Evangelista, José

José Evangelista, compositeur, professeur (Valence, Espagne, 5 août 1943).

Evangelista, José

José Evangelista, compositeur, professeur (Valence, Espagne, 5 août 1943). Après avoir obtenu des diplômes en composition, en physique et en informatique en Espagne, il vient à Montréal pour des études approfondies en composition de la musique à l'Université de Montréal et à l'UNIVERSITÉ MCGILL où il obtient un doctorat en 1984. En 1974, son œuvre pour soprano et orchestre de chambre, En guise de fête, remporte le prix de la Confederación española de cajas de ahorros et, en 1982, Vision reçoit un prix spécial du ministère espagnol de la culture. En 1979, il commence à enseigner à l'Université de Montréal et devient professeur. En 1986, il est compositeur en résidence à l'Akademi Musik Indonesia à Jogjakarta et à l'Internationale Ferienkurse für Neue Musik à Darmstadt. Depuis 1987, il est directeur du gamelan balinais à l'Université de Montréal. O Bali (1989), pour orchestre de chambre, est l'une de ses œuvres les plus fréquemment présentées où il utilise sa propre approche de l'hétérophonie. De 1993 à 1995, il est compositeur en résidence à l'ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE MONTRÉAL. Plus récemment, il a exploré l'utilisation de la mélodie dans la musique classique de l'Asie du Sud-Est. Commandées par de nombreux solistes et groupes exceptionnels, y compris le quatuor Kronos, le Groupe vocal de France et la SRC, les œuvres de José Evangelista, notamment Orchestre concertant (2000), Alap et Gat (1998) ont été publiées par les éditions Salabert de Paris. Son approche de composition est basée sur les mélodies tirées de ses racines espagnoles, son amour de la musique médiévale et de l'influence asiatique. Récemment, deux de ses opéras ont fait l'objet de premières : Exercices de conversation (Lyon, 2000, libretto de E. Ionesco) et Manuscrit trouvé à Saragosse (Montréal 2001, libretto de A. Nousse après J. Potocki).


Lecture supplémentaire

  • José Evangelista, "Pourquoi composer de la musique monodique," Circuit 1/2 (1991); José Evangelista, "Clés du Manuscrit trouvé à Saragosse," Circuit 12/2 (2002).