Donnelly, les

Tôt le matin du 4 février 1880, un groupe d'hommes armés assassinent brutalement James Donnelly, un cultivateur demeurant près du village de LUCAN, en Ontario, sa femme Johannah, ses fils Thomas et John, et sa nièce Bridget Donnelly.
Tôt le matin du 4 février 1880, un groupe d'hommes armés assassinent brutalement James Donnelly, un cultivateur demeurant près du village de LUCAN, en Ontario, sa femme Johannah, ses fils Thomas et John, et sa nièce Bridget Donnelly.


Donnelly, les

Tôt le matin du 4 février 1880, un groupe d'hommes armés assassinent brutalement James Donnelly, un cultivateur demeurant près du village de LUCAN, en Ontario, sa femme Johannah, ses fils Thomas et John, et sa nièce Bridget Donnelly. Deux témoins oculaires, Johnny O'Connor, 11 ans, et le fils aîné de James Donnelly, William, prétendent avoir identifié six des meurtriers, qui sont par la suite traduits en justice à London, la ville voisine.

Le procès prend une dimension internationale lorsqu'on apprend que les meurtres résultent d'une vendetta entre factions du comté de Tipperary, en Irlande. Au Canada, au cours des trois décennies précédentes, le conflit cumule un lourd bilan de morts et de dommages à la propriété. Les accusés subissent deux procès. Lors du premier, en septembre 1880, le jury est en désaccord. Un deuxième procès, en janvier 1881, rend un verdict imposé de « non culpabilité ».

Un siècle plus tard, la cause continue de susciter l'intérêt et la controverse. Plus de 100 récits factuels et fictifs ont été publiés, dont les plus connus sont The Black Donnellys, de T.P. Kelley (1954); The Donnellys Must Die, d'Orlo Miller (1962); The Donnelly Album, de Ray Fazakas (1977); et la trilogie Donnelly du dramaturge James REANEY (1974-1977).