Chinook

Au Canada, on le retrouve presque exclusivement au sud et au centre de l'Alberta. Il souffle en toute saison, mais de manière plus distincte et le plus souvent en hiver. Le réchauffement qu'il provoque et qui n'est pas de saison tranche alors avec le temps hivernal froid qui sévit normalement.

Arche de chinook
Arche de chinook dans le ciel du Sud de l'Alberta. L'arche est créée à mesure que l'air pur pousse la couverture nuageuse vers l'ouest (avec la permission de Bernshaw Photography).
Chinook
Le vent souffle de l'ouest (gauche) vers l'est (droite), il se débarrasse de l'humidité et se réchauffe lorsqu'il traverse les montagnes (oeuvre de Steven Fick).

Chinook

  Le chinook est un VENT d'ouest chaud et sec qui souffle par rafales. Il descend les pentes est des montagnes Rocheuses et balaie l'Ouest des Prairies. Son nom, d'origine autochtone, signifie « celui qui mange la neige ». Il appartient à la famille de vents que l'on retrouvent partout dans le monde, tels que le foehn en Europe, le zonda en Argentine et le berg en Afrique du Sud, et qui soufflent le long de chaînes de montagnes plus ou moins perpendiculaires au vent dominant.

Au Canada, on le retrouve presque exclusivement au sud et au centre de l'Alberta. Il souffle en toute saison, mais de manière plus distincte et le plus souvent en hiver. Le réchauffement qu'il provoque et qui n'est pas de saison tranche alors avec le temps hivernal froid qui sévit normalement. Dans le Sud-Ouest et le Nord-Est de l'Alberta, il souffle respectivement un jour d'hiver sur trois et un jour d'hiver sur cinq. L'anomalie de température diurne maximale causée par le chinook est alors respectivement de 13°C dans le Nord-Ouest et de 25°C dans le Sud-Ouest. L'augmentation de température à l'arrivée du chinook est brusque et rapide : on a déjà observé une augmentation de 27°C en deux minutes.

Le chinook tire principalement sa chaleur de deux sources distinctes. D'une part, le remplacement de l'air arctique (la température moyenne à la hauteur de Calgary est de -24°C) par de l'air maritime (-2°C) provoque une augmentation de la température au sol. D'autre part, si le courant descendant survient après une perte d'humidité par précipitation sur le côté de la montagne exposé au vent, la chaleur qui avait transformé l'eau en vapeur (la chaleur latente) est restitué à l'air le réchauffe. La descente le long des flancs au vent de la montagne contribue à réchauffer davantage le vent et à réduire son humidité relative à 25 p. 100 ou moins. Le vent souffle de 16 à 60 km/h avec des rafales allant jusqu'à 100 km/h.

Le chinook fait fondre la neige, assèche et érode le sol, et dessèche la végétation. La plupart des gens aiment le chinook, car il contraste avec les basses températures hivernales caractéristiques de la région. Toutefois, une minorité importante de gens se plaignent de ses désagréments qui vont du mal de tête et des maux d'oreilles à la dépression et à la tentative de suicide.