Oilers d'Edmonton

Les Oilers d’Edmonton sont une équipe de hockey de la Ligue nationale de hockey basée à Edmonton, en Alberta. Les Oilers ont remporté cinq championnats de la coupe Stanley.



Gretzky, Wayne
Wayne Gretzky présente la coupe Stanley remportée par les Oilers d'Edmonton, l'équipe la plus dynamique des années 1980 (avec la permission du \u00ab Edmonton Journal \u00bb).
Gretzky, Wayne
Wayne Gretzky en conférence de presse, lors de son échange au Kings de Los Angeles (avec la permission de l'Edmonton Sun).

Les Oilers d’Edmonton sont une équipe de hockey de la Ligue nationale de hockey basée à Edmonton, en Alberta. Les Oilers ont remporté cinq championnats de la coupe Stanley.

Faits en bref sur les Oilers d’Edmonton

Date de création : 1971 (Association mondiale de hockey); 1979 (Ligue nationale de hockey)

Aréna : Rexall Place

Couleurs de l’équipe : Cuivre et bleu

Victoires de la coupe Stanley : 5

Les débuts du hockey professionnel à Edmonton

Le hockey senior arrive à Edmonton en 1907 avec la création de l’Association du hockey amateur de l’Alberta. À l’époque, n’importe quelle équipe canadienne peut inviter une autre équipe à disputer un match de défi pour remporter la coupe Stanley, et ce, n’importe où et à tout moment pendant la saison de hockey. Ainsi, le premier défi de la coupe Stanley à Edmonton a lieu en 1908 contre les Wanderers de Montréal. L’équipe locale perd, mais Edmonton tente une deuxième fois sa chance pour la coupe Stanley en 1910 et perd cette fois-ci contre les Sénateurs d’Ottawa. Peu de temps après, la première équipe de hockey senior à Edmonton manque de financement et met un terme à son existence. La perte de l’équipe est due entre autres à l’absence d’un aréna public de qualité à Edmonton. Le 25 décembre 1913, le vent tourne avec l’ouverture au public du Edmonton Gardens. Les deux équipes qui s’affrontent lors du match inaugural au Edmonton Gardens sont les Eskimos et les Dominions de la Alberta Big Four League. Les Dominions remportent le match 4 à 2.

Pendant la Première Guerre mondiale, on suspend les matchs et, en 1921, la Ligue de hockey de l’Ouest canadien remplace la Alberta Big Four League. Pendant sa première année d’existence, l’équipe des Eskimos d’Edmonton se classe parmi les meilleures de la ligue, au deuxième rang derrière les Capitals de Regina. L’année suivante, les Eskimos et les Capitals se rencontrent à nouveau pour le titre de champion de la ligue. Cette fois-ci, les Eskimos l’emportent, ce qui signifie que l’équipe d’Edmonton s’engage dans le championnat de la coupe Stanley. Comme 12 ans auparavant, l’équipe d’Edmonton perd contre les Sénateurs d’Ottawa.

En 1925, la Ligue de hockey de l’Ouest canadien devient la Western Hockey League. Cependant, la ligue aura une courte vie. Même si les Eskimos se joignent à la Prairie Hockey League en 1927, cette ligue disparaît aussi. La Ligue de hockey de l’Ouest canadien renaît de ses cendres en 1932 et change son nom pour la troisième fois pour devenir la North West Hockey League, qui disparaîtra quant à elle à la fin de la saison de hockey de 1935-1936. Il n’y aura plus de hockey professionnel à Edmonton jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

En 1945, le hockey senior revient à Edmonton avec les Flyers d’Edmonton qui se joignent à la Western Canada Senior Hockey League et remportent le premier championnat de la ligue ainsi que le trophée de hockey senior à l’échelle nationale, la coupe Allan, pour la saison 1947-1948. En 1951, les Flyers d’Edmonton sont intégrés à la Pacific Coast Hockey League qui, un an plus tard, fusionne avec la Western Canada Senior Hockey League pour créer la Ligue de hockey de l’Ouest. Cependant, les Flyers jouent leur dernière saison en 1962-1963.

