Corporatisme

Le corporatisme est une doctrine dont l'origine remonte au XIXe siècle et qui a surgi en réaction contre la concurrence et la lutte des classes dans la société capitaliste.

Corporatisme

Le corporatisme est une doctrine dont l'origine remonte au XIXe siècle et qui a surgi en réaction contre la concurrence et la lutte des classes dans la société capitaliste. Par opposition aux courants qui tendaient vers le suffrage universel et les organisations ouvrières indépendantes, elle prônait une forme de représentation fonctionnelle dans laquelle chacun ferait partie d'associations professionnelles ou industrielles qui se rattacheraient à l'État du point de vue de la représentation et de l'administration.

Les partisans de cette doctrine affirmaient que, si l'on réussissait à inculquer à ces groupes (particulièrement le capital et la main-d'oeuvre) un sentiment d'obligations et de droits mutuels comme ceux qu'on attribue aux « états » (groupes sociaux) du Moyen Âge, il serait possible d'établir un nouvel ordre stable fondé sur l' « unité organique ». Bien qu'on ait souvent évoqué la notion de parlements industriels dans les démocraties libérales après la Première Guerre mondiale, les seuls États qui ont adopté une représentation corporatiste sont les régimes fascistes de l'Italie, de l'Allemagne, de l'Espagne, du Portugal, du gouvernement français de Vichy et de diverses dictatures sud-américaines.

Dans tous ces exemples, les structures corporatistes constituaient avant tout une façade derrière laquelle régnait un pouvoir autoritaire dont l'objectif principal, et la conséquence, étaient la répression exercée par l'État sur les organisations ouvrières indépendantes. Étant donné ces antécédents, l'idéologie corporatiste n'a pas joui d'une grande popularité dans les démocraties libérales en Occident. Néanmoins, dans les années 70, les spécialistes en sciences sociales ont de plus en plus constaté que ces cadres de travail avaient engendré certains arrangements politiques qui, quant à leur mode d'opération et à leur forme institutionnelle, s'apparentaient aux notions de représentation fonctionnelle du corporatisme.

C'était le cas particulièrement dans plusieurs pays d'Europe de l'Ouest où les centrales syndicales et les fédérations d'entreprises se sont jointes aux dirigeants gouvernementaux pour l'élaboration de politiques nationales en matière d'économie et de revenus. Ces arrangements ont conforté la conception keynésienne de l'État-providence, suivant laquelle les gouvernements cherchaient à contenir les tendances inflationnistes de l'économie et à soutenir la productivité. Ils reposaient tous fondamentalement sur l'effort visant à persuader les syndicats d'accepter une politique nationale de contrainte salariale en échange de leur participation à la prise des décisions économiques.

Pendant quelque temps, de nombreux spécialistes des sciences sociales en sont venus à considérer le corporatisme soit comme un nouveau système économique succédant au capitalisme, dans lequel l'État intervient pour contrôler et diriger une économie très concentrée mais néanmoins d'appartenance privée, soit comme une nouvelle forme d'État dans lequel les fonctions importantes de la représentation, de la prise de décisions et de l'administration ne relèvent pas des partis, des parlements ou des bureaucraties administratives mais bien de structures tripartites regroupant les travailleurs, les employeurs et les gouvernements, ou encore comme un nouveau type de politique de groupes d'intérêts où, au lieu de la concurrence et du trafic d'influences exercés par de multiples groupes de pression, un groupe représentant chaque secteur de la société détient un monopole d'accès à l'État et où l'État exerce une influence réciproque sur les groupes.

Bien que chacun de ces scénarios aient comporté certains aspects des développements du corporatisme moderne, ils s'avéraient trop complexes et démesurés. Si les structures corporatistes peuvent avoir supplanté des organisations parlementaires dans certains pays, elles ne se sont guère situées au coeur des démocraties libérales. Elles ont été confinées surtout aux relations entre les grandes entreprises, le mouvement syndical et le gouvernement. Par surcroît, les arrangements corporatistes n'ont pas remis en question le capitalisme en tant que système économique de ces sociétés.

