Fougère

Nom commun d'un groupe divers (division Polypodiophyta), généralement vivaces, de PLANTES à spores, à feuilles (frondes) décidues ou persistantes, vivant sur de fins rhizomes horizontaux (tiges souterraines) ou de robustes rhizomes ascendants.

Fougère

Nom commun d'un groupe divers (division Polypodiophyta), généralement vivaces, de PLANTES à spores, à feuilles (frondes) décidues ou persistantes, vivant sur de fins rhizomes horizontaux (tiges souterraines) ou de robustes rhizomes ascendants. Les fougères arborescentes tropicales et subtropicales peuvent atteindre plusieurs mètres de haut. Des espèces apparentées datant de la période du dévonien (il y a de 410 à 353 millions d'années) et atteignant un développement optimal pendant la période du carbonifère (il y a de 353 à 300 millions d'années) font partie de la végétation qui a formé des lits de charbon (voir FOSSILES). Des progrès récents en botanique ont rendu nécessaire la réorganisation de la taxonomie des fougères : 20 familles comprenant 65 genres et 345 espèces sont maintenant identifiées en Amérique du Nord, au nord du Mexique ; on a recensés 13 familles, 31 genres et 114 espèces au Canada.

Reproduction

Les fougères montrent une alternance de générations, c'est-à-dire qu'une phase sexuée (gamétophytique) succède à une phase asexuée au cours de laquelle des spores sont produites (sporophytique). Il y a une plante indépendante à chaque phase. Les spores produites dans les sporanges, reposent nues sur la branche dépourvue de feuille (aphylle), comme chez les genres primitifs Ophioglossum et Botrychium ; elles sont groupées (sores) au dos ou aux marges des frondes, modifiant parfois de façon importante les folioles (pinnae), comme dans plusieurs familles, dont les Polypodiacées et les Schizaeacées. On peut y retrouver des capsules renfermant les fructifications (sporocarpes), comme chez l'azolla et la marsilée.

Les spores germent pour former de petites plantes (prothalles) souvent en forme de coeur qui portent des anthéridies (structures produisant l'organe mâle) et les archégones (structures produisant les oosphères ou « cellules reproductrices femelles »). Les prothalles sont de la génération gamétophytique. La fécondation de l'oosphère, et son développement subséquent, produit la plante que l'on connaît, la fougère ou sporophyte, la génération sporophytique, et complète le cycle de vie. Beaucoup de fougères se reproduisent par multiplication végétative (par bourgeons sur les racines ou les frondes).

Distribution et habitat

La plupart des fougères sont tropicales ou subtropicales. Les Woodsia de l'île d'Elbe, W. alpina, W. glabella, Cystopteris fragilis et Dryopteris fragrans, poussent dans l'archipel Arctique canadien. Les fougères sont en général terrestres, mais certaines, comme le Polypodium glycyrrhiza de la côte de la Colombie-Britannique, sont partiellement ou complètement épiphytes (qui croissent sur d'autres plantes). D'autres, comme la marsilia et l'azolla sont aquatiques, cette dernière flottant librement. Les habitats sont en général humides. La plupart des fougères canadiennes poussent en régions boisées, mais la fougère grand aigle (Pteridium aquilinum) et la fougère foin (Dennstaedtia punctilobula) se développent en terrain découvert. Des espèces de Pellaea, à limbes qui ressemblent au cuir, poussent dans les crevasses sèches des escarpements.

La plupart des fougères ont une distribution relativement grande au Canada. Quelques unes se limitent à certains terrains : la schizée naine (Schizaea pusilla) pousse dans la sphaigne ou dans les dépressions humides en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve ; la woodwardie tachée (Woodwardia areolata) dans le Sud de la Nouvelle-Écosse ; la scolopendre officinale (Asplenium scolopendrium), est associée au CALCAIRE de l'ESCARPEMENT DU NIAGARA ; la fougère de cuir (Polypodium scouleri) pousse le long de la côte de la Colombie-Britannique, souvent à la recherche des embruns ; l'hyménophyllée (Hymenophyllum wrightii) tapisse les versants ombragés des escarpements et les sous-bois depuis l'Enclave de l'Alaska jusqu'à l'île de Vancouver.

Rôle biologique

Les fougères possèdent peu de valeur commerciale, même si beaucoup sont très belles. La CROSSE DE FOUGÈRE ou fougère-à-l'autruche (Matteuccia struthiopteris) est comestible et on la cueille à des fins commerciales au Nouveau-Brunswick. Cette espèce est aussi utilisée en plantation destinée à dissimuler les fondations. La fougère de Boston (Nephrolepis exaltata), variété bostoniensis, est une plante d'intérieur très courante. Certaines fougères des bois s'adaptent très bien aux jardins ombragés, humides et frais. Par ailleurs, la fougère grand aigle, parfois consommée comme légume, s'est révélée cancérigène chez le rat et responsable de certaines maladies du bétail. Il n'est donc pas recommandé d'en consommer.


En savoir plus

Lecture supplémentaire

  • W.J. Cody and D.M. Britton, Ferns and Fern Allies of Canada (1984); Flora of North America Editorial Committee, ed, Flora of North America - North of Mexico: Pteridophytes and Gymnosperms (1993).