Les Oilers d’Edmonton dans l’Association mondiale de hockey

L’Association mondiale de hockey (AMH) s’incorpore le 10 juin 1971. La ligue rivalise avec la Ligue nationale de hockey (LNH) et des joueurs de renom quittent les équipes de la LNH pour se joindre à des équipes de l’AMH. Bill Hunter, propriétaire de l’équipe de hockey amateur d’Edmonton, les Oil Kings d’Edmonton, investit dans une équipe de l’AMH basée à Edmonton. Connu sous le nom de « Wild Bill », il nomme au départ son équipe les Oilers de l’Alberta puisque l’équipe doit à l’origine représenter les villes d’Edmonton et de  Calgary et disputer des matchs locaux dans les deux villes. Le 11 octobre 1972, les Oilers jouent leur premier match de l’AMH et l’emportent sur les Nationals d’Ottawa 7 à 4. En 1973, l’équipe devient les Oilers d’Edmonton.

Bill Hunter change souvent l’entraîneur de l’équipe et le taux de roulement des joueurs est élevé. En fait, un seul joueur des Oilers, Al Hamilton, reste avec l’équipe de ses débuts en 1972 jusqu’à la disparition de l’AMH en 1979. Pendant leur première saison, le nombre de victoires des Oilers ne surpasse que d’un seul match le nombre de défaites. Bien que leur deuxième saison se termine avec le même score, elle marque aussi la première participation des Oilers aux séries éliminatoires. Malgré le piètre rendement de l’équipe en séries, l’intérêt pour le hockey grandit dans la ville d’Edmonton. Cela est dû, en partie, à la construction du nouveau Northlands Coliseum qui ouvre ses portes le 10 novembre 1974. Cependant, les Oilers concluent cette saison avec un plus grand nombre de défaites que de victoires.

Malgré la présence d’un nouvel entraîneur en chef, Clare Drake, entraîneur de l’équipe des Golden Bears de l’Université de l’Alberta, les Oilers ne font guère mieux lors de la saison 1975-1976. Tandis que l’équipe continue d’éprouver des difficultés, Bill Hunter en perd la maîtrise et la vend au DCharles Allard qui la revend rapidement à Nelson Skalbania. En 1976, Peter Pocklington s’allie à Nelson Skalbania en tant qu’associé.

Glen Sather se joint aux Oilers en 1976. Cette année-là, Peter Pocklington le nomme joueur-instructeur, puis entraîneur-chef. Peu de temps après, Nelson Skalbania recrute Wayne Gretzky pour l’AMH en lui faisant signer un contrat à sa résidence de Vancouver. Peter Pocklington achète à Nelson Skalbania le contrat de Wayne Gretzky et fait signer à celui-ci un « contrat de service personnel » d’une durée de 21 ans. Wayne Gretzky devient ainsi un employé de Peter Pocklington, plutôt qu’un joueur des Oilers.

Le dernier match de l’histoire de l’AMH a lieu le 20 mai 1979. Lors de ce match, les Oilers d’Edmonton perdent le championnat de la coupe Avco de l’AMH aux mains des Jets de Winnipeg.

Ligue nationale de hockey

Les Oilers d’Edmonton se joignent à la Ligue nationale de hockey (LNH) en 1979, soit en même temps que trois autres anciennes équipes de l’AMH. À titre d’équipe d’expansion, les Oilers perdent plusieurs joueurs au profit d’autres équipes de la LNH; Sather n’a donc d’autre choix que de se concentrer sur la formation de son équipe. Les futurs membres du Temple de la renommée du hockey  Glenn AndersonMark Messier, Kevin Lowe, Grant FuhrPaul Coffey et Jari Kurri joignent ainsi les rangs de l’équipe pendant ses premières années. Le premier match des Oilers en tant qu’équipe de la LNH a lieu le 10 octobre 1979 contre Chicago. Bien qu’ils perdent leur premier match, leur première victoire survient neuf jours plus tard, le 19 octobre, pendant un match disputé à Edmonton contre les Nordiques de Québec.

