Quenten Doolittle

Quenten Doolittle, compositeur, violoniste, altiste, professeur, chef d’orchestre (né le 21 mai 1925 à Elmira, New York).

Quenten Doolittle, compositeur, violoniste, altiste, professeur, chef d’orchestre (né le 21 mai 1925 à Elmira, New York). Quenten Doolittle est un musicien et compositeur accompli ayant enseigné à l’Université de Calgary pendant près de 30 ans. Il est associé du Centre de musique canadienne, ancien président de leur bureau des Prairies, et membre de la Ligue canadienne des compositeurs. Il crée également New Works Calgary en 1984, en collaboration avec Allan Rae et d’autres cofondateurs afin de promouvoir la musique de concert de compositeurs et de musiciens du sud de l’Alberta.

Formation

Cinquième de sept enfants, Quenten Doolittle est élevé au sein d’une famille de musiciens. Il obtient en 1950 un baccalauréat en sciences de l’Ithaca College, puis une maîtrise en musique de l’Université de l’Indiana en 1952. Au début des années 1950, il suit des cours privés de violon avec Hugo Kortschak et Paul Stassevitch aux États-Unis. Après s’être vu décerner un doctorat en interprétation de la Eastman School of Music, il étudie l’alto auprès de Peter Schidlof à Londres en Angleterre (1967-1968) et la composition avec John Weinzweig à Toronto (1974-1975).

Carrière de professeur

Quenten Doolittle enseigne au North Dakota State College de 1955 à 1958. Il déménage au Canada en 1960 et enseigne la composition, l’histoire de la musique et la musique de chambre à l’Université de Calgary pendant près de 30 ans; il prend sa retraite en tant que professeur émérite en 1988. En outre, il sert fréquemment de juge lors de concours de musique, et est naturalisé canadien en 1969.

Carrière de musicien

Entre 1950 et 1974, Quenten Doolittle joue régulièrement avec des orchestres, surtout en tant qu’altiste de l’Orchestre philharmonique de Calgary (1961-1972, premier alto de 1965 à 1972), ainsi que dans des orchestres de chambre, notamment le Trio de l’Université de Calgary (1962-1964), le Quatuor à cordes de l’Université de l’Alberta (1962-1964) et le Quatuor pour piano de l’Université de Calgary (vers le milieu des années 1960). Il dirige en outre le groupe des musiciens de chambre de l’Université de Calgary (1961-1974), l’Orchestre symphonique de l’Université de Calgary (1969-1974) et l’orchestre jeunesse Summer Chamber Players (1971-1973); il s’assure de mettre de l’avant la musique du XXe siècle.

Compositions

Quenten Doolittle commence à composer en 1965, soit relativement tard dans sa carrière; malgré tout, il compte à son actif plus de 40 compositions reconnues et quelque 30 collaborations théâtrales. Son style musical comprend une vaste gamme de techniques différentes, de la polytonalité au sérialisme et à l’improvisation. La musique de scène qu’il compose pour le théâtre est digne d’un intérêt tout particulier, et ces œuvres, parmi lesquelles figurent la trame de l’Œdipe roi de Yeats, le Sophocle présenté au Festival de Stratford, le Bourgeois Gentilhomme de Molière, les Trois Sœurs de Tchekhov, l’Oiseau bleu de Maeterlinck et Lulu, de Wedekind, font souvent usage de musique électronique.

Son « opéra-divertissement », Charlie the Chicken (1975), basé sur la pièce de Jonathan Levy et dirigé par son épouse, Joyce Doolittle, est présenté à Toronto en 1975, puis de nouveau à Calgary en 1976. Charlie est de retour sur scène deux fois en 1997, par l’Opera Anonymous de Toronto puis par la faculté de musique de l’Université McGill à Montréal. L’opéra Boiler Room Suite (1988) de Quenten Doolittle, dont le livret est signé Rex Deverell, est monté pour la première fois au Banff Centre for the Arts le 21 septembre 1989 puis présenté au festival Rendezvous, un festival de musique canadienne basé à London, avant de faire l’objet d’une tournée à Birmingham et à Norfolk la même année.

Les Doolittle continuent de travailler ensemble sur de nombreux projets, parmi lesquels Ruby’s Heart Throbs (1995), dont la première a lieu à Winnipeg et qui est ensuite présenté à Calgary ainsi qu’au festival de Hornby Island en Colombie-Britannique; Bible Babes (2004), une œuvre provocatrice mettant en scène Ève, Delilah et Jézabel, présentée pour la première fois par Das Chicas au Rozsa Centre de Calgary; enfin, Calamity Jane (2006), que Beverley Johnston et Diana McIntosh présentent en tournée.

Quenten Doolittle poursuit également son travail en ce qui concerne la musique de concert et l’opéra. La version orchestrale de Vivaldiana est présentée pour la première fois par Hans Graf et l’Orchestre philharmonique de Calgary en janvier 1996, et l’opéra Leviathan Hook, dont Rex Deverell écrit le livret, est donné en concerts-ateliers par l’Opera Anonymous de Toronto en août 1998. Le Fantasy on Sumer is icumen in (1971) pour orchestre à cordes de Quenten Doolittle est publié par Waterloo en 1972, et sa composition pour piano You Need Not Fail est enregistrée par Colleen Athparia à l’occasion d’une parution de 2006, Danse sauvage. Enfin, sa pièce All and Sundre est donnée en concert pour la première fois à l’occasion de son 75e anniversaire, en novembre 2000.

Implications

Quenten Doolittle est un associé du Centre de musique canadienne, ancien président de leur bureau de la région des Prairies, et un membre de la Ligue canadienne des compositeurs. Il cofonde en 1984 New Works Calgary, en collaboration notamment avec Allan Rae, afin de promouvoir la musique de concert de compositeurs et de musiciens du sud de l’Alberta.

Honneurs

L’Université de Calgary baptise l’une des salles de Craigie Hall le Joyce and Quenten Doolittle Fine Arts Studio; la bibliothèque, quant à elle, abrite le fonds Quenten Doolittle.

Écrits

« Towards a livelier live music », Canada Music Book, 5 (Automne/Hiver 1972).

« Is opera a phantom? » SoundNotes (Automne/Hiver 1994).


Lecture supplémentaire

  • Reid, John C. 'Quenten Doolittle is getting hot!' Prairie Sounds, Jan 1990

    "Composer news," Prairie Sounds, Fall 1997