La Corriveau

La Corriveau est le surnom populaire de Marie-Josephte Corriveau (née le 14 mai 1733 à Saint-Vallier, Québec; décédée le 18 avril 1763 à Québec).

La Corriveau dans cage
Illustration d'Henri Julien (1852-1908) pour une \u00e9dition de Les Anciens Canadiens de Philippe Aubert de Gasp\u00e9. 1916.
La Corriveau est le surnom populaire de Marie-Josephte Corriveau (née le 14 mai 1733 à Saint-Vallier, Québec; décédée le 18 avril 1763 à Québec). En avril 1763, au terme d'une décision controversée fondée sur des rumeurs et des racontars, une cour martiale déclare Joseph Corriveau coupable du meurtre de son gendre, Louis Dodier. Sa fille, Marie-Josephte, est accusée de complicité et une servante, Isabelle Sylvain, de parjure. Joseph Corriveau, condamné à la pendaison, affirme qu'il n'a été que le complice du crime de sa fille. Lors d'un second procès, celle-ci avoue et est à son tour condamnée à être pendue et exposée dans une cage de fer à Pointe-Lévy - une peine inhabituelle et inconnue durant le régime français et réservée en Angleterre aux personnes trouvées coupables de crimes particulièrement violents.

Ce châtiment enflamme l'imagination populaire et donne naissance à un grand nombre de légendes (voir Littérature orale de langue française). Après la découverte d'une cage de fer à proximité du cimetière de Lauzon vers 1850, Philippe Aubert de Gaspé tire de ces traditions orales matière à roman, dans Les Anciens Canadiens (1863). Plusieurs autres auteurs, dont Louis Fréchette, sir James MacPherson sir James MacPherson Lemoine et William Kirby, ajoutent à la légende en inventant crimes et détails horribles.

Parmi les nombreux ajouts on trouve les maris qu'elle aurait tués (dont le nombre varie entre 2 et 7), sa vie dissolue et les divers endroits qu'elle aurait hantés. En 1981, André LeBel publie le roman historique La Corriveau. Les aspects judiciaire de son cas sont discutés dans le livre de F. Murray Greenwood et Beverley Boissery, Uncertain Justice: Canadian Women and Capital Punishment 1754-1953 (2000).


Lecture supplémentaire

  • Catherine Ferland et Dave Corriveau, La Corriveau. De l’histoire à la légende (Québec : Septentrion, 2014).