Le succès des Oilers dans la LNH est immédiat à Edmonton et ils accèdent aux séries éliminatoires dès leur première saison. Même si la participation des Oilers en séries éliminatoires est de courte durée – ils sont défaits par les Flyers de Philadelphie lors des trois premiers matchs –, Wayne Gretzky remporte le trophée Hart Memorial remis au joueur jugé le plus utile à son équipe. À la suite de la première saison, Sather est nommé entraîneur, directeur général et président de l’équipe. Sous sa gouverne, les Oilers deviennent l’une des meilleures équipes de la LNH pendant les années 1980.

La dynastie des années 1980

Dans les années 1980, les Oilers jouent un style de hockey rapide et offensif. La première victoire de l’équipe survient le 8 avril 1981 lorsqu’elle bat les Canadiens de Montréal 6 à 3. Les Oilers parviennent à éliminer Montréal lors de la première ronde des séries éliminatoires, avant d’être eux-mêmes éliminés. Les Oilers se rendent jusqu’en finale de la coupe Stanley pour la première fois en 1983 mais ils perdent contre les Islanders de New York qui remportent ainsi leur quatrième coupe consécutive. Après avoir été si près de remporter la coupe, les Oilers sont plus motivés que jamais. Lors de sa cinquième saison (1983-1984), l’équipe remporte 57 victoires et arrive au premier rang au classement de la ligue.

Les Oilers goûtent à la victoire lorsqu’ils battent les Islanders le 19 mai 1984, remportant leur première coupe Stanley à Edmonton. La coupe remplie de champagne est versée sur la tête de Peter Pocklington, propriétaire de l’équipe. Bien que le but gagnant ait été marqué par Kevin McClelland, c’est Mark Messier qui reçoit le trophée Conn Smythe du joueur jugé le plus utile à son équipe durant les séries éliminatoires. La victoire est un signe précurseur pour l’équipe qui remporte la coupe Stanley de la saison 1984-1985 pour une deuxième année consécutive, ainsi que deux autres victoires de la coupe Stanley consécutives en 1986-1987 et 1987-1988.

La victoire de 1988 suscite cependant des sentiments mitigés chez les Oilers. Après avoir mené l’équipe à sa quatrième victoire et remporté le trophée Conn Smyth, Wayne Gretzky est immensément populaire. De son côté, toutefois, le propriétaire Peter Pocklington perd de l’argent. Le lendemain de sa victoire de la coupe Stanley, Wayne Gretzky apprend que Peter Pocklington a l’intention de vendre son contrat. Le monde du sport est sous le choc en apprenant que Wayne Gretzky et Marty McSorley ont été échangés aux Kings de Los Angeles contre Jimmy Carson, Martin Gélinas et trois choix de première ronde. L’échange est aujourd’hui considéré comme l’un des événements les plus marquants dans l’histoire de la LNH.

La saison qui suit l’échange de Wayne Gretzky, les Oilers se classent au troisième rang de la division Smythe et la coupe Stanley est remportée par les Flames de Calgary. L’équipe se ressaisit et remporte à nouveau la coupe Stanley lors de la saison 1989-1990, mais continue d’échanger ses joueurs vedettes contre des joueurs plus jeunes, prétendant être incapable de payer leurs salaires croissants. La dynastie se démantèle et plusieurs des meilleurs joueurs des Oilers se joignent aux Rangers de New York. Ironiquement, quand les Rangers remportent la coupe Stanley en 1994, l’équipe est composée de sept anciens joueurs des Oilers.

Les années 1990

Pendant la deuxième moitié des années 1990, les Oilers luttent pour leur survie en tant que franchise. Ils souffrent de la faible valeur du dollar canadien, puisque les salaires et les dépenses sont payés en dollars américains. L’équipe souffre aussi de ses mauvaises performances et n’accède pas aux séries éliminatoires des saisons 1992-1993 et 1995-1996, et ce, malgré l’acquisition de Curtis Joseph, l’un des meilleurs gardiens de but de la LNH, en 1995.

