Underhill, Frank Hawkins

Frank Hawkins Underhill, historien et théoricien politique (Stouffville [Whitchurch-Stouffville], Ont., 26 nov. 1889 -- Ottawa, Ont., 16 sept. 1971). Underhill se décrit comme étant un presbytérien réformiste (un Grit) de North York, et donc comme un ennemi de l'ordre établi.

Underhill, Frank Hawkins

Frank Hawkins Underhill, historien et théoricien politique (Stouffville [Whitchurch-Stouffville], Ont., 26 nov. 1889 -- Ottawa, Ont., 16 sept. 1971). Underhill se décrit comme étant un presbytérien réformiste (un Grit) de North York, et donc comme un ennemi de l'ordre établi. C'est en qualité de commentateur des événements politiques et des sujets controversés de son époque qu'il se fait surtout connaître. Après ses études à l'U. de Toronto et à Oxford, il sert en tant qu'officier durant la Première Guerre mondiale. Il enseigne l'histoire à l'U. de la Saskatchewan jusqu'en 1927, puis à l'U. de Toronto jusqu'en 1955. Influent commentateur des affaires publiques et professeur très apprécié, il rédige de nombreux articles pour le journal le Canadian Forum. Il est le premier président de la LEAGUE FOR SOCIAL RECONSTRUCTION et l'auteur principal du Manifeste de Regina, de la CO-OPERATIVE COMMONWEALTH FEDERATION (CCF) en 1933. Comme ses activités publiques le mettent en conflit avec l'administration de l'U. de Toronto, il a failli être démis de ses fonctions, en 1941, pour avoir publiquement déclaré que les liens du Canada avec le Royaume-Uni s'affaibliraient à mesure que les liens entre le Canada et les États-Unis se renforceraient (voir LIBERTÉ UNIVERSITAIRE). Plus libéral que socialiste, admirateur des États-Unis et grand partisan de la guerre froide, il est propulsé au sein du Parti libéral dans les années 40. En 1955, le gouvernement libéral le nomme conservateur de la Maison Laurier, à Ottawa, et il dédie une série d'essais à L.B. PEARSON. Dans les dernières années de sa vie, il est associé à l'U. de Carleton.


Lecture supplémentaire

  • R.D. Francis, Frank H. Underhill: Intellectual Provocateur (1986); F.H. Underhill, In Search of Canadian Liberalism (1960).