Fialkowska, Janina

Depuis 1975, Janina Fialkowska a fait des récitals en Europe, en Amériques du Nord et du Sud.

Fialkowska, Janina

Fialkowska, Janina

Janina Fialkowska. Pianiste (Montréal, 7 mai 1951). B.Mus. (Montréal) 1968, M.Mus. (ibid.) 1968. Née d'un père polonais et d'une mère canadienne, elle entreprend ses études pianistiques avec cette dernière dès l'âge de cinq ans. Plus tard, elle travaille à l'École Vincent-d'Indy sous la direction d'Yvonne Hubert et remporte le premier prix au concours télévisé de la SRC « Jeunesse oblige » (section musique classique, 1966) puis celui des Festivals de musique du Québec (Concours de musique du Canada) en 1967. Après un an d'études avec Yvonne Lefébure à Paris (1968), elle est lauréate du Concours national (des jeunes interprètes) de la SRC en 1969. Boursière du Conseil des Arts du Canada (1969), elle s'établit à New York afin de poursuivre ses études à la Juilliard School avec Sascha Gorodnitzki, avec qui elle travaille jusqu'en 1976 avant de devenir son adjointe (1979-1984). Finaliste du Concours international de Montréal (1971), elle remporte aussi troisième prix ex aequo lors du premier Concours international de piano Arthur-Rubinstein tenu en Israël en septembre 1974. Rubinstein déclare alors au Figaro : « L'un des jurés a pleuré d'émotion en écoutant la Sonate de Liszt, idéalement jouée par une Canadienne de 23 ans : Janina Fialkowska. » Dès lors, elle bénéficia des conseils et de l'appui du célèbre pianiste dans le développement de sa carrière internationale.

Depuis 1975, Janina Fialkowska a fait des récitals en Europe, en Amériques du Nord et du Sud. Elle a interprété notamment des concertos de Mozart, Liszt, Prokofiev et Rachmaninov comme soliste d'ensembles avec les orchestres philharmoniques de Los Angeles (Hollywood Bowl), de Londres et d'Israël (tournée en Terre sainte), l'Orchestre royal du Concertgebouw d'Amsterdam, le New Philharmonia Orchestra à Londres, le Royal Philharmonic à Birmingham et Liverpool, le Scottish National Orchestra, l'Orchestre Hallé de Manchester, l'OCNA, l'Orchestre symphonique de Toronto, les orchestres de Calgary, Chicago, Cleveland, Detroit, Philadelphie, Québec, San Diego, Vancouver, Varsovie, etc. Elle a joué sous la direction de chefs réputés dont Andrew Davis, Charles Dutoit, Bernard Haitink, Zubin Mehta, Lorin Maazel, Eugene Ormandy, Stanislaw Skrowaczevski, sir Georg Solti et Klaus Tennstedt.

Au lendemain de son exécution du Concerto n<sup>o</sup> 1 de Liszt avec l'OSM sous la direction de Hiroyuki Iwaki, Gilles Potvin écrivit dans Le Devoir (Montréal, 6 décembre 1976) : « Elle possède une technique magistrale et un vrai sens pianistique... une fougue et une précision qui font penser aux plus grands pianistes. » En mai 1977, elle joue devant 7000 auditeurs lors de la clôture du Festival Cervantino à Guanajuato, au Mexique. En 1986, pour commémorer le centenaire du décès de Liszt, elle exécute entre autres les 12 Études d'exécution transcendante à Chicago, Los Angeles, New York et Paris ainsi que pour la BBC à Londres et la SRC à Montréal dans le cadre des « Grands concerts ». En 1990, elle crée avec l'OS de Chicago un Concerto en mi bémol de Liszt découvert par le musicologue Jay Rosenblatt. À Londres, elle a entreprend l'enregistrement de l' l'œuvre intégrale de Chopin pour la BBC.

Bien que madame Fialkowska ait élu résidence au Connecticut, elle n'a pas cessé de se produire au Canada. En 1993, elle forme le groupe Piano Six et se produit sous ces auspices en milieu rural au Canada. Elle est la fondatrice du Wolfville International Piano Festival. Elle a, individuellement, enregistré plusieurs CD en plus d'accompagner Daniel Lichti et la soprano Joanne Kolomyjec pour des enregistrements d'un répertoire de lieder et de chansons. Son enregistrement des 12 Études transcendantales de Liszt a été le Choix des critiques de l'American Record Guide. Elle présente en première des compositions de Libby Larsen, Sir Andrzej Panufnik, Peter Paul Koprowski et Marjan Mozetich et donne des ateliers de maître au Québec et en d'autres endroits.

En 2002, on diagnostique une tumeur dans son bras gauche. Elle subit une chirurgie et cesse de se produire en concert pendant une période prolongée, pour revenir l'année suivante présenter les concertos pour main gauche de Ravel et de Prokofiev, transcrits pour la main droite. Elle revient plus tard à son répertoire régulier. En 2001, madame Fialkowska est nommée Officier de l'Ordre du Canada.

Discographie

Chopin Sonate en si bémol mineur op. 35, Étude en la mineur op. 25 n<sup>o</sup> 11, Papineau-Couture Étude en si bémol mineur : 1969; CBC SM-114.

- 5 Études et autres : 1978; RCA RL-37071.

Liszt Études d'exécution transcendante et autres : 1987; CBC Musica Viva 2-1035 (CD).

- Sonate en si mineur, Études d'exécution transcendante n<sup>os</sup> 5 et 12, Valse Mephisto : 1977; RCA FRL-10142.

Bibliographie

Charles POPE, « An end to justify the means », Maclean's LXXXIX (8 mars 1976).

Julia MASKOULIS, « A last chance pushed pianist to success », The Gazette (Montréal, 4 mars 1978).

Nathalie PETROVSKI [sic], « Le Gang des pianos à queue », L'Actualité (avr. 1979).

« Janina Fialkowska » (interview accordée à Linda J. NOYLE), Pianists on Playing : Interview With Twelve Concert Pianists (Metuchen, N.J. 1987).

« Janina Fialkowska » (interview accordée à Elyse MACH), Great Pianists Speak For Themselves II (New York 1988).

« Long-lost Liszt concerto "gift from God" to soloist », The Gazette (Montréal, 4 mai 1990).

Jean M.BAKER, « Living in the shadow of Rubinstein », Classical Music Magazine , février 1993.

Arthur KAPTAINIS, « Fialkowska is back », The Gazette (Montréal, 2 mars 1995).

Tamara BERNSTEIN, « A single-handed return », National Post, 13 janvier 2003.