Les premières rumeurs selon lesquelles les Oilers quitteraient Edmonton se font entendre en 1993, lorsque Peter Pocklington et le Northlands Coliseum ne peuvent conclure un accord au sujet du bail au Edmonton Coliseum. Peter Pocklington déclare qu’il peut potentiellement vendre les Oilers à Hamilton, ville désireuse d’avoir une équipe au sein de la LNH. En 1996, alors que les ventes de billets de saison sont faibles, la LNH annonce qu’elle ne s’interposera pas pour empêcher le déménagement de la franchise dans une autre ville. Cependant, au milieu de la saison 1996-1997, de jeunes joueurs comme Ryan Smyth et Doug Weight commencent à raviver l’enthousiasme des partisans envers les Oilers qui accèdent aux séries éliminatoires pour la première fois depuis 1992. Ils affrontent les Stars de Dallas en première ronde des séries éliminatoires de 1997, avant d’être éliminés par l’Avalanche du Colorado à la ronde suivante.

Un mois après la défaite des Oilers contre le Colorado en séries éliminatoires, Peter Pocklington annonce que l’équipe est à vendre. En février 1998, un homme d’affaires de Houston fait une offre officielle pour acquérir l’équipe et on accorde 30 jours à un propriétaire local pour faire une offre et garder l’équipe à Edmonton. Un groupe de 38 hommes d’affaires forme le Edmonton Investors Group Limited Partnership et amasse finalement les 70 millions de dollars américains nécessaires pour sauver l’équipe.

Même si personne ne s’attend à ce que les Oilers battent l’Avalanche du Colorado pendant la première ronde des séries éliminatoires de 1998, ils le font en sept matchs. Cependant, leur participation aux séries éliminatoires se termine à la ronde suivante lorsqu’ils perdent contre les Stars de Dallas.

2000-2010

Les Oilers participent à nouveau aux séries éliminatoires en 1999, 2000, 2001 et 2003. Lors de ces quatre saisons, les Oilers sont éliminés en première ronde par les Stars de Dallas. Cependant, en 2006, sous la direction de l’entraîneur Craig MacTavish, membre de l’équipe à l’époque de la dynastie des années 1980, les Oilers surprennent tout le monde en accédant à la finale de la coupe Stanley après s’être classés au huitième rang de l’association de l’Ouest. Même s’ils tirent de l’arrière 3-1 dans la série, les Oilers rassemblent leurs forces pour jouer sept matchs et perdent éventuellement contre les Hurricanes de la Caroline.

À la suite de leur participation surprise aux séries éliminatoires, les Oilers semblent continuer sur leur lancée. Cependant, l’équipe fait rapidement face à une crise. Fin février 2007, l’équipe échange la vedette Ryan Smyth aux Islanders de New York (il sera toutefois de retour avec les Oilers pour la saison 2011-2012). Pendant ce temps, l’équipe ne remporte que deux victoires pendant tout le reste de la saison et se classe au dernier rang de la ligue.

En 2008, les Oilers sont vendus à Daryl Katz, le propriétaire de la chaîne de pharmacies Rexall, pour une somme avoisinant les 200 millions de dollars. Daryl Katz achète aussi le nom de l’aréna local des Oilers, le Northlands Coliseum, qui devient ainsi le Rexall Place. En 2009, les Oilers ne réussissent pas à accéder aux séries éliminatoires pour la troisième année consécutive, ce qui mène au congédiement de l’entraîneur-chef Craig MacTavish et à son remplacement par Pat Quinn. Le changement d’entraîneur n’améliore cependant pas la performance des Oilers. L’équipe termine la saison au dernier rang de la ligue et un nouvel entraîneur-chef du nom de Tom Renney remplace Pat Quinn.