Bien qu'elles aient subi l'influence de l'État par le biais notamment des structures corporatistes, les décisions importantes relatives aux principaux investissements sont demeurées entre les mains des entreprises privées. En effet, loin de s'imposer comme les nouvelles institutions dominantes, les structures corporatistes ont démontré une instabilité inhérente, à l'image du rapport de forces inégal entre le capital et la main-d'oeuvre. Leur précarité était aussi due à la tendance qu'ont les syndicats à retirer leur coopération dans le cas des politiques de contrainte salariale, quand les membres exigent que leurs représentants syndicaux défendent leurs revendications au lieu de jouer les seconds violons dans la gestion de l'économie capitaliste moderne. Pour leur part, les capitalistes se sont montrés de moins en moins intéressés à maintenir de tels partenariats. Dans ce contexte, les arrangements corporatistes et l'État-providence de la doctrine keynésienne sont de plus en plus tombés en désuétude au cours des deux dernières décennies du XXe siècle.

Développements corporatistes au Canada

L'idéologie corporatiste était en vogue au Canada pendant la première moitié du XXe siècle. L'Église catholique du Québec était très influencée par cette doctrine, ce qui a eu un impact direct sur le syndicalisme canadien-français, par l'entremise de la Confédération des travailleurs catholiques du Canada, et sur les partis politiques tels que l'UNION NATIONALE. Les influences du corporatisme étaient aussi à l'oeuvre dans la doctrine du « gouvernement de groupes » à laquelle ont souscrit les partis représentant les agriculteurs des Prairies dans l'entre-deux-guerres.

Mackenzie KING a explicitement adopté une idéologie corporatiste dans son ouvrage Industry and Humanity (1918). Cependant, les conditions politiques et économiques n'étaient pas favorables au développement du corporatisme. Le caractère décentralisé du mouvement ainsi que l'absence d'un parti social-démocrate au pouvoir au fédéral ont empêché son avènement.

De plus, le fort parti pris de l'État canadien à l'endroit des entreprises et la difficulté de planifier une économie aussi ouverte aux INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS que celle du Canada ont conduit l'État, même à l'époque de l'après-guerre, à compter sur le chômage et la restriction législative du droit de grève bien davantage que sur l'intégration des dirigeants syndicaux à la prise des décisions nationales. Dans les années 60 et 70, on a tenté à maintes reprises de créer des structures corporatistes nationales, depuis la mise sur pied du Conseil économique du Canada jusqu'aux discussions avec le patronat et les syndicats entourant la politique des prix et des revenus en 1969-1970 et en 1975-1978. Cependant, ou bien ces progrès sont demeurés trop minimes, ou bien ils n'ont mené à rien parce que le patronat et les syndicats ont refusé de consentir aux compromis nécessaires pour institutionnaliser le corporatisme au pays.

Au cours des dernières décennies, les gouvernements fédéral et provinciaux ont eu tendance à imposer un contrôle législatif des salaires et des restrictions du droit de grève, surtout aux travailleurs du secteur public, tout en continuant parfois à appeler le capital et la main-d'oeuvre à engager une coopération volontaire dans une forme de « contrat social », au lieu de préparer le terrain pour intégrer la direction des syndicats dans les structures où se prennent les décisions économiques. Quoiqu'il existe encore des exemples de corporatisme dans les conseils provinciaux et fédéral des relations de travail, dans certains programmes sur la « qualité de la vie au travail » subventionnés par le gouvernement et dans de rares groupes d'étude sur le développement économique et la formation, ils constituent un apport modeste et se situent en marge des grands dossiers de la vie économique et politique. À cet égard, l'effondrement du corporatisme dans les sociétés européennes, qui servaient souvent de modèles à ceux qui préconisaient le corporatisme comme solution aux problèmes canadiens, semble plutôt avoir suivi l'exemple du Canada.


Lecture supplémentaire

  • R. Schultz et al, eds, The Canadian Political Process (1979); K. Banting, State and Society: Canada in Comparative Perspective (1986) L. Panitch, "Corporatism", Canadian Journal of Political Science XXI:4 (1988); John Ralston Saul, The Unconscious Civilization (1995).