Club musical de Québec

Club musical de Québec. Société sans but lucratif fondée en 1891 par des dames des élites anglaise et française de Québec, dans le but d'organiser des concerts en matinée et de diffuser ainsi une culture musicale réservée jusque-là à un groupe de privilégiés.

Club musical de Québec

Club musical de Québec. Société sans but lucratif fondée en 1891 par des dames des élites anglaise et française de Québec, dans le but d'organiser des concerts en matinée et de diffuser ainsi une culture musicale réservée jusque-là à un groupe de privilégiés. Au nombre des fondatrices figurent Mmes E.A. Bishop, Jules Tessier, Fred Gaudet, W. Sharples, et Mlles Cécile Gagnon et Josephe Anderson. Le groupe s'appela d'abord Quebec Ladies' Morning Musical Club (1891-95), puis Club musical des dames de Québec à partir de 1896, et depuis 1959 Club musical de Québec. La formule initiale prévoyant un comité de 16 membres répartis à part égale entre membres anglophones et francophones s'est maintenue durant 50 ans. Les francophones prédominèrent par la suite. Les règlements du Club furent rédigés en 1894, mais des documents témoignent que le premier noyau fut actif dès l'automne de 1891. Cependant, la première saison officielle fut ouverte en 1895-96 et comprit 12 concerts présentés en matinée. L'expansion de la société incita le club à reporter ses concerts dans l'après-midi (v. 1913), puis le soir. Jusqu'en 1908, ils furent offerts à la salle du YMCA, ensuite au Morrin College (1909-12), à la salle des Chevaliers de Colomb (1912-22), à la salle du Château Frontenac (1922-71), aux salles Louis-Fréchette et Octave-Crémazie du Grand Théâtre (1971-75), à l'Institut canadien (1975-80) et de nouveau au Grand Théâtre depuis 1980. On fit d'abord appel à des artistes locaux auxquels s'adjoignaient à l'occasion des artistes de passage. Dès 1909, on y accueillit des invités tels les pianistes Léo-Pol Morin et Wilfrid Pelletier. Le club présenta les plus grands noms, mais demeura toujours attentif aux jeunes artistes au seuil de leur carrière.

De 1920 à 1937, il prit définitivement un grand essor, particulièrement sous la direction de deux de ses présidentes, Mmes H.H. Sharples et Paul Robitaille. Dès lors, il traita avec des impresarios de New York et présenta régulièrement à ses abonnés les plus grands artistes internationaux tels Arthur Rubinstein, Rudolf Serkin, Robert Casadesus, Elisabeth Schwarzkopf et le Quatuor de Budapest. La popularité de ses concerts atteignit son apogée entre 1936 et 1942 alors que le club comptait plus de 1000 abonnés. Il dut faire face à une concurrence de plus en plus vive, mais il sut maintenir son niveau de qualité. Il a contribué à rehausser la vie artistique de Québec et à présenté une pléiade d'artistes canadiens : Lionel Daunais, Janina Fialkowska, Maureen Forrester, Yvonne Hubert, Alfred La Liberté, Arthur LeBlanc, Louis Lortie, André Mathieu, Ronald Turini et d'autres. La société a commencé à déposer ses documents aux ANQ à Québec.


Lecture supplémentaire

  • Bordeleau, France, 'Le Club musical de Québec, 95 ans de qualité,' Aria, vol 9, Winter 1986