Craigie, John Hubert

John Hubert Craigie, phytopathologiste (Merigomish, N.-É., 8 déc. 1887 -- Ottawa, 26 février 1989). Il a découvert le processus sexuel des rouilles du blé.

Craigie, John Hubert

John Hubert Craigie, phytopathologiste (Merigomish, N.-É., 8 déc. 1887 -- Ottawa, 26 février 1989). Il a découvert le processus sexuel des rouilles du blé. Après son service militaire (1914-1920), Craigie se joint à l'équipe du Laboratoire fédéral de recherche sur les rouilles à Winnipeg, en 1925, en tant que spécialiste des maladies des plantes. Le laboratoire avait été créé cette même année afin de mettre au point des procédés scientifiques pour combattre les épidémies des plantes menaçant l'économie des provinces des Prairies, qui repose alors sur la culture du blé Marquis. Les premiers scientifiques à se pencher sur le problème de la rouille du blé (nommée ainsi en raison de ses spores rouges apparents) croient qu'il s'agit d'une maladie unique pouvant être combattue à l'aide d'un produit chimique ou par la sélection d'une variété de blé naturellement résistante à la rouille. Cependant, vers 1916, on découvre que la rouille comprend toute une famille de maladies qui affectent différentes variétés de blé de bien des façons.

En 1927, Craigie fait une découverte fondamentale : l'organisme de la rouille se reproduit sexuellement. Il peut s'hybrider et produire ainsi de nouvelles souches chaque saison. Cette découverte fournit le principe sur lequel la recherche s'appuie encore aujourd'hui. Les cultures de blé doivent être surveillées constamment afin de détecter les nouvelles souches le plus tôt possible, et on s'emploie sans relâche à créer des variétés résistantes à la rouille par l'amélioration génétique du blé (voir GOULDEN, C.H.).

Craigie a reçu de nombreux prix et récompenses honorifiques pour sa découverte, notamment le titre de Membre associé de la Royal Society of London. Il a été directeur du Laboratoire de recherche sur les rouilles de 1928 à 1945, puis botaniste fédéral.


Liens externes