurs peaux à Tadoussac. En 1676, les autorités de la Nouvelle-France y construisent un poste de traite.

Chicoutimi - Jonquière, emploi à
Chicoutimi-Jonquière : Relevé statistique
Chicoutimi (tableau sommaire)
Chicoutimi
Centrale hydroélectrique no 6
Dans la région du Saguenay\u0096Lac-Saint-Jean au Québec (avec la permission d'Alcan Aluminium).

Chicoutimi

Chicoutimi, ville du Qc; pop. 60 008 (recens. 2001), 63 061 (recens. 1996); 62 670 (recens. 1991); 156,11 km2; const. en tant que ville en 1976; située au confluent des rivières Chicoutimi et Saguenay, entre Jonquière et La Baie, à 211 km au nord de Québec. En montagnais, Chicoutimi signifie « la fin des eaux profondes », une allusion au fait que les marées se rendent jusqu'à cet endroit.

Peuplement

Au XVIIe siècle, Chicoutimi est une importante halte sur la route qu'empruntent les chasseurs autochtones pour aller vendre leurs peaux à Tadoussac. En 1676, les autorités de la Nouvelle-France y construisent un poste de traite. Peter McLeod fils, le fondateur de la ville actuelle, construit des scieries le long des rivières du Moulin et Chicoutimi (1842-1843), que rachète en 1852 William Price, qui les exploitera jusqu'au début du XXe siècle.

Croissance

Le commerce de gros et de détail prend de l'expansion lorsque la ville se voit confier les rôles de gare maritime (1875) et de gare ferroviaire (1893). En 1898, la Compagnie de Pulpe de Chicoutimi y ouvre sa première usine de pâte à papier, qui grandit rapidement jusqu'à ce que la crise de l'industrie des pâtes et papiers, dans les années 20, et l'effondrement de l'économie, en 1929, la forcent à fermer ses portes. La Deuxième Guerre mondiale ramène la prospérité, et un grand nombre de chômeurs trouvent du travail dans l'aluminerie d'Arvida (maintenant Jonquière). Le secteur tertiaire y connaît une croissance rapide et fait de Chicoutimi un centre de services. La ville est la capitale régionale du Saguenay - Lac-Saint-Jean, le chef-lieu du comté de Chicoutimi et le district judiciaire du même nom. Elle possède son diocèse depuis 1878 et compte un important hôpital (1884) et une université (voir Université du Québec à Chicoutimi, 1969).

Paysage urbain

La ville actuelle regroupe les municipalités de Chicoutimi, de Chicoutimi-Nord, de Rivière-du-Moulin ainsi que la paroisse de Chicoutimi. Chicoutimi-Nord se trouve au nord de Chicoutimi, de l'autre côté de la rivière du Moulin à l'est, tandis qu'à l'ouest, la rivière Chicoutimi traverse les anciennes municipalités du même nom. En juillet 1996, ces deux rivières causent de graves inondations dans la ville, mais elle n'en est pas la seule victime puisque l'ensemble de la région du Saguenay - Lac-Saint-Jean subit ce que l'on considère comme les pires inondations de l'histoire du Canada.

Vie culturelle

Bien que tournée vers l'avenir, Chicoutimi reste attachée à son passé. Elle abrite la Société historique du Saguenay (1934), l'une des plus importantes sociétés historiques privées d'Amérique du Nord, et le Musée du Saguenay - Lac-Saint-Jean (1959). De plus, la Corporation de la vieille pulperie a restauré les vestiges des usines de pâte à papier, qui constituent un fleuron du patrimoine industriel du Canada.

Chaque année, en février, Chicoutimi est l'hôtesse du Carnaval-Souvenir, qui fait revivre les temps anciens d'il y a plus de 100 ans. Enfin, Chicoutimi est le point de départ des croisières vers le majestueux fjord du Saguenay.


Liens externes