Eikhard, Shirley

Shirley (Rose) Eikhard. Auteure-compositrice-interprète, guitariste, pianiste (Sackville, Nouveau-Brunswick, 7 novembre 1955). Elle est la fille de la violoneuse bien connue June Eikhard (née Marguerite June Cameron, Moncton, N.-B.

Eikhard, Shirley

Shirley (Rose) Eikhard. Auteure-compositrice-interprète, guitariste, pianiste (Sackville, Nouveau-Brunswick, 7 novembre 1955). Elle est la fille de la violoneuse bien connue June Eikhard (née Marguerite June Cameron, Moncton, N.-B., 1er décembre 1932, première femme à participer au Canadian Open Old Time Fiddlers' Contest) et du musicien country et bassiste Cecil (Arnold) Eikhard (né Eikhoudt).

Débuts de carrière et style musical

En 1963, la famille quitte les Maritimes pour s'installer à Oshawa (Ont.). À 11 ans, Shirley Eikhard commence à jouer de la guitare et à composer des chansons. Elle fait ses débuts à 12 ans lors d'un concours de violoneux à Cobourg (Ont). Elle est bientôt invitée au Festival de folklore Mariposa (concert de nouveaux auteurs-compositeurs) et à l'émission de télévision Singalong Jubilee de la SRC. À 14 ans, elle signe un contrat avec Capitol Records. En 1970, le guitariste américain Chet Askins enregistre sa chanson instrumentale « Pickin' My Way » (chanson titre du 33 tours du même nom). On la compare souvent à Anne Murray, qui connaît un certain succès en 1971 avec une des premières chansons de Shirley Eikhard, « It Takes Time ». Elle-même enregistre un disque pour Capitol en 1971 (Shirley Eikhard, ST-6371), obtient un succès en 1972 avec la chanson country « Smiling Wine » et reçoit les prix Juno de la meilleure chanteuse country en 1972 et 1973. Ses 33 tours (1975-1977) sur étiquette Attic (Child of the Present, LAT-1007; Let Me Down Easy, LAT-1021; Horizons, LAT-1032) contiennent des éléments de pop, de rhythm and blues et de rock. Son enregistrement d'une chanson de Fleetwood Mac, « Say You Love Me », est populaire en 1976. Dans les années 1970, Eikhard se produit dans les clubs, les coffeehouses et les salles de concert partout au Canada, et, en 1975, elle fait des tournées au Canada et en Europe avec des interprètes tels que Hagood Hardy, Sylvia Tyson, Lou Rawls, Sonny James et Lynn Anderson.

Enregistrements, style musical, prix et activités de 1977 à aujourd'hui

1980-1992

Après avoir cessé d'enregistrer de 1977 à 1982, Eikhard crée sa propre étiquette, Eika. Comme diverses musiciennes, Eikhard se tient loin des milieux musicaux dirigés par l'image et la commercialisation. Elle révèle : « Au fil des années, j'ai eu des imprésarios qui m'ont dit des choses blessantes au sujet de mon image... J'ai fini par devenir une caricature de ce qu'ils voulaient que je sois et le public a toujours su que c'était faux. »

En 1985, elle séjourne à Nashville, où elle écrit 16 chansons en six semaines. En 1987, elle sort son premier enregistrement chez Eika, intitulé à juste titre Taking Chargex (Eika/WEA 25-48531). Elle écrit, coécrit, produit, arrange et interprète toutes les chansons de l'album. Elle poursuit ses tournées au pays (éliminant les boîtes de nuit de son itinéraire à partir de 1986 à cause d'une allergie sévère à la fumée de cigarette).

Eikhard se concentre sur la composition après une discussion à ce sujet avec Hal David. Elle devient plus connue en tant que compositrice et compose, seule ou en collaboration, des chansons enregistrées par les chanteuses américaines Kim Carnes, Cher, Rita Coolidge, Emmy Lou Harris, les Pointer Sisters et Bonnie Raitt. En 1991, la version de Raitt de la chanson de Eikhard « (Let's Give Them) Something to Talk About » (Luck of the Draw), qui connaît un énorme succès, remporte un prix Grammy et procure à Eikhard une plus grande liberté financière et une reconnaissance professionnelle. Raitt compare l'enregistrement de la chanson à « un coup de circuit, son premier n 1... ». Eikhaard écrit aussi des chansons avec les Laurie Bower Singers, Gary Buck, George Fox, Catherine McKinnon, Alannah Myles, Peter Pringle, Ginette Reno, Donna Ramsey et Sylvia Tyson and Quartette, entre autres. Elle participe aussi à des centaines de séances d'enregistrement avec de nombreux artistes.