2010 à aujourd’hui

Tom Renney demeure l’entraîneur des Oilers pendant deux saisons avant que Ralph Krueger le remplace et, après une seule saison écourtée par un lock-out, un nouvel entraîneur nommé Dallas Eakins le remplace à son tour. L’équipe congédie Dallas Eakins au milieu de sa deuxième saison et le directeur général de l’équipe, Craig MacTavish, le remplace brièvement. C’est Todd Nelson qui exerce par la suite les fonctions d’entraîneur-chef par intérim pour le reste de la saison. Les perpétuels changements d’entraîneur ne font rien pour améliorer le sort des Oilers, qui demeurent exclus des séries éliminatoires chaque printemps et qui n’arrivent qu’une seule saison, entre 2010 et 2015, à ne pas compter parmi les trois dernières équipes du classement de la ligue.

En 2014, dans une lettre adressée aux partisans, Daryl Katz affirme que les Oilers sont officiellement en processus de reconstruction depuis 2010. Les excellents joueurs que l’équipe réussit à repêcher constituent la seule consolation pour les performances désolantes des Oilers pendant cette période. De 2010 à 2012, les Oilers sélectionnent chaque année le premier choix de repêchage et recrutent Taylor Hall (2010), Ryan Nugent-Hopkins (2011) et Nail Yakupov (2012).

En 2015, les Oilers, qui se classent au 28e rang de la ligue, gagnent à nouveau la loterie du repêchage et recrutent Connor McDavid comme premier choix. Après avoir remporté cette loterie, les Oilers redoublent d’ardeur pour améliorer leur équipe. Peter Chiarelli et Todd McLellan, qui ont tous deux fait leurs preuves dans la LNH, deviennent respectivement directeur général et entraîneur-chef.

Avec l’ajout de Connor McDavid à l’équipe, les attentes sont grandes à Edmonton. Il se joint à un noyau offensif éclatant qui déjà affiche fièrement Taylor Hall (le premier choix au repêchage de 2010), Nugent-Hopkins (le premier choix au repêchage de 2011) et Leon Draisaitl (3e choix au repêchage en 2014).

À la saison 2015-2016, l’équipe n’est pas à la hauteur des attentes. Connor McDavid se blesse en début de saison et manque quelque 37 matches, et les Oilers ratent les séries éliminatoires pour une dixième saison consécutive, égalisant ce faisant le record de la plus longue période de malchance de l’histoire de la LNH. À la fin de la saison, l’équipe tente de consolider sa défense en échangeant à New Jersey l’ailier d’élite Taylor Hall contre le défenseur Adam Larsson.

Les Oilers entament la saison 2016-2017 dans un tout nouveau stade au cœur du centre-ville d’Edmonton, le Rogers Place. Connor McDavid se hisse en tête du classement de la ligue avec 100 points, tandis que le gardien Cam Talbot établit un record de franchise avec 42 victoires. Cette saison-là, les Oilers se rendent enfin en séries éliminatoires, leur première fois depuis la finale de la coupe Stanley en 2006. En première ronde, ils battent les Sharks de San Jose en six matchs avant de tomber devant les Ducks d’Anaheim au septième match de la deuxième ronde.

Les attentes sont hautes pour les Oilers la saison suivante; certains visent même la coupe Stanley. La saison 2017-2018, toutefois, est décevante. Les Oilers connaissent un début de saison difficile dont ils ne se remettent jamais, ratant les séries éliminatoires par 17 points. Malgré la performance médiocre de l’équipe, Connor McDavid mène le classement des buteurs pour une deuxième année consécutive avec 108 points.

En 2017, le magazine Forbes évalue la valeur de club à 520 millions de dollars. Le Rogers Place peut accueillir 18 641 personnes dans ses gradins.

