Écoles publiques à vocation musicale au Québec

Écoles publiques à vocation musicale au Québec.
Écoles publiques à vocation musicale au Québec.


Écoles publiques à vocation musicale au Québec

Écoles publiques à vocation musicale au Québec. Depuis 1971, suite à divers rapports et études, notamment le Rapport de la Commission royale d'enquête sur l'enseignement des arts dans la province de Québec qui recommandait la diversification de l'enseignement en vue de répondre aux besoins et aptitudes des jeunes, le Québec a vu s'épanouir un nouveau type d'écoles primaires et secondaires à vocation musicale. Ces écoles offrent aux élèves la possibilité de recevoir simultanément une formation académique conforme au programme du ministère de l'Éducation du Québec et une formation musicale intégrée d'environ 7 à 12 heures par semaine, incluant la pratique instrumentale quotidienne.

Au primaire, les 7 heures et demi consacrées en moyenne à l'enseignement musical sont assurées par des spécialistes et se répartissent entre les classes de piano et/ou de violon ou de violoncelle, de chant choral, de théorie, de formation auditive, de rythmique, d'expression corporelle, de danse, de percussion Orff. Au secondaire s'ajoute le choix des instruments d'harmonie, et le temps alloué à la musique couvre un minimum de 10 heures par semaine. L'enseignement instrumental collectif, tant du piano (grâce au laboratoire de pianos électroniques) que du violon et des autres instruments, caractérise les programmes de la plupart de ces écoles. Ces programmes sont basés sur les principes des méthodes actives reconnues en éducation musicale, entre autres celles de Martenot, Orff, Dalcroze et Létourneau.

La Commission scolaire catholique de Sherbrooke a été pionnière dans ce domaine avec l'ouverture de l'école primaire Sacré-Coeur en 1972, puis de l'école Mitchell, ler cycle du secondaire (l978), et de l'école Montcalm, 2e cycle du secondaire (l980). Chaque année, de nouvelles commissions scolaires se dotent d'une école primaire à vocation musicale, puis d'une école secondaire. Il est intéressant de noter que chaque nouvelle école adopte une couleur particulière, soit dans le type de sélection des élèves ou dans les instruments imposés, soit dans le type de rayonnement des activités musicales ou encore dans l'objectif prédominant (préparer de bons mélomanes, des artistes de concert, enrichir une programmation, etc.).

Outre Sherbrooke, on retrouve à la Commission des écoles catholiques de Montréal l'école primaire Le Plateau (depuis 1973) et l'école secondaire Joseph-François-Perrault (1978); à la Commission scolaire Sainte-Croix, l'école secondaire Pierre-Laporte (1980) qui offre un programme de concentration musique et danse suite à une entente avec l'École Vincent-d'Indy et l'École supérieure de danse du Québec; à la Commission scolaire des Mille-Îles, l'école Alpha (1982); à la Commission scolaire de Sainte-Thérèse, l'école primaire Mgr Philippe-Labelle (1984) et la polyvalente de Sainte-Thérèse (1987); à la Commission scolaire Jacques-Cartier, l'école primaire Félix-Leclerc (1989) et la polyvalente Mgr Parent (1990).

Bien qu'on retrouve ailleurs au Canada des écoles spécialisées dans l'enseignement des arts (danse, théâtre, musique et arts visuels), notamment à Toronto (Claude Watson School for the Arts, Etobicoke School of the Arts), à Mississauga (Cawthra Park Secondary School) et à Langley, C.-B. (Langley Fine Arts Elementary School), les écoles à vocations musicales du Québec, par l'importance de leur enseignement musical intégré au programme académique général, suscitent beaucoup d'intérêt et constituent des cas uniques au Canada dans le domaine des institutions d'enseignement entièrement subventionnées. Elles préparent une relève appréciable pour les niveaux collégial et universitaire tout en permettant aux élèves de s'épanouir dans leur milieu. Ainsi, à l'école Pierre-Laporte, 204 élèves avaient obtenu leur certificat entre 1985 et 1990, et environ la moitié d'entre eux avaient poursuivi leurs études musicales. Elles sont également des lieux intéressants pour la recherche en pédagogie. Plusieurs de ces écoles sont affiliées à l'École préparatoire de musique de l'UQAM qui assure le niveau de la programmation et la sanction des études musicales.