Clavecin - Facture

Clavecin - Facture. Des clavecins étaient fabriqués à Boston et à Philadelphie au XVIIIe siècle, mais aucune réalisation de cet ordre ne semble avoir pris place au Canada à cette même époque. Les instruments annoncés par F.-H.
Clavecin - Facture. Des clavecins étaient fabriqués à Boston et à Philadelphie au XVIIIe siècle, mais aucune réalisation de cet ordre ne semble avoir pris place au Canada à cette même époque. Les instruments annoncés par F.-H.


Clavecin - Facture

Clavecin - Facture. Des clavecins étaient fabriqués à Boston et à Philadelphie au XVIIIe siècle, mais aucune réalisation de cet ordre ne semble avoir pris place au Canada à cette même époque. Les instruments annoncés par F.-H. Glackemeyer et d'autres au Québec à la fin du XVIIIe siècle furent presque certainement importés, notamment le clavecin à un clavier fait par Kirkman & Sons de Londres. Lorsque la renaissance du clavecin s'amorça vers les années 1910 sous l'influence de Dolmetsch à la Chickering Piano Co. à Boston, ce mouvement, encore une fois, ne fut pas suivi au Canada. Cependant, au cours dans années 1950, l'extraordinaire montée en popularité de la musique baroque et prébaroque et l'intérêt grandissant pour l'audition d'une telle musique sur l'instrument pour lequel elle fut écrite suscitèrent inévitablement une demande et créèrent un marché. Au cours de la décennie suivante, la facture de clavecins fut stimulée par l'arrivée sur le marché amér. d'ensembles prêts pour l'assemblage (« kits »), par l'arrivée de facteurs européens et, finalement, par le travail de quelques jeunes artisans canadiens qui, la plupart, avaient fait leur apprentissage auprès de facteurs des É.-U. Parmi les facteurs et concepteurs actifs au Canada pendant les années 1970 ont figuré Jan Albarda, Wolfgang Kater, Gaston Ouellet, Sabathil and Son Ltd. (facteurs du premier clavecin à deux claviers opposés connu, ils se sont consacrés aux répliques à partir de 1980 environ), ainsi que John Hannaby et Matthew James Redsel (également spécialiste des répliques), tous deux de Toronto. Citons encore John Bright de London, Ont., qui a fabriqué quelques instruments et qui commença à monter des « kits » de Zuckermann (New York) en 1971, et Edward Turner qui a réalisé des répliques exactes d'instruments anciens. Hubert Bédard, qui mit sur le marché des ensembles prêts pour l'assemblage mais fut davantage connu comme restaurateur de clavecins anciens, s'établit en Europe en 1967 et mourut en 1989. Plus récemment, on remarque les noms d'Eric Thulin à Millville (N.-B.), Alain Rousseau à Saint-Stanislas (Québec), Yves Beaupré et Robert Sigmund à Montréal, David Jensen à Winnipeg et Craig C. Tomlinson (un autre spécialiste des répliques) à Vancouver. Voir aussi Instruments - Moyen Âge, Renaissance et Baroque 1.


Lecture supplémentaire

  • 'Gaston Ouellet est passé maître dans l'art de construire des clavecins,' Musique periodique, vol 1, Dec 1976

    Conlogue, Ray. '18th-century craft alive on Queen Street,' Toronto Globe and Mail, 31 May 1977

    Ainslie, Barry. 'The rebirth of a delicate sound,' Fugue, Jan 1978

    Knight, Irene G. 'Sabathil & Son Ltd. Harpsichords,' Canadian Music Trade, vol 4, Jun-Jul 1982

    Leeper, Muriel. 'New technology shapes genteel harpsichord,' Music, vol 5, Aug 1982

    Lower, Thelma Reid. 'Richmond harpsichord unveiled,' Richmond Review, 5 Aug 1988

    Staples, Michael. 'A labour of love,' New Brunswick, vol 12, no. 3, 1988

    Scott, Michael. 'Master craftsmanship makes instruments superb,' Vancouver Sun, 10 Dec 1988

//