 

Joueurs des Oilers d’Edmonton au Temple de la renommée

Nom

Numéro, position ou titre

Année d’intronisation

Jacques Plante

Gardien de but

1978

Norm Ullman

7

1982

Glen Sather

Entraîneur-chef, président, directeur général

1997

Wayne Gretzky

99

1999

Jari Kurri

17

2001

Roger Neilson

Analyste vidéo

2002

Grant Fuhr

31

2003

Rod Phillips

Diffuseur

2003

Paul Coffey

7

2004

Mark Messier

11

2007

Glenn Anderson 

9

2008

Adam Oates

77

2012

Chris Pronger

44

2015

Pat Quinn

Entraîneur

2016

Clare Drake

Entraîneur

2017

Les Oilers en finale de la coupe Stanley

Finale de la coupe Stanley de 1983

Oilers d’Edmonton contre Islanders de New York

Premier match : New York 3, Edmonton 0 
Deuxième match : New York 6, Edmonton 4 
Troisième match : New York 4, Edmonton 2 
Quatrième match : New York 4, Edmonton 2 

Les Islanders de New York remportent les séries 4 à 0 et la coupe Stanley.


Finale de la coupe Stanley de 1984

Oilers d’Edmonton contre Islanders de New York

Premier match : Edmonton 1, New York 0
Deuxième match : New York 6, Edmonton 1
Troisième match : Edmonton 7, New York 2
Quatrième match : Edmonton 7, New York 2
Cinquième match : Edmonton 5, New York 2

Les Oilers d’Edmonton remportent les séries 4 à 1 et la coupe Stanley.

Finale de la coupe Stanley de 1985

Oilers d’Edmonton contre Flyers de Philadelphie

Premier match : Philadelphie 4, Edmonton 1
Deuxième match : Edmonton 3, Philadelphie 1
Troisième match : Edmonton 4, Philadelphie 3
Quatrième match : Edmonton 5, Philadelphie 3
Cinquième match : Edmonton 8, Philadelphie 3

Les Oilers d’Edmonton remportent les séries 4 à 1 et la coupe Stanley.

Finale de la coupe Stanley de 1987

Oilers d’Edmonton contre Flyers de Philadelphie

Premier match : Edmonton 4, Philadelphie 2
Deuxième match : Edmonton 3, Philadelphie 2 (en prolongation)
Troisième match : Philadelphie 5, Edmonton 3
Quatrième match : Edmonton 4, Philadelphie 1
Cinquième match : Philadelphie 4, Edmonton 3
Sixième match : Philadelphie 3, Edmonton 2
Septième match : Edmonton 3, Philadelphie 1

Les Oilers d’Edmonton remportent les séries 4 à 3 et la coupe Stanley.

Finale de la coupe Stanley de 1988

Oilers d’Edmonton contre Bruins de Boston

Premier match : Edmonton 2, Boston 1
Deuxième match : Edmonton 4, Boston 2
Troisième match : Edmonton 6, Boston 3
Quatrième match : Edmonton 3, Boston 3 (le match est annulé à la suite d’une panne d’électricité en deuxième période)
Cinquième partie : Edmonton 6, Boston 3

Les Oilers d’Edmonton remportent les séries 4 à 0 et la coupe Stanley.

Finale de la coupe Stanley de 1990

Oilers d’Edmonton contre Bruins de Boston

Premier match : Edmonton 3, Boston 2
Deuxième match : Edmonton 7, Boston 2
Troisième match : Boston 2, Edmonton 1
Quatrième match : Edmonton 5, Boston 1
Cinquième match : Edmonton 4, Boston 1

Les Oilers d’Edmonton remportent les séries 4 à 1 et la coupe Stanley.

Finale de la coupe Stanley de 2006

Oilers d’Edmonton contre Hurricanes de la Caroline

Premier match : Caroline 5, Edmonton 4
Deuxième match : Caroline 5, Edmonton 0
Troisième match : Edmonton 2, Caroline 1
Quatrième match : Caroline 2, Edmonton 1
Cinquième match : Edmonton 4, Caroline 3 (en prolongation)
Sixième match : Edmonton 4, Caroline 0
Septième match : Caroline 3, Edmonton 1

Les Hurricanes de la Caroline remportent les séries 4 à 3 et la coupe Stanley.


En savoir plus // Oilers d'Edmonton

En savoir plus