Musique électroacoustique

La musique électroacoustique est composée, exécutée ou reproduite à l'aide d'une technologie électronique, sans aucune musique instrumentale ou vocale diffusée par haut-parleurs.

Musique électroacoustique

La musique électroacoustique est composée, exécutée ou reproduite à l'aide d'une technologie électronique, sans aucune musique instrumentale ou vocale diffusée par haut-parleurs. Ce terme englobe la musique enregistrée, la musique électronique et la musique assistée par ordinateur, chacune possédant ses techniques propres. La musique enregistrée désigne une composition créée à partir de bandes magnétiques et utilisant des sons préenregistrés ou électroniques qui ont été modifiés et assemblés au moyen des techniques comme le mixage, le collage, les changements de vitesse, l'inversion de la bande, les boucles de bande, l'écho et la rétroaction, en plus des modifications électroniques. Par musique électronique, on entend toute composition comprenant des sons produits électroniquement par des oscillateurs et modifiés par des filtres, des modulateurs ou tout autre appareil. Les premières expériences de musique électronique ont eu lieu en Europe et en Amérique du Nord après la Deuxième Guerre mondiale, bien que plusieurs instruments électriques (comme le thérémine, les ondes Martenot et l'orgue Hammond) aient été inventés au début du siècle.

Depuis les années 60, on associe la musique électronique aux synthétiseurs de sons commerciaux, qui sont des combinaisons d'éléments de production et de modification de sons et qui utilisent le principe de la variation de tension pour déterminer les paramètres sonores. La musique électronique en direct se rapporte à une interprétation musicale qui fait appel à toute combinaison de synthétiseurs et d'appareils connexes, tandis que la musique électronique composée en studio nécessite le mixage des éléments sonores sur une bande pour lecture ultérieure. On intègre actuellement la technologie numérique à tous les aspects de la musique et de l'ingénierie du son, y compris à l'enregistrement numérique sur disque compact (CD), sur CD-ROM et sur bande audionumérique ainsi que le traitement numérique des signaux et la transmission par Internet. La composition stéréophonique à deux canaux est la plus fréquente, mais la composition à canaux multiples commence à se répandre.

La musique assistée par ordinateur consiste à appliquer la technologie numérique à l'activité musicale, comme la composition par ordinateur, la synthèse numérique des sons et, plus récemment, l'exécution en direct comprenant des synthétiseurs numériques dotés du mode d'échange d'informations sérielles de l'interface numérique des instruments de musique (MIDI). La musique assistée par ordinateur se différencie des autres formes musicales en ce qu'elle a recours à des logiciels pour régler le processus de création et qu'elle représente les sons par des séries de nombres appelés échantillons. Certains des premiers systèmes de composition musicale assistée par ordinateur au Canada ont été mis au point par Ken Pulfer, du Conseil national de recherches du Canada (CNRC), en 1969, par Gustav Ciamaga et William Buxton, de l'U. de Toronto, et par Barry Truax, de l'U. Simon Fraser.

Depuis le milieu des années 80, la production de musique électroacoustique utilise de plus en plus du matériel et des programmes informatiques commerciaux, y compris les synthétiseurs numériques et les échantillons réglés par l'interface MIDI, les protocoles informatiques et les ordinateurs personnels munis de cartes audio et de logiciels spécialisés pour le montage, le traitement et le mixage sonores. Les concerts de musique électroacoustique peuvent comprendre n'importe quel de ces appareils en interaction avec les musiciens sur scène et des éléments visuels ainsi que de multiples haut-parleurs qui projettent la musique dans l'espace, une technique appelée « diffusion acoustique ». La distribution des disques compacts de cette musique est généralement assurée sous étiquette indépendante ou privée, comme le font, au Canada, Empreintes digitales de Montréal ou Cambridge Street Records, de Vancouver, qui ne produisent que ce genre de musique.

On utilise les techniques électroacoustiques tant pour la musique commerciale que pour la musique « de concert ». La première est habituellement associée aux studios d'enregistrement multipistes et la deuxième aux studios universitaires et privés, de même qu'aux réseaux radiophoniques nationaux en Europe. Les premiers studios canadiens ont été aménagés à l'U. de Toronto (1959) par Myron Schaeffer et à l'U. McGill (1964) par Istvan ANHALT et l'on en trouve maintenant dans presque toutes les facultés de musique. Hugh LE CAINE, du CNRC, a été le plus marquant des pionniers de la musique électronique au Canada, par sa conception et sa construction de nombreux appareils spécialisés destinés aux compositeurs et aux interprètes, dont le premier synthétiseur, le Sackbut, en 1945.

Outre les universités, divers groupes font la promotion de la musique électroacoustique dans de nombreux centres canadiens, dont l'Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ) à Montréal, la Music Gallery et le Canadian Electronic Ensemble (CEE) à Toronto, le Vancouver New Music et le Western Front Lodge à Vancouver ainsi que quantité de compositeurs, d'interprètes, la Société Radio-Canada et les radios communautaires. Une association nationale appelée la Communauté électroacoustique canadienne a été mise sur pied en 1986, afin de promouvoir ce genre de musique au moyen de festivals, d'un bulletin d'information, d'enregistrements et d'Internet. L'International Computer Music Association (ICMA) a tenu trois de ses conférences annuelles au Canada, soit à l'U. Simon Fraser en 1985, à l'U. McGill en 1991 et au Banff Centre en 1995. De plus, les compositeurs canadiens reçoivent souvent des prix internationaux. Malgré le peu de familiarité du public avec ses formes d'expression artistique, la musique électroacoustique est, de nos jours, un aspect important du monde musical.