Fouilles de dinosaures en Colombie-Britannique

 Au cours de l'été 2007, les paléontologues du P.R.P.R.C. découvrent une deuxième concentration d'ossements de dinosaures le long d'un affleurement exposé situé près de la ville de Tumbler Ridge.

Carte de la Colombie-Britannique montrant la localisation (l'étoile rouge) des fouilles de dinosaures près de Tumbler Ridge (avec la permission de Richard McCrea)
L'une de plusieurs dents provenant de jeunes tyrannosaures en place sur le site de fouille (à gauche) et après le traitement en laboratoire (à droite) (avec la permission de Richard McCrea)\r\n
Vertèbre d
Une vertèbre (gauche) d'hadrosaure presque complète provenant du nouveau site de fouilles (avec la permission de Richard McCrea)
Os de dinosaure
Un os de dinosaure (épine de l'épaule d'un ankylosaure nodosauridé) provenant de la première fouille de dinosaures en Colombie-Britannique (avec la permission de Richard McCrea)
Fouille de l'hadrosaure à l'approche de la fin de la saison 2010 avec la superposition d'une silhouette de dinosaure à des fins d'orientation (avec la permission de Richard McCrea)
Corps de l'hadrosaure. Les points verts sont situés aux extrémités des épines neurales d'une série de vertèbres caudales (queue); les points bleus se trouvent sur les épines sacrales (hanche); les points rouges se trouvent sur les épines thoraciques (abdomen); la flèche bleue est sur l'ischion (l'os de la hanche); la flèche rouge pointe vers un cubitus gauche désarticulé (os du membre antérieur) (avec la permission de Richard McCrea)
Carte de la Colombie-Britannique montrant la localisation (l'étoile rouge) des fouilles de dinosaures près de Tumbler Ridge (avec la permission de Richard McCrea)

Fouilles de dinosaures en Colombie-Britannique

 

 Les restes de dinosaures constituent une ressource extrêmement rare en Colombie-Britannique, à ce point qu'avant 2002 on y signale seulement deux fois la présence de restes squelettiques uniques de dinosaures. Cela change toutefois en 2002, lorsque pour la première fois, on rapporte la découverte d'une concentration d'ossements de dinosaures à quelques km seulement de Tumbler Ridge, dans la formation de Kaskapau du Crétacé supérieur (Turonien). Les paléontologues du Peace Region Palaeontology Research Centre (P.R.P.R.C.), établi tout récemment à Tumbler Ridge, commencent alors la fouille du site qui se poursuit jusqu'en 2005. Plus de 200 restes squelettiques isolés sont découverts et extraits; les ossements proviennent de différents dinosaures (théropodes, ankylosaures & hadrosaures) et d'autres vertébrés (tortues, crocodiles, poissons, et raies d'eau douce). Bien que le site soit le premier site de dinosaures mis au jour en Colombie-Britannique et l'un des plus anciens dans l'Ouest canadien (environ 97 millions d'années), les spécimens trouvés ne sont pas articulés ni complets.

 Au cours de l'été 2007, les paléontologues du P.R.P.R.C. découvrent une deuxième concentration d'ossements de dinosaures le long d'un affleurement exposé situé près de la ville de Tumbler Ridge. Plus de 100 kg d'ossements sont ramassés à la surface et certains des éléments sont suffisamment diagnostiques pour identifier les restes d'un ou plusieurs dinosaures hadrosauridés (à bec de canard). Les ossements sont préservés dans des sédiments à grain fin déposés dans un environnement à basse énergie, semblable à un marais ou marécage d'eau douce avec des arbres.

 Les ossements de dinosaures se trouvent dans la formation Wapiti du Crétacé supérieur (Campanien-Maastrichtien), dont les sédiments ont été déposés il y a approximativement 75 millions d'années. La formation Wapiti est largement exposée dans l'ouest de l'Alberta et ce jusqu'à Edmonton à l'est. Elle s'étend toutefois peu en Colombie-Britannique : au nord et à l'ouest, ses limites se trouvent près de Tumbler Ridge, alors qu'au sud-est elles se rapprochent de la frontière provinciale.

 La fouille du site d'hadrosaures débute en 2008 et un certain nombre d'ossements désarticulés (côtes, vertèbres et un fémur) sont mis au jour, cartographiés et transportés tout près au P.R.P.R.C. À ce stade, les paléontologues ne savent toujours pas s'ils ont affaires aux restes de un ou de plusieurs hadrosaures.

 Ce n'est pas avant la fouille de 2009, lorsqu'ils découvrent la moitié proximale complète de la queue connectée à un sacrum intact, que les paléontologues comprennent qu'ils se trouvent devant un dinosaure partiellement articulé. Le corps de l'hadrosaure est étendu sur le côté droit et plusieurs des éléments isolés découverts autour du corps (côtes, radius et fémur) proviennent de son côté gauche exposé. Un nombre remarquablement élevé de dents ayant appartenu à plusieurs jeunes tyrannosaures est associé aux restes de l'hadrosaure.

 La fouille la plus récente, effectuée en 2010, met au jour la colonne vertébrale de l'hadrosaure, complète jusqu'aux épaules, mais avec toutes les côtes et les membres gauches manquant. Les vertèbres thoraciques antérieures, les vertèbres cervicales (du cou) et le crâne ne sont pas articulés, bien que plusieurs vertèbres thoraciques isolées et certaines vertèbres cervicales soient retrouvées près du devant de l'animal. Tous les os des hanches sont complets et correctement articulés, et au moins une portion de la jambe droite est intacte. Selon la morphologie des os des hanches, il est probable que cet animal soit un lambéosaure (avec une crête) plutôt qu'un hadrosauriné (sans crête). Quarante dents de jeunes tyrannosaures sont collectées sur le site, et on s'attend à ce que ce nombre atteigne entre 80 et 100 d'ici la fin du projet.

En raison du milieu de dépôt à basse énergie où le site est préservé, il est peu probable que les courants d'eau soient responsables de la désarticulation et du transport des ossements, ou de la déposition de plusieurs dents de tyrannosaures. De gros os (côtes, fémur, et segments de vertèbres) ont été retrouvés entre quelques mètres et plusieurs mètres de la carcasse, alors que de très petits os provenant des extrémités (unguéales des mains et des pieds) ont été collectés près de la carcasse. Si le courant constituait le facteur dominant dans la désarticulation de cet hadrosaure, on s'attendrait à ce que les petits os aient été transportés plus loin de la carcasse et que les gros os aient été transportés à une courte distance seulement. La présence d'un nombre anormalement élevé de dents de jeunes tyrannosaures porte à penser que ces derniers se nourrissaient de la carcasse de l'hadrosaure, soit en un groupe de plusieurs individus ou en série. On ignore si un prédateur ou un groupe de prédateurs est responsable de la mort de cet hadrosaure, mais les paléontologues espèrent pouvoir répondre à cette question et à bien d'autres lorsque la fouille sera complétée et tous les ossement préparés.

Voir aussi Paléontologie; Animaux fossiles; Recherche de dinosaures dans l'Ouest canadien.