Festivals folkloriques

  À la fin du XXe siècle, le nombre de festivals de musique folklorique est de 365 selon le Guide des festivals du Canada, sans compter d'innombrables petits festivals régionaux et autres concours de violoneux.
  À la fin du XXe siècle, le nombre de festivals de musique folklorique est de 365 selon le Guide des festivals du Canada, sans compter d'innombrables petits festivals régionaux et autres concours de violoneux.



Festivals folkloriques

  À la fin du XXe siècle, le nombre de festivals de musique folklorique est de 365 selon le Guide des festivals du Canada, sans compter d'innombrables petits festivals régionaux et autres concours de violoneux. Ces festivals sont le résultat de l'engouement populaire des années 1950 et 1960 pour la musique traditionnelle. Les premiers festivals, comme celui de Miramichi (créé en 1958) au Nouveau-Brunswick, visent à préserver l'authentique musique folklorique des musiciens locaux qui se produisent rarement à l'extérieur de leur collectivité. Avec l'intérêt grandissant pour la musique folklorique et le développement des festivals, les artistes des villes, qui ont appris la musique par le biais des livres et des disques, deviennent populaires. Vers le milieu des années 1960, lorsque le mouvement atteint son point culminant, les chanteurs urbains composent leurs propres paroles et musique en s'inspirant du modèle folklorique. Des auteurs-compositeurs-interprètes comme Stan ROGERS participent à tous les festivals importants. À la fin des années 1980, certains gros festivals, en raison de difficultés financières, ajoutent d'autres genres de musique à leur programme afin d'attirer un public plus nombreux et plus varié. participent à tous les festivals importants.

 Quelques festivals atteignent une renommée internationale et attirent des artistes et un public venant de partout au Canada et, dès les années 1990, de d'autres pays. Le plus connu est le Mariposa Folk Festival, fondé en 1961. Il débute modestement à Orillia, en Ontario, mais quand il déménage aux Îles de Toronto en 1968, il est alors le plus grand festival d'Amérique du Nord. Il attire des artistes comme Joni MITCHELL, Joan Baez, IAN AND SYLVIA Tyson et Gordon LIGHTFOOT. Mariposa, avec ses ateliers et ses multiples scènes, ajoute à ses activités d'autres volets, notamment des expositions d'artisanat et des programmes pour enfants. Cette formule devient un modèle pour les autres festivals. À la fin des années 1990, le Mariposa Folk Festival renaît à Muskoka.

 Le Winnipeg Folk Festival (créé en 1974), le plus grand festival des années 1990, offre une grande variété de musique, de chansons, de danses et de légendes venant de tout le continent. Les auteurs-compositeurs-interprètes urbains sont populaires, mais la musique traditionnelle est encore très présente. Au cours des ans, ce festival devient plus éclectique du côté des formes et des styles de musique et de chanson, invitant des artistes d'Europe, d'Afrique et d'Asie. Bien que le Winnipeg Folk Festival ne soit déjà plus, à la fin des années 1990, le plus important des festivals canadiens, il établit un modèle qui continue d'influencer d'autres événements musicaux au Canada et aux États-Unis. Dans le classement des festivals par ordre de grandeur, celui d'Edmonton (fondé en 1980) vient en tête, suivi de ceux de Winnipeg, de Vancouver (fondé en 1979) puis de Calgary (fondé en 1980). Les festivals de Winnipeg, de Vancouver et de Calgary ont lieu en juillet, celui d'Edmonton en août. Ils attirent chaque jour de 10 000 à 20 000 personnes de tout âge et de tous les milieux culturels. De nombreux ateliers sont organisés le jour et les concerts ont lieu le soir.

Dans les Maritimes, de nombreux petits festivals invitent surtout des chanteurs locaux traditionnels. D'autres festivals partout au Canada offrent à la fois des spectacles de musique traditionnelle et contemporaine, comme le Brimstone Head Folk Festival à Terre-Neuve et le nouveau Stan Rogers Festival (fondé en 1997) en Nouvelle-Écosse. En Ontario, il existe des dizaines de festivals de taille moyenne tels que le Summerfolk à Owen Sound (fondé en 1976), le CKSU Ottawa Folk Festival (créé en 1994 et succédant au Festival of the Folks) et le Whitby Folk Festival (fondé en 1997). L'un des plus récents festivals est fondé à Regina en 1999.

Un nombre croissant de petits festivals se concentrent sur une tradition musicale particulière (la musique juive klezmer, par exemple) ou, dans le cas du Carrefour mondial de l'accordéon à Montmagny, au Québec, à un seul instrument.

Les festivals de musique folklorique présentent souvent des conteurs; le programme de plusieurs festivals canadiens leur est même presque entièrement consacré, le volet musical y étant secondaire. Le plus vieux de ces festivals, le Toronto Festival of Storytelling, sert d'exemple à de semblables festivals partout au Canada, les plus importants se tenant à Vancouver et à Edmonton tandis que ceux de Calgary, de Winnipeg et de Fredericton sont plus modestes. Le Yukon International Storytelling Festival se distingue en présentant des conteurs autochtones locaux et d'autres venant des régions circumpolaires d'Europe et d'Asie. (Voir aussi MUSIQUE FOLKLORIQUE, ANGLO-CANADIENNE et MUSIQUE FOLKLORIQUE, FRANCO-CANADIENNE)


Liens externes

//