Torrington, F.H.

F.H. (Frederick Herbert) Torrington. Chef d'orchestre, organiste, violoniste, professeur, administrateur (Dudley, près Birmingham, Angl., 20 octobre 1837 - Toronto, 20 novembre 1917). D.Mus. h.c. (Toronto) 1902.

Torrington, F.H.

F.H. (Frederick Herbert) Torrington. Chef d'orchestre, organiste, violoniste, professeur, administrateur (Dudley, près Birmingham, Angl., 20 octobre 1837 - Toronto, 20 novembre 1917). D.Mus. h.c. (Toronto) 1902. À la suite d'une formation initiale donnée par son entourage, Torrington étudia quatre ans le piano, l'orgue, les matières théoriques et la musique chorale à Kidderminster avec James Fitzgerald. À 16 ans, il devint organiste à l'église Saint Ann's à Bewdley. En 1856, il émigra au Canada et se fixa à Montréal où il fut d'abord accordeur de pianos puis o. m. c. à l'église méthodiste de la rue Saint-Jacques. Il donna des cours privés et enseigna dans plusieurs écoles, dirigea des groupes instrumentaux et des chorales dont la Montreal Amateur Musical Union et, durant trois ans, fut dir. de la musique du 25e régiment, Queen's Own Borderers. Il fit partie d'un orchestre et se produisit fréquemment comme organiste et violoniste soliste. En 1869, il organisa la section canadienne d'un orchestre dirigé par Patrick S. Gilmore à l'occasion d'un concert lors du premier Jubilé de la Paix à Boston. Torrington demeura ensuite à Boston comme organiste à la King's Chapel, prof. de piano et d'orgue au New England Cons., dir. de divers choeurs de la région et violon solo de l'OS de Harvard (auj. OS de Boston). Il donna en outre des récitals d'orgue à Boston, New York et d'autres villes de l'Est des É.-U.

En 1873, il revint au Canada comme o. m. c. à l'église méthodiste (auj. unie) Metropolitan à Toronto et chef (1873-94) de la Toronto Philharmonic Society réorganisée. Il devint rapidement une figure centrale de la vie musicale torontoise : il dirigea en première canadienne Elijah (1874) et Saint Paul (1876) de Mendelssohn et, plus tard, organisa le premier Toronto Music Festival (1886), au Rink Building de Mutual Street, avec un choeur de 1000 voix, un orchestre, un choeur d'enfants ainsi que Lilli Lehmann et Max Heinrich comme solistes. En 1894, il organisa un deuxième festival pour l'inauguration du Massey (Music) Hall et forma le Festival Chorus à cette occasion. Composé principalement de chanteurs de la défunte Toronto Philharmonic Society, le nouveau choeur présenta chaque année le Messie et autres oratorios jusqu'en 1912. Lors de ses concerts d'adieu, les 12 et 13 mars, Torrington dirigea le Festival Chorus avec le TSO de Welsman.

L'influence de Torrington se répandit au-delà de Toronto puisqu'il fut dir. mus. de l'Ontario Ladies' College à Whitby (v. 1874-82) et dir. de la Hamilton Philharmonic Society (années 1880). En 1888, il fonda le Toronto College of Music qui, en 1890, devint le premier établissement musical affilié à l'Université de Toronto. Il en demeura le directeur jusqu'à sa mort. Il fut prés. de la Canadian Society of Musicians en 1892. Il dirigea également à Toronto une succession d'orchestres amateurs ou semi-professionnels qui, globalement, furent ce qui s'approchait le plus d'ensembles symphoniques, avant que Frank Welsman ne forme son TSO en 1906. Tel fut le cas d'un orchestre amateur de 50 à 70 étudiants, organisé en 1887 et qui donna plusieurs concerts annuels, ainsi que d'un autre groupe appelé le Toronto Permanent Orchestra (1900-01). En 1882, Torrington dirigea la première interprétation torontoise du Concerto no 5 de Beethoven avec Waugh Lauder comme soliste. De plus, sous les auspices du Toronto College of Music, Torrington fonda l'Orchestral School afin de permettre à quelque 100 musiciens d'acquérir une expérience orchestrale. Après avoir quitté son poste à l'église Metropolitan en 1907, il remplit des fonctions identiques à l'église méthodiste de High Park où il demeura jusqu'en 1914. Compositeur de chants patriotiques comme « Canada, the Gem in the Crown » (I. Suckling 1876) et « Welcome Home, Brave Volunteers » (Imrie & Graham 1885), ainsi que du chant sacré très populaire « Abide With Me », il écrivit aussi « Our Country and King » pour choeur (1901) et des oeuvres pour orgues.

La principale réalisation de Torrington fut la création d'une forte tradition chorale à Toronto, mais il convient de souligner aussi l'influence qu'il exerca, grâce à ses orchestres et à son enseignement, sur de nombreux musiciens montréalais et torontois. G.D. Atkinson, Mary Kerr Austin, Ernest Dainty, H.K. Jordan, Whitney Mockridge et Charles Wheeler furent parmi ses élèves. Un portrait en pied de Torrington par J.W.L. Forster, commandé par ses amis et anciens élèves et complété en 1899, fut dévoilé plusieurs années plus tard à l'édifice Edward Johnson de l'Université de Toronto.


Lecture supplémentaire

  • 'Dr. F.H. Torrington,' Commemorative Biographical Record of the County of York (Toronto 1907)

    Blewett, Jean. 'Mr. Torrington and his work,' Canadian Magazine, vol 35, May 1910

    Seranus [S.F. Harrison]. 'Dr. F.H. Torrington,' MCan, vol 6, Mar 1912

    Bridle, Augustus. 'Two pères de musique,' Sons of Canada (Toronto 1916)

    Charlesworth, Hector. 'Dr. Torrington's memory honoured,' SatN, 27 Sep 1924

    Jones, Gaynor G. 'The Fisher years: the Toronto Conservatory of Music, 1886-1913,' Three Studies, CanMus Documents 4 (Toronto 1989)

    Morey, Carl. 'Orchestras and orchestral repertoire in Toronto before 1914,' Musical Canada

    Metropolitan Toronto Library. Scrapbooks, vertical files