Au début des années 1990, Eikhard compose deux trames sonores pour le dramaturge torontois George F. Walker. L'une d'elles, Escape from Happiness, remporte un Dora Mavor Moore Award de la meilleure conception sonore (1992). Plus tard la même année, elle reçoit le témoignage de compositeur de BMI pour « Something to Talk About ».

De 1993 à aujourd'hui

Eikhard enregistre If I Had My Way (CAN 9023) en 1995. Le disque contient des chansons pop, folkloriques, R&B et jazz et témoigne de son talent de compositrice dans tous les genres. Fervente de longue date du jazz et en particulier de la musique de Cleo Laine, en 1996, Eikhard compose, arrange et produit The Jazz Sessions (SEM 1196). En 1998, Shirley enregistre son deuxième album de jazz, Going Home (E21S 57890). L'album remporte le prix de la meilleure interprétation de jazz de l'Association de la musique de la côte est en 1999. Après la sortie de Going Home, Eikhard se produit à Live at the Rehearsal Hall à la chaîne télévisée Bravo!, avec des musiciens jazz comme le guitariste Ed Bickert. La chanson « Nothin' Like Love » figure sur l'enregistrement Blue Note Festival '98.

En 2000, Eikhard sort The Last Hurrah (SEM 1199), un album acclamé par la critique. Comme sur Going Home, plutôt que de réinterpréter des classiques de jazz, Eikhard enrichit le répertoire de jazz de ses compositions originales. Selon Bruce Lundvall, président de Blue Note, elle est douée pour le phrasé et la composition de jazz : « J'ai mis le CD et je me suis arrêté sur une chanson. C'était « If We Had Never Met » et on aurait dit un classique... Sa voix était merveilleuse - une signature vocale distincte. Une voix de jazz... ».

La chanson de Eikhard « Tomorrow is a Lonely Place » remporte le premier prix (catégorie jazz) de la Songwriters Competition des États-Unis en 2001. La même année, Eikhard produit et dirige End of the Day (SEM 2001), un enregistrement principalement instrumental sur lequel elle joue de la guitare, du piano, de la batterie, du saxophone, de la basse, des percussions et de l'harmonica chromatique. L'album fait ressortir l'aisance d'Eikhard à la guitare (p. ex. sur « Song For Lesley ») et son aptitude à la composition instrumentale. Son CD suivant, Stay Open (SEM 2003), témoigne encore davantage de son talent pour l'écriture, la production et l'interprétation dans divers styles musicaux avec succès.

En 2003, Eikhard remporte un prix des classiques de la SOCAN pour « Something to Talk About ».

Écrits

Shirley Eikhard, « Eikhard takes charge with new LP », CanMus, IX (oct. 1987).


Lecture supplémentaire

  • McCracken, Melinda. 'The voice, it's the voice, that warm soothing alto,' Maclean's, Jun 1972

    Foster, Don. 'Canada's first lady of the fiddle [June Eikhard],' Country Music News, vol 1, Nov-Dec 1972

    Graves, Lief. 'Getting to know Ms. Shirley Eikhard,' CanComp, 93, Sep 1974

    Flohil, Richard. 'Songwriter faces challenge taking charge of album project,' CanComp, 221, Jun 1987

    - 'Shirley Eikhard: the life of a songwriter,' The Record, vol 10, 8 Jul 1991

    Feniak, Peter. "Attempting a comeback to talk about," Globe and Mail, 5 August 1995

    Gudino, Rod. "Shirley Eikhard: the voice behind the voice," RPM (Weekly), 62, no 10, Oct 1995

    Smulders, Marilyn. "When fairytales come true," Daily News (Halifax), 21 Apr 1996

    Jones, Christopher. "The jazz singer," Words & Music, vol 5, no 4, Apr 1998

    Lees, Gene. "To the ladies," Gene Lees Jazzletter, vol 17, no 10, Oct 1998

    Doole, Kerry. "Jazz goes the pop singer," Opus: Canada's Essential Jazz and Classical Music Source, vol 23, no 4, winter 2000

    Goddard, John. "Bonnie Raitt springs local surprise," Toronto Star, 15 Apr 2002